«C'est valorisant pour la nation»

Rykko Bellemare n'en revient toujours pas d'avoir été... (La Presse)

Agrandir

Rykko Bellemare n'en revient toujours pas d'avoir été sacré révélation de l'année au Gala Québec cinéma

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Plusieurs heures après avoir triomphé au dernier Gala Québec cinéma dans la catégorie révélation de l'année, pour sa performance dans le film Avant les rues, Rykko Bellemare arrive à peine à y croire. Il s'agit d'un prix que l'Atikamekw de Wemotaci de 25 ans espérait peu, mais qui signifie beaucoup.

«C'était quelque chose ! Je dois regarder si j'ai toujours le trophée pour être certain que ce n'est pas un rêve. Je suis encore sous le choc [...] J'étais très surpris de l'emporter, je n'avais même pas préparé de remerciement. C'était toute une surprise d'entendre mon nom. Je ne me suis même pas levé de ma chaise. Après ça tous les mots se bousculent dans ta tête», a lancé Rykko Bellemare.

«Je ne pensais pas que le film allait avoir autant d'impact. Je pensais que ça allait passer un peu sous la loupe. Ça lance tout un message aux jeunes. Il faut s'embarquer dans des projets comme celui-là. C'est valorisant pour la nation», a-t-il ajouté.

L'Atikamekw qui incarnait Shawnouk était particulièrement fier de son prix et du travail qu'il avait accompli. 

Il faut dire que Rykko Bellemare n'avait pas accepté d'emblée de se lancer dans le projet de la Trifluvienne Chloé Leriche, mais il a apprécié grandement l'expérience et il n'hésitera pas à travailler avec elle dans le futur. 

«Au départ je l'ai fait pour la nation, pour avoir une visibilité auprès des Québécois. J'ai hésité au début à embarquer dans le projet. J'avais peur que ça tombe dans les clichés autochtones [...] Si elle (Chloé Leriche) me donne un autre rôle, je vais certainement participer à ces projets encore», a-t-il noté.

«Ç'a été 31 jours de tournage collé, c'était intensif. Le tournage s'est bien passé en général. Il y a eu des moments plus sombres aussi, mais ça venait donner une certaine crédibilité à certaines scènes aux bons moments», a ajouté M. Bellemare.

Maintenant, il espère que son expérience et que le film-là soit une source d'inspiration pour les jeunes. «Qu'ils croient en leurs rêves et qu'ils foncent. Il faut se lancer. Sky is the limit», a-t-il lancé. Rappelons que le film Avant les rues est un long métrage tourné entièrement en langue atikamekw.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer