Stéphanie Saint-Jean présente son premier album

La gagnante de l'édition 2016 de La Voix,... (La Presse photo Bernard Brault)

Agrandir

La gagnante de l'édition 2016 de La Voix, Stéphanie Saint-Jean, arrive aujourd'hui avec un premier album homonyme.

La Presse photo Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) On ne peut jamais savoir ce que la vie nous réserve. Le parcours récent de Stéphanie Saint-Jean en témoigne de façon émouvante.

En mars 2015, elle effectuait un séjour dans un centre hospitalier en proie à un profond épisode de dépression. Un an plus tard, elle remportait les grands honneurs à l'émission La Voix et aujourd'hui, resplendissante de bonheur, elle présente son tout premier album.

La chanteuse est la première à admettre que tout l'épisode de La Voix a constitué un invraisemblable concentré d'émotions et d'expériences. Elle a adoré. Peut-être parce qu'elle a décidé de vivre ce tourbillon comme une occasion d'apprentissage. Apprendre le métier, apprendre à conjuguer avec tout ce que cela implique.

«C'est tellement intense que tu n'as pas le choix de comprendre si tu es vraiment faite pour ça ou pas. Moi, c'est clair que je suis faite pour ça. Tout ce qui m'est arrivé depuis ma participation à l'émission n'a été que du bon.»

L'émission fait l'objet d'un intérêt démesuré de la part du public téléspectateur. Mais il n'est pas moins passionné sur les médias sociaux et plusieurs personnalités publiques ont leurs histoires d'horreur pour démontrer à quel point, anonyme derrière un clavier, le grand public peut être cruel.

En parlant ouvertement de son trouble de personnalité limite, peut-être Stéphanie Saint-Jean a-t-elle trouvé la meilleure parade à la méchanceté populaire.

«Ça aurait pu être dangereux si je n'avais pas tout dit parce que j'aurais craint à tout moment qu'on révèle les choses que j'avais cachées. Mais là, je me suis ouverte et je n'ai eu que des commentaires très touchants de la part de gens qui se sont reconnus et qui m'ont remerciée d'en avoir parlé publiquement.»

Parmi les bénédictions que La Voix a apportées dans la vie de la chanteuse, il y a évidemment son album homonyme sorti le 5 mai dernier.

«La victoire à La Voix venait avec un contrat pour faire un album alors, dès le départ, je l'avais en tête. J'ai eu peut-être deux semaines de vacances après la finale avant de commencer à travailler dessus. Au début, les gens de la production m'ont simplement demandé de faire une liste des gens de qui j'aimerais avoir des chansons.»

Y sont apparus des noms comme Michel Rivard, Fred Fortin ou Daniel Bélanger qui ont accepté.

«Chacun avait son approche particulière. Par exemple, j'ai rencontré Daniel Bélanger dans un café. On a jasé pendant deux heures et il m'est arrivé quelque temps après avec une chanson qui me collait complètement à la peau. J'ai reçu au-delà d'une vingtaine de chansons; mon critère de sélection finale, c'est qu'il fallait que je me reconnaisse dans les textes. Je voulais un album soul mais dans le sens de chansons que je puisse chanter avec mon coeur.»

Complètement renversée par le talent de Jessie McCormack à la réalisation, Stéphanie Saint-Jean n'en a pas moins conservé la mainmise sur la confection de son album.

«J'avais vraiment mon mot à dire sur tout. Les gens arrivaient avec des suggestions mais c'est moi qui décidais en fin de compte. C'est pour ça que c'est un album qui me ressemble énormément. Si quelqu'un veut me connaître, il n'a qu'à écouter l'album qui offre plusieurs styles musicaux qui me plaisent.»

Elle que le public associe volontiers au gospel s'est fait un petit plaisir en reprenant Oh Happy Day mais avec une touche unique.

«Je sais que les gens s'attendent toujours à ce que je la chante mais j'avais envie de lui donner une twist différente. J'ai donné à l'interprétation un son un peu rough qui me plaît beaucoup. Je n'ai eu que des commentaires positifs, comme quoi les gens n'ont pas été déçus.»

D'ailleurs, les réactions qu'elle a récoltées depuis le lancement sont unanimement positives, soutient-elle, ravie.

«Ceux qui m'inquiétaient le plus, ce sont mes proches. Surtout qu'ils sont habitués de m'entendre chanter en anglais et je me demandais si ça passerait aussi bien en français. Ils ont adoré ça, un peu comme un nouveau côté de moi qu'ils découvraient.»

Stéphanie Saint-Jean est francophone mais son univers musical a toujours été fortement marqué par l'anglais.

«J'ai écouté et j'écoute encore beaucoup de chansons francophones mais j'ai toujours chanté en anglais. Peut-être parce que mon père chantait en anglais à la maison. Mais à travers cet album, j'ai réellement pris goût à chanter en français. Je ne saurais pas l'exprimer clairement en mots mais j'ai senti une différence fondamentale entre chanter en français ou en anglais.»

Au début de son aventure à La Voix, interpréter dans la langue de Molière constituait un défi pas toujours évident mais elle y a pris goût.

«J'ai été extraordinairement choyée par la qualité des textes qu'on m'a soumis. La langue française peut être tellement belle! Si j'avais le choix, pour un prochain album, je pense qu'il serait à moitié en anglais et à moitié en français.»

Cet album fait désormais partie intégrante de ses spectacles qui s'inscrivent dans une tournée débutée en janvier. Elle s'est retenue de dévoiler de nouvelles chansons avant leur dévoilement officiel mais peut désormais laisser libre cours à sa puissante envie de les partager avec le public.

Elle sera notamment à Drummondville, à la Maison des arts Desjardins, le 3 juin prochain. Pour ce qui est de l'album, il est en vente tant dans les magasins que sur les principales plateformes de téléchargement.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer