FestiVoix: la musique entre la pluie et le beau temps

La pluie a cessé de tomber au moment... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

La pluie a cessé de tomber au moment où Éric Lapointe est monté sur la scène du FestiVoix dimanche.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le beau temps s'est invité à la fête, samedi, alors que le FestiVoix laissait planer ses premières notes musicales un peu partout au centre-ville de Trois-Rivières, et ce, tant au parc de la scène des Voix Multiples, où Daniel Lavoie est monté sur les planches dans une formule trio, que sur la scène Loto-Québec, où le blues était à l'honneur avec Bobby Bazini.

Avec ou sans guitare, Bobby Bazini a ravi... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Avec ou sans guitare, Bobby Bazini a ravi son public en présentant ses pièces les plus envoûtantes.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Dimanche, Dame Nature s'est montrée un peu moins clémente. Seuls les inconditionnels d'Éric Lapointe ont osé affronter la pluie pour se remplir les oreilles de rock, d'autant plus qu'au moment où le rocker est monté sur scène, la pluie a miraculeusement cessé de tomber.

Samedi, la cour arrière du monastère des Ursulines débordait de monde pour entendre Daniel Lavoie qui, invité d'emblée pour un spectacle prévu en formule intime, s'est étonné de compter autant de spectateurs. Le routard de la chanson québécoise, qui roule ses partitions depuis 1979, ne s'est pas laissé impressionner, enchaînant les succès comme autant de perles pour confectionner un petit bijou de spectacle.

Idem pour l'auteur-compositeur-interprète originaire de Mont-Laurier, Bobby Bazini, qui incarne un doux mélange entre Bob Dylan, Johnny Cash et Jim Morrison. Avec ou sans guitare, le jeune prodige a ravi son public en présentant ses pièces les plus envoûtantes, toutes teintées de folk, de rock, de blues, de jazz et d'un soul chaud comme l'été.

Même si Dame Nature a fait faux bond aux festivaliers dimanche, les amateurs de guitares électriques étaient présents au parc portuaire pour entendre le rocker québécois Éric Lapointe dès 21 h. Un peu plus tôt, à 19 h, Marie-Michèle Desrosiers a offert au public un florilège de ses plus grands classiques comme un bouquet de fleurs lancé dans la foule.

Somme toute, le directeur général du FestiVoix, Thomas Grégoire, se dit satisfait de cette première fin de semaine où la musique a non seulement dynamisé les rues du centre-ville, mais également les bars jusqu'aux petites heures du matin.

«C'est un bilan très positif. Les soirées de vendredi et de samedi ont été magiques. On attendait beaucoup de monde, car on a battu notre record de préventes de passeports. Je n'ai pas encore le chiffre exact, car il y en a encore dans nos points de vente, mais on s'attendait quand même à avoir du monde, et ç'a été le cas. Seulement pour le spectacle des Cowboys Fringants, on a vendu près de 2000 bracelets journaliers, ce qui est beaucoup, dont beaucoup de gens de l'extérieur. Ce qui explique la foule importante et très festive», une foule évaluée à 13 000 personnes.

De l'avis de M. Grégoire, la diversité musicale du FestiVoix est sans conteste l'un des ingrédients inhérents au succès de cette cuvée 2015. Entre le rock, le blues, la musique lyrique, populaire ou le hip-hop, sans compter les métissages et les hommages, la programmation a de quoi mettre l'eau à la bouche et le goût aux oreilles. D'autant plus que les spectacles proposés dans les bars de la Ville permettent aux couche-tard de retarder l'appel du sommeil et d'étirer le plaisir jusqu'aux petites heures du matin. Seulement au Temps d'une pinte, qui présentait le groupe Milk and Bone samedi, plus de 200 personnes se sont entassées dans la petite pièce du débit de boissons pour entendre le rythme pop-électro de Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin.

«Ils ont même installé un écran géant pour relayer l'image du concert à l'extérieur, sur la terrasse en arrière, tellement c'était plein», se réjouit M. Grégoire. Idem pour Dead Obies à l'Embuscade. Idem pour Mononc'Serge au café-bar Le Zénob où, malgré ses 80 places, le légendaire bar d'art et de poésie a reçu plus de 200 demandes.

«Ce sont des beaux moments, parce qu'on est très heureux d'accueillir des milliers de personnes sur les grandes scènes, mais on est aussi heureux d'accueillir des centaines de personnes dans les bars. Il faut que la diversité de notre programmation soit assurée, et je pense que le public nous a fait confiance», signale M. Grégoire.

«Lorsqu'on construit la programmation, c'est comme un parcours musical», image M. Grégoire. Les gens ont ainsi l'opportunité de débuter leur soirée à 17 h au pied de l'estrade érigée sur la rue des Forges, puis ils se dirigent vers le jazz à 17 h 45 au jardin des Ursulines, suivi d'un spectacle à 19 h sur la scène Bell Vibe, le mélomane poursuivant vers la scène des Voix Libres à 20 h, voire vers celle des Voix Lyriques à 20 h 30.

«Et pour ceux qui veulent aller jusqu'au bout de la nuit, il y a des spectacles jusqu'à deux ou trois heures du matin. L'important, c'est que les gens viennent pour voir les artistes qu'ils aiment, mais on veut également les amener à découvrir des artistes qu'ils connaissent moins. C'est ça qui fait un peu la magie d'un festival», croit M. Grégoire. Du moins, une diversité sur laquelle a misé le directeur général et son équipe de 350 bénévoles. «Franchement, pour commencer, on n'aurait pas pu rêver mieux.»

Et la pluie? M. Grégoire se montre optimiste pour les jours à venir, pour ne pas dire philosophe. Même si certaines personnes assurent qu'une bonne averse peut transformer un simple spectacle en moment inoubliable dont on reparlera dans plusieurs années, il espère que le ciel se dégagera et que, dès la reprise des spectacles, mardi, le soleil s'invitera de nouveau à la fête.

Les Vilains pingouins réchaufferont alors la scène Loto-Québec à 20 h 30, alors que Vincent Vallières y présentera ses créations musicales mercredi dès 21 h 20. Selon les prévisions d'Environnement Canada, outre mercredi, Dame Nature devrait se montrer plutôt compréhensive jusqu'à dimanche prochain.

Pour éplucher la programmation complète du FestiVoix, on visitera le site Internet de l'événement au www.festivoix.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer