Plaidoyer féministe de Valérie Carpentier

«Vous voulez me juger selon ce que je... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

«Vous voulez me juger selon ce que je porte? Tout ce qui me couvre ici c'est mon album donc au moins vous me jugerez vraiment sur ce que je fais», a écrit Valérie Carpentier sur sa page Facebook.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La chanteuse Valérie Carpentier en a marre des remarques sur son apparence. Elle a exprimé son ras-le-bol dans une publication Facebook lundi soir, exaspérée par les commentaires générés à la suite de son passage à l'émission La Voix, dimanche, où son décolleté a plus fait jaser que sa performance.

Le fameux décolleté qui fut l'objet de commentaires.... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Le fameux décolleté qui fut l'objet de commentaires.

Photo tirée de Facebook

Lors de la finale de l'émission, la gagnante de son édition 2013 a interprété On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime de Louis Chedid, une «magnifique chanson douce et remplie d'amour que je dédie à mes fans, à mes amis et à ma famille aussi», formule-t-elle pour justifier son choix.

«J'aurais aimé vous présenter une composition, pourtant je vous chante cette chanson-là, vous l'offre comme un cadeau. Je passe une belle soirée, j'appréhende la réaction du public, que pense-t-il de la chanson, va-t-il être curieux et écouter l'album?

Résultat: je reçois que des commentaires concernant mon look, mon décolleté... Encore une fois des gens qui savent mieux que moi qui je suis et qui je ne suis pas, tout ça basé peut-être sur celle que j'étais (une jeune fille talentueuse mais insécure et timide) il y a quatre ans», écrit-elle.

Son dernier album, Pour Rosie, a comme inspiration un personnage fictif du même nom.

«J'ai récemment publié des images où on me voit déguisée en Rosie. Je décide d'incarner le personnage, question de me dévouer entièrement à mon art et d'aller au bout de mes fantaisies imaginaires. Résultat: «Valérie a changé de style! Que lui arrive-t-il? C'est beau, c'est sexy, ou non c'est moche elle était mieux avant....» Les gens jugent, les gens parlent... Écoutent-ils les chansons, non», déplore-t-elle.

Plus globalement, Valérie Carpentier réfléchit sur la place et le rôle des femmes dans la société, en demandant de «laisser les femmes être des femmes, et laisser les gens être ce qu'ils sont». 

«C'est pas normal qu'on me juge toujours sur ce que je porte sans même chercher à entendre ce que j'ai à dire, sans même écouter ma musique, qui en passant est ma véritable et plus grande passion dans la vie...», ajoute la jeune femme de Sainte-Anne-de-la-Pérade en dénonçant ce qu'elle appelle les doubles standards.

«Encore en 2017, c'est pas fini. Le corps de la femme est un «objet» de débats et de controverse. Comme si notre apparence était plus importante que nos accomplissements...», expose-t-elle en donnant les exemples de Safia Nolin, «pas assez chic» au dernier Gala de l'ADISQ, et de Katherine Levac et sa perte de poids.

«Je pense aux standards beauté au cinéma, aux proportions aliénantes des mannequins dans l'industrie de la mode. Je pense aux victimes de viols qui se sentent coupables de leurs attributs féminins. Je pense aux femmes nées dans un corps d'homme qui prennent la décision d'enfin se transformer en femme. Je pense aussi aux hommes, nés femmes qui prennent cette même décision... Je pense aux voiles, pas voiles, aux mariages forcés, à l'excision... », énumère-t-elle en élargissant la portée des enjeux qu'elle aborde.

«Je pense à toutes les femmes.... Qu'est-ce qu'on nous enseigne? Est-ce d'être soi-même librement? Je pensais que la femme était libérée; plus je vieillis plus je comprends que non... Il y a encore du chemin à faire. Comment pouvons-nous être libres si on continue sans cesse de se juger entre nous sur notre emballage?»

Pour appuyer son propos d'une manière encore plus provocante, elle publie une photo d'elle où deux pochettes de disques couvrent ses seins nus. «Vous voulez me juger selon ce que je porte? Tout ce qui me couvre ici c'est mon album donc au moins vous me jugerez vraiment sur ce que je fais», conclut-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer