Le pur plaisir de la nostalgie

C'est dans le pur plaisir que se déroule... (Le Droit)

Agrandir

C'est dans le pur plaisir que se déroule présentement la tournée Déjà 20 ans: la dernière Chicane que Boom Desjardins a initiée et dans laquelle il reforme le groupe La Chicane. Lui et ses quatre comparses feront un arrêt à La Tuque jeudi et à Bécancour le 10 août.

Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La nostalgie a encore un grand pouvoir de séduction auprès du public comme le démontre le succès de la tournée Déjà 20 ans: la dernière chicane du groupe La Chicane qui a renoué le temps d'un dernier tour de piste. Le groupe sera en spectacle le 3 août dans le cadre des Jeudis centre-ville de La Tuque de même que le 10 août pour l'événement Rendez-vous Ô Fleuve dans le secteur Sainte-Angèle à Bécancour.

C'est à l'initiative de Boom Desjardins que le groupe s'est reformé le temps d'une grande tournée. Le leader du groupe avait vu juste: pour l'instant, pas moins de 34 spectacles sont au programme et la demande est encore forte pour des représentations en salles l'hiver prochain. «Ça fonctionne super bien, avouait le musicien depuis le véhicule récréatif dans lequel il passe l'été pour mieux répondre aux exigences de la tournée. Je suis agréablement surpris de constater que les gens sont encore là pour nous écouter: on bat des records partout où on passe!»

Il constate non sans une certaine satisfaction que la clientèle a évolué. «Les gens qui nous ont suivis reviennent nous voir mais ils viennent avec leurs enfants. C'est un spectacle très familial. C'est le public qui a fait traverser le temps à nos chansons. On doit notamment beaucoup au karaoké parce que les gens ont tellement chanté certains de nos succès comme Calvaire, Juste pour voir le monde, Tu m'manques, etc. On les entend encore régulièrement dans les karaokés, même après toutes ces années.»

C'est, en partie, ce constat qui a amené Boom Desjardins à réunir ses anciens comparses Dany et Martin Bédar, Éric Maheu et Yanick Boivin pour célébrer les vingt ans du groupe. En fait c'est plutôt vingt ans depuis leur premier gros succès, Calvaire, qui a bousculé les palmarès dès sa sortie en 1997 et qui demeure emblématique de la popularité exceptionnelle de La Chicane pendant dix ans. «J'avais envie de revivre ça et les autres gars aussi. Ça nous replonge dans une période qui était tellement différente de maintenant dans le monde de la musique. À l'époque, on vendait énormément de disques, les radios diffusaient plus volontiers un succès, sans trop se soucier qu'il soit fidèle à leur son particulier. Ça faisait que les artistes établissaient des records de vente qui ne seront jamais égalés. Les choses ont changé et il faut s'adapter.»

Difficile pour les artistes qui l'ont vécue de ne pas être nostalgiques de cette époque qui apparaît bénie en comparaison avec les contraintes d'aujourd'hui. «Le public aussi l'a, cette nostalgie: après vingt ans, qu'ils soient si nombreux à venir nous voir, ça veut dire quelque chose. Ils viennent écouter des chansons qui les ont marqués. Ils ont envie de ça, c'est sûr, mais je suis surpris à chaque spectacle de constater qu'ils nous sont fidèles parce qu'on interprète aussi une toute nouvelle chanson que les gens connaissent puisqu'ils la chantent avec nous.»

Vingt ans plus tard, Boom Desjardins et les boys revivent le passé, mais des choses ont quand même changé. «Nous, nous sommes différents. On a beau reprendre les chansons dans leur forme originale, nous sommes tous de meilleurs musiciens qu'à l'époque; c'est normal, avec les années d'expérience supplémentaires. Ce n'est pas tout le monde qui le remarque, mais quelques-uns ont changé d'instrument. Par exemple, Dany (Bédar) était bassiste à l'époque et il est aujourd'hui un super guitariste. C'est la preuve qu'on a su s'adapter», rigole celui qui agit comme producteur de cette tournée. Le spectacle reprend les grands succès de La Chicane mais laisse également de la place aux chansons que Desjardins ou Dany Bédar ont créées dans leur carrière solo.

Autre nécessaire adaptation, les musiciens se ménagent davantage... entre les spectacles. «C'est pour ça qu'on fait la tournée dans deux véhicules récréatifs. On se dépense toujours autant sur scène mais pour maintenir le niveau, on doit se reposer le plus possible entre les représentations. Comme ça, on peut être en famille sans avoir à retourner constamment à la maison. À 46 ans, je me rends compte que je suis beaucoup plus sage.»

Une équipe de tournage sera présente lors de chaque prestation pour qu'au terme de la tournée, il y ait un document visuel et peut-être un album qui en témoigne. «Ça va nous permettre de retrouver des moments forts de nos spectacles où qu'ils se produisent. On est tous tellement contents de faire ça, on l'apprécie plus que jamais. Et comme c'est notre toute dernière tournée, on veut qu'il en reste quelque chose.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer