Nouveau volet de danse au STR

Professionnel bien établi en enseignement de la danse,... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Professionnel bien établi en enseignement de la danse, Benjamin Ricard s'est associé au Séminaire de Trois-Rivières pour y installer sa nouvelle école de danse trifluvienne en même temps qu'il implantera un volet compétitif au programme de danse que l'institution offre à ses élèves. Il est ici en compagnie de la directrice générale du STR Martine Roy qui n'a pu résister à l'envie d'un pas de danse en sa compagnie.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Séminaire de Trois-Rivières accueillera dans ses locaux la nouvelle école de danse que Benjamin Ricard ouvrira à l'automne et dans un même temps, il fera profiter l'institution d'enseignement de son expertise.

Notamment formé à New York, cet ancien du STR a déjà fait sa marque comme danseur puisqu'il a été champion du monde en couple de swing acrobatique.

Comme enseignant, il a établi des écoles dans plusieurs villes nord-américaines dont Vancouver et Miami ainsi que Québec où il dirigeait jusqu'à récemment trois succursales de sa propre école de danse. Pour aborder le marché trifluvien, il a choisi de s'associer au STR qui lui fournira les locaux. 

«Présentement, nous avons deux enseignantes qui offrent une option artistique, volet danse, explique la directrice générale du STR Martine Roy. Chaque élève au secondaire doit choisir un programme artistique parmi la danse, l'art plastique ou la musique. Ici, 306 jeunes sur 782 pratiquent la danse dans ce contexte. Avec Benjamin Ricard, nous allons instaurer un volet compétitif qui s'ajoutera au programme existant. On constate un véritable engouement pour la danse chez les jeunes et on veut y répondre avec un programme adapté à leurs goûts.»

Ce volet compétitif offrira dès septembre prochain les options hip-hop, duo danse et cheerleading et Benjamin Ricard s'est adjoint les services de trois enseignants d'expérience pour en assurer le succès: Vincent Desjardins, Roger Picard ainsi que Danielle Carpentier. 

«Je pense que la solidité de notre corps enseignant a fait la renommée de l'option danse au STR ces dernières années, estime la directrice. Nous ne l'abordons pas comme un simple divertissement mais comme une discipline artistique articulée et rigoureuse. Benjamin Ricard arrive avec une expertise reconnue qui va nous permettre de développer le volet compétitif avec succès. On danse déjà à l'interne mais désormais, on va sortir des murs pour aller danser aux niveaux régional, provincial et même national.»

Par ailleurs, le grand public aura lui aussi accès à cette expertise puisque les activités de la nouvelle École de danse Benjamin Ricard débuteront en septembre. «C'est une première pour nous que d'abriter une école de l'extérieur mais nous avons établi depuis longtemps des partenariats, avec le Musée Pierre-Boucher, notamment, pour rehausser nos programmes artistiques.»

Benjamin Ricard arrive au STR avec une solide expertise en enseignement dont au niveau secondaire en vertu de son expérience au Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup où il a fondé le programme de danse il y a six ans.

«Je ne vais pas toucher à ce qui a été monté par les enseignantes actuelles au STR, précise-t-il, à savoir le ballet classique, le moderne et le contemporain mais je vais arriver avec les danses vernaculaires qui sont, à la base, des danses de rue. Je vais donc m'occuper de ces danses non standardisées en plus du volet compétition.»

«De plus, on va installer notre école pour le grand public dans des locaux déjà aménagés au STR et on va les occuper les soirs de semaine et la fin de semaine. Je vais commencer avec les spécialités des professeurs avec qui je me suis associé: Vincent Desjardins pour le hip-hop, Roger Picard pour les danses de type ballroom, Danielle Carpentier pour le ballet classique, le moderne et le contemporain et en ce qui me concerne, je vais offrir le swing, le rock and roll, le lindy hop et le Charleston. Par contre, si la demande est là pour le Bollywood, les danses orientales, le zumba, on va les offrir.»

Autre nouveauté qui vient avec ce partenariat, on mettra sur pied au STR un camp d'été de danse du 21 au 26 août prochain visant les jeunes de 10 à 16 ans. Dans un concept inspiré de l'émission télévisée Les Dieux de la danse, on offrira des ateliers multidanse aussi bien récréatifs que compétitifs. Les inscriptions sont ouvertes dès maintenant.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer