La dernière des dernières pour Broue

Michel Côté a toujours apprécié ses passages à... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Michel Côté a toujours apprécié ses passages à la salle J.-A.-Thompson.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kim Alarie
Kim Alarie
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «Toute bonne chose a une fin.» Ce n'est pas sans un pincement au coeur que Michel Côté fait cette remarque au sujet du phénomène Broue. Au bout du fil, il est résigné. Le 22 avril à Sherbrooke, ce sera la fin d'un chapitre qui aura duré 38 ans.

En compagnie de Marc Messier et Michel Gauthier, il a fait ses adieux à Alma et Chicoutimi et c'est jeudi qu'il les fera à Trois-Rivières.

«On le sait depuis le mois de janvier, mais on a attendu avant d'en parler pour ne pas trop vivre d'émotions. On l'a annoncé dernièrement à Tout le monde en parle. Nous on le savait depuis janvier que partout où on passait, c'était la dernière fois», raconte-t-il.

À la veille de son dernier passage à la salle J.-A.-Thompson, Michel Côté a partagé ses souvenirs, tous heureux, de l'endroit et du public.

«Je ne me souviens pas d'un mauvais show à Trois-Rivières ou d'un spectacle où ç'a été difficile.»

«C'est un magnifique théâtre, probablement l'un des plus beaux au Québec, alors ça va être spécial. C'est très touchant de penser que c'est la dernière fois qu'on sera dans cette loge-là, la dernière fois que tu es en coulisses à attendre ton cue. On vit quelque chose. Même si on avait retardé d'un an ou deux ans, on l'aurait vécu de toute façon. Il fallait le vivre un jour.»

Sur une si longue période, le trio a été à même de constater l'évolution de la salle de la rue des Forges.

«On se rappelle de la salle avant les rénovations et des loges qui ressemblaient à des cellules», lance-t-il sourire en coin. «Par contre, la salle a toujours eu une acoustique formidable. C'est un petit bijou.»

C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a proposé à Karine Vanasse de venir à Trois-Rivières. «Je lui ai dit: ''Si tu veux voir Broue, viens à Trois-Rivières, c'est une belle salle, c'est une bonne salle, ça vaut la peine''.»

Impression de déjà-vu?

Ce n'est pourtant pas la première fois que les trois comédiens de Broue font une tournée d'adieu. En novembre 2013, le maire Lévesque les avait reçus à l'hôtel de ville pour souligner ce que tout le monde croyait être la dernière des dernières.

«C'était un peu gênant, car on avait annoncé avec beaucoup d'humour une première tournée d'adieu, le mot adieu avait fessé plus que le mot première. Il y avait eu, avec votre sympathique maire, une cérémonie, des cadeaux, mais depuis ce temps, il y a eu de la demande et on est retourné quelques fois à Trois-Rivières. Là je peux vous dire que jeudi, c'est vraiment la dernière.»

Les chiffres sont démesurés: 3322 représentations et plus de 3 800 000 spectateurs. «Je pense que Trois-Rivières est une des villes avec Drummondville, Sherbrooke et Ottawa, où on a joué le plus.»

Selon la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, la représentation de Broue jeudi sera la 95e depuis la première trifluvienne le 16 novembre 1980. C'est le plus grand nombre de représentations offertes dans la salle, tout genre confondu, et c'est plus de 93 800 personnes qui ont assisté au spectacle à Trois-Rivières, toujours selon la Corporation.

Sceptiques?

Il y a peut-être des sceptiques qui doutent que ce sera la dernière tournée d'adieu. Pour Michel Côté, qui parle au nom de son équipe, c'est bel et bien la bonne. «Ça fait quelques années qu'on en parle. On va tous avoir plus de 67 ans, les trois, et partir en tournée, c'est épuisant.»

«Pour jouer à Trois-Rivières, on va partir vers 17 h-17 h 30, on va se taper le trafic pour sortir de Montréal, après on joue et on revient après le show, vers minuit. C'est un peu épuisant.»

En plus du rythme un peu fou, il y avait une certaine crainte de voir l'engouement s'atténuer s'ils étiraient trop la sauce. «On a toujours voulu finir avec des salles pleines. On n'a jamais voulu booker une saison de plus et arriver dans des demi-salles. On voulait finir en comptant encore trois buts par game», image-t-il.

Quand on lui fait remarquer qu'il n'y avait pas d'essoufflement à l'horizon, il souligne que la conjoncture des événements a facilité le processus. «On aurait pu continuer encore un an ou deux, mais les étoiles se sont alignées et il fallait prendre une décision. On s'est réuni en janvier et on a constaté que les salles étaient pleines, alors on s'est dit que les gens ne diraient pas qu'on a annoncé que c'était la dernière pour vendre des billets», avance le prolifique acteur.

«Nos techniciens sont avec nous depuis 30 ans. L'un 34 ans, l'autre 30 ans et le petit nouveau a 12 ans d'expérience avec nous. Les producteurs Jean-Claude L'Espérance et Louise Claude qui s'occupent de tout ce qui est derrière Broue, administration, les locations de camion, le booking, eux aussi ont parlé d'une semi-retraite, tout ça mis ensemble...»

Pour terminer l'entrevue, Michel Côté souhaitait transmettre ce message. «J'en profite pour saluer les gens de Trois-Rivières et Shawinigan, tous les Mauriciens qui ont été fidèles durant toutes ces années.»




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer