Un nouveau souffle pour Kaïn

Kaïn, nouvelle formule avec, à l'extrême gauche, John... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Kaïn, nouvelle formule avec, à l'extrême gauche, John Anthony Gagnon Robinette, nouveau guitariste de la formation, était présent pour la soirée de présentation de la programmation 2017-2018 de spectacles de la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières le 13 juin dernier. Le groupe sera en spectacle le 23 novembre à la Maison de la culture trifluvienne.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

Le cap des 15 ans d'existence en aura été un mouvementé pour le populaire groupe Kaïn mais le quatuor en ressort quelque peu transformé et prêt comme jamais à aborder le prochain tronçon de route la pédale au plancher.

La transformation la plus évidente sautera aux yeux des fans dès cet été puisque le groupe n'est plus le même dans sa composition. Le guitariste Patrick Lemieux, un des membres fondateurs, a quitté le bateau officiellement en avril dernier, remplacé par John Anthony Gagnon Robinette. 

La rupture avec Lemieux, un Trifluvien d'adoption, s'est faite d'un commun accord. «Évidemment, ç'a été un épisode très émotif pour nous tous, reconnaît le chanteur du groupe Steve Veilleux. Ç'a été une décision commune. On a convenu qu'on n'arriverait pas à reprendre la vie de tournée comme on l'a fait depuis les débuts du groupe dans les circonstances actuelles.

Il arrive dans n'importe quelle association qu'il faille prendre des chemins séparés pour le bien de tout le monde et ç'a été le cas avec Pat. Nous avions des visions d'avenir qui divergeaient et Pat mène d'autres projets dans sa vie.»

La séparation arrive à un curieux moment puisque les quatre musiciens originaux ont enregistré ensemble le nouvel album qui sortira en septembre prochain et c'est au terme de cet épisode qu'une remise en question s'est produite.

«On a trippé à faire l'album ensemble mais quand est venu le temps de l'arranger et de préparer la tournée qui va suivre, c'est là que les divergences de vue se sont manifestées de façon plus claire.» 

«L'attitude que nous avons, Steve, Yannick (Blanchette, le batteur) et moi, est basée sur la simplicité, d'ajouter Éric Maheu, le bassiste. John est plus jeune que nous et il apporte une attitude nouvelle qui va très bien avec notre état d'esprit. Il a comme une vieille âme qui nous rejoint tout en conservant une énergie qui nous stimule énormément. Je pense qu'on a été meilleurs que Marc Bergevin quand a été le temps de repêcher un p'tit nouveau au sein de notre équipe!»

Ce que cet événement vient marquer, c'est la relance du groupe qui a pris une longue et bénéfique pause après près de quinze ans à rouler à fond de train.

«C'était nécessaire de se ressourcer un peu, de replanter nos racines chacun de notre côté avec nos familles pour mieux repartir. C'est comme ça qu'on en est arrivé à faire un nouvel album inspiré. Maintenant, on est prêt à repartir en tournée dès l'automne prochain sur la base de ce nouveau matériel.»

Entre temps, le groupe se produira dans son environnement de prédilection, celui des festivals d'été, pour une dizaine de représentations au cours des prochaines semaines.

«Avec le nouvel album on aborde ce qu'on pourrait appeler la troisième phase de l'évolution du groupe, poursuit Steve Veilleux. Veux, veux pas, on a une quinzaine d'années d'expérience dans le corps et on n'a plus l'âge de nos débuts. Je ne dirais pas que ça change notre musique mais ça change un peu notre façon de la présenter.

En plus, le travail en studio fait avec Éloi Painchaud comme réalisateur a été extrêmement fructueux. Il est devenu un cinquième membre du groupe en apportant une vision nouvelle. On a très hâte de présenter ce nouveau matériel dans lequel les fans vont reconnaître une musique à 100 % Kaïn, mais renouvelée.»

«Il reste, d'ajouter Éric, qu'on est depuis toujours un groupe de scène. C'est encore là qu'on est à notre meilleur. Avec la maturité qu'on a gagnée, l'arrivée d'un nouveau guitariste et une vision plus claire que jamais de la musique qu'on veut faire ensemble, on est extrêmement enthousiastes devant ce qui s'en vient pour nous.»

On ne verra pas le Kaïn renouvelé sur la scène du FestiVoix en 2017 mais le groupe sera au Festival de la galette de Louiseville le 7 octobre et sur la scène de la salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la culture le 23 novembre prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer