Hommage à Joe Dassin à Shawinigan

Jeape Carelo et Julie St-Onge entourent Zahria Blanchette.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jeape Carelo et Julie St-Onge entourent Zahria Blanchette. La Fondation Zahria est à la veille d'être créée, et un spectacle hommage à Joe Dassin sera présenté à son profit au Centre des arts le 4 mars.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Julie St-Onge est rendue à l'étape du «redonner au suivant». Émergeant de huit années où elle s'est consacrée entièrement aux soins de sa fille Zahria, elle a créé, avec son conjoint, un spectacle hommage à Joe Dassin, dont une partie des bénéfices sera versée aux parents d'enfants malades.

Les intestins de Zharia étaient hors de son ventre lorsqu'elle est née en mai 2008. L'anomalie avait été détectée pendant la grossesse et devait être corrigée par une chirurgie dont le bébé se remettrait après quelques semaines. Mais six semaines après sa naissance, les médecins ont découvert qu'une bactérie avait fait pourrir 171 cm de l'intestin de Zahria, et une série de complications ont suivi.

«Elle a eu un cathéter central en permanence pour recevoir de l'alimentation par les veines, ce qu'on appelle l'hyperalimentation. Le cathéter a été changé plusieurs fois, mais elle l'a eu jusqu'à l'âge de huit ans. Elle ne pouvait rien absorber par l'intestin», raconte sa mère. Zahria a passé les huit premiers mois de sa vie au centre hospitalier Sainte-Justine, sa mère à son chevet.

«Elle a eu plusieurs opérations. Et le cathéter central, c'est une porte d'entrée pour les bactéries. Elle a eu des septicémies (infection du sang) à répétition, ça s'est jeté dans les poumons, elle a été aux soins intensifs...», énumère Mme St-Onge, qui a suivi un cours pour pouvoir s'occuper de sa fille à la maison quand elle a pu sortir de l'hôpital.

Le cathéter de Zahria a pu être enfin retiré en juillet dernier, ce qui constituait une étape très importante, mais la fillette doit encore être gavée trois fois par jour.

«J'ai eu vraiment la chance d'avoir l'aide d'une famille et d'une communauté. C'est ce qui me donne le goût de redonner au suivant. On n'a pas de soutien gouvernemental et c'est frustrant. J'étais au chevet de ma fille 24 heures sur 24, je ne pouvais pas travailler», indique la Shawiniganaise d'origine, qui recevait le montant d'aide sociale de base avec «un léger supplément pour enfant handicapé», ce qui n'était pas suffisant. Elle a passé quelques années en mode monoparental, une période particulièrement difficile.

Il y a deux ans, quand l'état de Zahria a commencé à se stabiliser, Julie St-Onge a voulu réactiver son rêve de vivre de sa passion pour l'art. Depuis plus de trois ans, elle partage sa vie avec Jeape Careno, un musicien et chanteur. Le couple vit maintenant près de Saint-Jean-Port-Joli, et fait de la musique ensemble au sein d'un duo et d'un autre groupe.

Las de se produire dans le circuit des bars, Mme St-Onge et M. Careno ont voulu créer un spectacle de salle, question de profiter de conditions de travail plus compatibles avec la famille, et aussi pour vivre l'expérience, comme artistes, d'offrir un spectacle que les gens ont vraiment envie de voir, par rapport au contexte du public des bars, sur place pour prendre un verre.

«L'idée de Joe Dassin est venue. Jeape a beaucoup d'affinités avec lui et s'amusait à l'imiter à la maison», raconte Mme St-Onge pour parler du spectacle hommage à Joe Dassin imaginé par le couple, et qui sera présenté au Centre des arts de Shawinigan le 4 mars.

«Je l'imitais pour le fun, mais l'idée était super bonne. Je l'ai travaillé! En approfondissant, je pense pouvoir aller chercher sa voix, son timbre, son style, sa gestuelle», ajoute M. Careno, qui se mettra dans la peau - et la voix! - du chanteur mort en 1980.

Le personnificateur de Joe Dassin est accompagné par 10 musiciens et trois choristes (dont Julie St-Onge) dans ce spectacle mis en scène par Katee Julien et dont la direction musicale a été confiée à Renaud Labelle.

Le spectacle Les plus belles années de Joe Dassin a été présenté pour la première fois à L'Impérial, à Québec, les 7 et 8 octobre, puis en supplémentaire le 28 janvier. Le couple aimerait bien séduire un producteur qui permettrait une large diffusion de ce spectacle qui revisite les plus grands succès de Joe Dassin, mais permet aussi de découvrir certaines de ses chansons moins connues.

Dès le départ, il allait de soi pour Julie St-Onge d'associer son projet artistique à son envie d'aider les parents qui comme elle, ont eu à ajouter des préoccupations financières aux soucis déjà assez grands de prendre soin d'un enfant malade à temps plein.

Une fondation est en cours de création et devrait être officiellement sur pied cet été. «Il y a beaucoup d'argent donné à la recherche, mais pas aux familles en tant que telles, et on trouvait que ça manquait», conclut M. Careno.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer