Ciné-campus fête ses 50 ans

Les 50 ans de Ciné-Campus ont été soulignés... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les 50 ans de Ciné-Campus ont été soulignés lors d'une réception civique tenue à l'hôtel de ville de Trois-Rivières mardi. Sur la photo, on reconnaît René Goyette, maire suppléant, Stella Montreuil, directrice générale et Gilles Leblanc, président.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kim Alarie
Kim Alarie
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dans le milieu culturel, c'est un incroyable accomplissement que de fêter ses 50 ans. C'est ce qu'a réussi le Ciné-Campus cette année. Cet organisme à but non lucratif présente année après année une variété de films de répertoire.

«Il n'y a jamais trop de bon cinéma!» C'est ainsi que Stella Montreuil actuellement directrice générale et, surtout, pionnière de cette initiative souligne l'importance de ce projet mis sur pied par l'abbé Léo Cloutier. 

«Tenir 50 ans avec une équipe de bénévoles, il faut le faire!», se réjouit la dynamique dame.

«On a commencé avec Ciné-Soleil, ç'a bien fonctionné et on a lancé Ciné-Campus l'année suivante. Ciné-Campus tient parce que les administrateurs qui ont été là au fil des ans, tout comme les membres, sont encore présents. On a commencé alors qu'on était étudiants mais là, la pyramide est inversée, il y a plus d'aînés que d'étudiants mais ce sont de jeunes aînés», lançait-elle lors de la réception civique tenue mardi à l'hôtel de ville.

«L'abbé nous a transmis cette passion qu'il avait lui-même. Je n'ai pas décollé. J'ai été membre, siégé sur le conseil d'administration et maintenant je suis directrice générale. Je suis encore là et j'adore ça. Je trouve que c'est une entreprise culturelle unique et on est important. De plus, les gens sont fidèles. On a su diversifier notre affaire.»

En plus d'augmenter le nombre de représentations d'un même film, ce qui permet une plus grande flexibilité pour le public, plusieurs discussions sont organisées avec des artisans du cinéma.

«Aller au cinéma, c'est vivre une expérience. Les gens sont très contents notamment des améliorations qu'on a apportées, comme le renouvellement des sièges et le système de projection. Il n'y a aucune différence avec le cinéma commercial. Cependant, on ne peut pas manger pendant les représentations, donc, on n'est pas dérangé par le crunch-crunch.»

«Le défi c'est de continuer et de renouveler la clientèle. On remarque que beaucoup de nouveaux retraités reviennent à Ciné-Campus maintenant qu'ils ont plus de temps. On a aussi les jeunes qu'on aimerait attirer mais ils sont habitués au cinéma américain et ce n'est pas évident de les initier à autre chose. Il faut leur donner le goût», expose-t-elle.

Bon an, mal an, Ciné-Campus compte 1500 membres. Pour cette année, le prix de la carte de membre a été fixé à 65 $ pour 33 films et 8 documentaires ainsi que la possibilité d'inviter deux personnes aux projections régulières. Les représentations ont lieu à la salle Léo-Cloutier du Séminaire de Trois-Rivières.

Plus d'info au www.cinecampustr.com.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer