Des artistes veulent avoir leur part

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) De nombreux artistes du Centre-du-Québec déplorent que les MRC de Bécancour, de Nicolet-Yamaska ainsi que de l'Érable aient décidé de passer leur tour lorsqu'est venu le temps de signer le partenariat territorial avec le Conseil des arts et des lettres du Québec dans le cadre duquel 510 000 $ seront investis pour soutenir des projets de création, de production ou de diffusion mis sur pied dans cette région.

Selon les termes de l'entente d'une durée de trois ans, le Conseil des arts et des lettres a apparié le montant de 255 000 $ investi par les villes et MRC signataires, d'où le montant total de 510 000 $.

Les MRC d'Arthabaska et de Drummond, les Villes de Bécancour, Drummondville et Victoriaville ainsi que Culture Centre-du-Québec ont ratifié l'entente. Seulement les artistes vivant sur les territoires de ces villes et MRC peuvent donc bénéficier du programme qui a été récemment annoncé.

Les artistes résidant dans les trois MRC qui n'ont pas signé l'entente aimeraient donc que leurs dirigeants changent d'idée afin qu'ils puissent également être admissibles. Une lettre signée par une quarantaine d'entre eux leur a d'ailleurs été envoyée ainsi qu'aux médias tandis qu'une page Facebook a été créée.

L'initiateur de cette démarche, l'artiste multidisciplinaire de Saint-Léonard-d'Aston Stéphane Lévesque, soutient que des approches avaient été faites auprès des MRC non signataires et que ces dernières ont refusé l'invitation du Conseil des arts et des lettres et de Culture Centre-du-Québec pour des raisons budgétaires.

«Ce n'est pas juste. On n'est pas moins ''artiste'' parce que l'on ne vit pas à Drummondville ou à Victoriaville. On devrait avoir droit à ces sommes-là. Comme c'est de l'argent public, ça doit être accessible à tout le monde. On s'est donc mis en action rapidement afin de dénoncer ça auprès de nos MRC. [...] Il y a une iniquité là-dedans», explique-t-il avant d'ajouter que des scénarios similaires se sont produits dans d'autres régions du Québec et que les revendications des artistes et des organismes culturels ont permis de renverser la vapeur.

Les efforts des artistes ayant joint leur voix à celle de M. Lévesque semblent d'ailleurs avoir déjà porté leurs fruits. Certains d'entre eux rencontreront prochainement les dirigeants de la MRC de l'Érable alors que M. Lévesque espère de son côté obtenir un entretien avec ceux de la MRC Nicolet-Yamaska. Il précise que les demandes dessignataires de ce manifeste sont légitimes.

«Je connais peu d'artistes du Centre-du-Québec qui vivent à 100 % de leur art. Nous ne sommes pas des bébés gâtés qui réclament une voiture de plus dans leur cour. Nous sommes plus des gens en survie. Alors quand il y a des programmes gouvernementaux qui peuvent nous aider à créer et à bonifier ce que l'on fait, nous ne devrions pas être exclus», lance M. Lévesque.

Fait à noter, la décision de la Ville de Bécancour de signer l'entente ne fait pas en sorte de rendre admissibles les artistes vivant dans les autres localités faisant partie de la MRC du même nom.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer