Une aide précieuse pour les oeuvres d'Ozias Leduc

L'annonce d'une aide gouvernementale de 115 422 $ au Comité... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'annonce d'une aide gouvernementale de 115 422 $ au Comité de protection des oeuvres d'Ozias Leduc a réjoui la présidente du conseil d'administration Lise Racine et le député de Saint-Maurice Pierre Giguère.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le programme Mécénat Placements Culture du gouvernement du Québec a de nouveau fait des heureux dans la région car il a permis au Comité de protection des oeuvres d'Ozias Leduc de s'enrichir d'une aide financière de 115 422 $. L'annonce en a été faite lundi à l'église Notre-Dame-de-la-Présentation du secteur Shawinigan-Sud.

Le programme vient compléter, par une aide gouvernementale, les efforts d'organismes du monde de la culture pour générer des revenus en faisant appel au mécénat. Dans le cas qui nous intéresse, le Comité avait amassé la somme de 38 474 $ grâce à des activités de financement et des dons en 2014 et 2015. 

Selon les modalités du programme, ce montant était susceptible d'être accompagné d'une aide d'une valeur du triple de la somme amassée. La moitié de la somme reçue sera déposée dans un fonds de dotation et sera disponible après dix ans alors que le reste ira dans un fonds de réserve qui rendra la somme disponible au bout de deux ans.

Dans l'intervalle, l'organisme concerné pourra faire usage des intérêts accumulés. Tout comme pour le Musée des Ursulines, lui aussi tributaire d'une aide dans le cadre de ce programme, l'argent est placé dans la Fondation communautaire du Saint-Maurice.

Il s'agissait de la première participation du Comité de protection des oeuvres d'Ozias Leduc au programme Mécénat Placements Culture. Cependant, la présidente du conseil d'administration Lise Racine soutient qu'on y aura probablement de nouveau recours grâce à des sommes recueillies en 2017.

«On va devoir en discuter au conseil d'administration mais je crois bien qu'on répétera l'expérience. Nous allons de nouveau organiser deux concerts-bénéfices au cours de l'année et on peut aussi compter sur la loto Découverte, une activité par laquelle on compte vendre 600 billets à 15 $. On n'a pas de doute qu'on devrait être en mesure d'amasser au cours de l'année la somme minimale de 10 000 $ requise pour être éligible au programme.»

«C'est cet argent-là qui nous permet d'assurer le fonctionnement du musée et l'aide gouvernementale devient précieuse pour poursuivre nos activités. La seule utilisation des intérêts sur l'aide annoncée aujourd'hui va venir appuyer notre travail. Ça nous donne une stabilité financière nécessaire.»

«Notre mission implique la conservation et la mise en valeur des oeuvres et c'est surtout dans ce dernier créneau que nous avons besoin d'argent. Le défi que nous avons, c'est de maintenir le musée ouvert le plus longtemps possible et de le faire connaître au plus grand nombre de gens.

On ne peut pas savoir dès maintenant à quoi seront consacrées les sommes reçues dans deux ou dix ans, mais il est certain qu'on a du marketing à faire, de la publicité et il faut également prévoir que les oeuvres elles-mêmes peuvent avoir besoin d'entretien ou de réparation alors, le conseil d'administration décidera de l'usage qu'on va faire de cet argent en temps et lieu.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer