Les fans de La Voix 5 ont été comblés

Ludovick, Frank et Michael ont livré la marchandise.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Ludovick, Frank et Michael ont livré la marchandise.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les très nombreux fans de l'émission n'auront guère eu le temps de s'ennuyer. Vendredi soir, par une superbe soirée d'automne, ils ont retrouvé leurs favoris en chair et en os à l'Amphithéâtre Cogeco dans la première d'une tournée de spectacles du Top 8 des concurrents de La voix 5.

Une s'est démarquée du lot: Rebecca Noelle, très... (Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

Une s'est démarquée du lot: Rebecca Noelle, très très en voix vendredi soir.

Stéphane Lessard

Il s'agit d'ailleurs de la toute première fois dans l'histoire de l'émission que les concurrents partent ensemble sur la route pour une série de spectacles. Pourtant, les 3500 billets pour des places assises étaient loin d'avoir tous trouvé preneurs puisque le DG de la Corporation des événements Steve Dubé, à défaut d'avoir les chiffres définitifs, évaluait autour de 2000 le nombre de spectateurs payants. La météo incertaine aura sans doute eu raison de la volonté de plusieurs inconditionnels de l'émission.

Le spectacle a pourtant rempli ses promesses pas très audacieuses. Il n'était nullement question de revoir une formule éprouvée et gagnante. Les huit participants les plus populaires ont offert ce qu'ils avaient de mieux à donner: du talent, de l'enthousiasme, du plaisir à être sur scène.

Le groupe de La voix 5 a le grand avantage d'offrir des contrastes aussi frappants qu'intéressants. On se serait attendu à ce que le grand gagnant Ludovick Bourgeois soit sans contredit le plus applaudi. Pourtant, dès le début, il est apparu que Louis-Paul Gauvreau, le chanteur de Death metal à la voix préhistorique, avait une place toute spéciale dans le coeur des spectateurs. La moindre de ses interventions suscitant des applaudissements plus nourris que les autres. La voix a quand même du mérite à avoir fait de ce paria musical un favori du grand public.

Désirée, l'écorchée vive, avait aussi sa horde d'inconditionnels qui ont été comblés par certaines de ses interprétations comme son Tu m'aimes-tu? un singulier et intense arrachage de tripes.

Michaël, le grand émotif aux interprétations lyriques, n'allait pas pour autant laisser sa place et il a tout donné dans How Great Art Thou en seconde partie. La mise en scène a évidemment garanti que chacun des interprètes ait ses moments privilégiés.

Il faut quand même admettre qu'une s'est démarquée du lot: Rebecca Noelle, très très en voix vendredi soir. Dotée d'une voix exceptionnelle, elle est apparue comme la meilleure technicienne du groupe avec des interprétations très senties, dont celle de Who's Loving You,particulièrement. Vraiment impressionnante.

La mise en scène était sans reproche et a profité de moyens importants pour en mettre plein la vue à quelques moments avec de la fumée, des flammes, des pétards. En aucun temps n'a-t-on pu noter le peu de temps que les participants ont eu pour préparer ce premier spectacle. Tout s'est déroulé à bon rythme. Il est vrai que le spectacle a mis un peu de temps à trouver son rythme de croisière et le public en a témoigné en se montrant nettement plus généreux en ovations debout dans la seconde portion de la soirée.

C'est d'ailleurs sur ses pieds qu'il a écouté le pot-pourri des Jackson 5 ou alors l'hommage émouvant rendu par Ludovick et ses amis à un groupe qui, pour une raison quelconque, a marqué l'imaginaire du gagnant de la saison 5: les BB. Un des beaux moments de ce spectacle généreux avec pas moins de 27 numéros différents qui se sont enchaînés rondement.

Autre force du concept: la variété des styles musicaux. Le crooner David Marino arrivant à se marier avec le métal de Louis-Paul, le country de Frank ou le pop de Ludovick. Même le jazz a trouvé sa place et on garde en mémoire Quand ça balance de Michel Legrand rendu par David. Non seulement le jeune homme a parfois un timbre de voix vraiment semblable à celui de Michel Legrand, mais il a profité de l'accompagnement d'un choeur passablement allumé en Rebecca, Michaël et Sam. Ils ont servi des harmonies pas mal serrées avec un aplomb et une justesse étonnants.

Les puristes protesteront que c'est là un spectacle trop convenu, sans vraie surprise mais on peut leur répliquer que ce n'était pas le but et qu'il n'a jamais été question qu'il en soit autrement. C'était un spectacle pour les fans dont beaucoup d'enfants et ceux-ci y ont trouvé ce qu'ils cherchaient à en juger par l'ovation finale plus qu'enthousiaste. Ça hurlait, ça tapait sur les dossiers des bancs pour que les interprètes sachent combien ils sont appréciés. C'était ça, le but recherché.

Ils n'étaient peut-être pas aussi nombreux que souhaité par les organisateurs, mais ceux qui étaient là en ont apparemment profité en double.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer