• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Oscars: Arrival est un film qui a quelque chose de «très québécois», selon Villeneuve 

Oscars: Arrival est un film qui a quelque chose de «très québécois», selon Villeneuve

Le réalisateur Denis Villeneuve... (Agence France-Presse)

Agrandir

Le réalisateur Denis Villeneuve

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse, Presse Canadienne
Le Nouvelliste

(Los Angeles) C'est avec un film américain que Denis Villeneuve obtient une nomination dans la catégorie de la meilleure réalisation aux Oscars, mais pour le cinéaste, Arrival (L'arrivée) demeure un film très québécois.

Le long métrage de science-fiction obtient huit nominations à la prestigieuse cérémonie, notamment dans la catégorie du meilleur film et du meilleur scénario adapté. Plusieurs prix techniques pourraient également lui être octroyés.

En conférence téléphonique depuis Los Angeles, où il travaille sur la suite de Blade Runner, Denis Villeneuve a rappelé qu'il avait été formé au Québec et que c'est ici qu'il est devenu le cinéaste qu'il est aujourd'hui.

Il a également précisé qu'à l'exception des acteurs, des producteurs et du directeur photo, l'équipe du film est toute québécoise.

Denis Villeneuve a également confié qu'il n'aurait jamais imaginé, il y a un an, que son film recevrait de telles accolades, mais il a admis que les rumeurs favorables à son endroit dans les derniers mois ont fait en sorte qu'il s'attendait tout de même à obtenir quelques nominations mardi matin.

Il a toutefois été extrêmement surpris, et très déçu, que son actrice principale, Amy Adams, n'ait pas été sélectionnée pour la catégorie de la meilleure interprète féminine, elle qui a été de toutes les cérémonies depuis le début de la saison des prix.

Quant à Xavier Dolan, il n'a pas été retenu dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère pour son film Juste la fin du monde. Le film iranien Le client, une coproduction française, fait partie des cinq films en langue étrangère retenus, aux côtés de l'allemand Toni Erdmann de Maren Aden, du film australien Tanna, du suédois Mr. Ove et du danois Les oubliés.

Dans la catégorie du meilleur acteur, Casey Affleck (Manchester by the Sea), Andrew Garfield (Hacksaw Ridge), Ryan Gosling (La La Land), Viggo Mortensen (Captain Fantastic) et Denzel Washington (Fences) se livreront une chaude lutte.

Chez leurs consoeurs féminines, Isabelle Huppert (Elle), Ruth Negga (Loving), Natalie Portman (Jackie), Emma Stone (La La Land) et Meryl Streep (Florence Foster Jenkins) se disputeront les grands honneurs.

Pour le meilleur rôle de soutien, on retrouve Jeff Bridges pour Comancheria, Mahershala Ali pour Moonlight, Lucas Hedges (Manchester by the Sea), Michael Shannon (Nocturnal Animals) et Dev Patel (Lion).

Pour le meilleur second rôle féminin, on retrouve Naomie Harris (Moonlight), Nicole Kidman (Lion), Octavia Spencer (Hidden Figures), Michelle Williams (Manchester by the Sea) et Viola Davis (Fences).

Pour la première fois, l'annonce des finalistes pour la cérémonie qui se déroulera le 26 février, apogée de la saison des prix à Hollywood, se faisait par streaming sur internet avec des stars comme Brie Larson, lauréate de l'an dernier, ou Jennifer Hudson, également actrice oscarisée.

Les Quéébécois sur le tapis rouge

Avec sa nomination, Denis Villeneuve s'ajoute ainsi aux nombreux Québécois qui ont eu l'occasion de fouler le tapis rouge au cours des dernières années. En voici quelques-uns:

2014: Jean-Marc Vallée - Dallas Buyers Club

Le film de Jean-Marc Vallée avait permis à Matthew McConaughey et Jared Leto de se démarquer dans les catégories d'interprétation masculine. Jean-Marc Vallée, sous le pseudonyme John Mac McMurphy, avait récolté une nomination dans la catégorie du meilleur montage en compagnie de son collègue Martin Pensa. Le long métrage avait aussi été sélectionné parmi les neuf finalistes que comptait la catégorie du meilleur film cette année-là.

2013: Kim Nguyen - Rebelle

Le long métrage de Kim Nguyen, tourné en République démocratique du Congo, s'est intéressé au parcours d'une adolescente enceinte, Komona, prise dans une révolution. Le film avait fait partie des finalistes dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère.

2013: Yan England - Henry

L'acteur Yan England est passé derrière la caméra pour offrir Henry, un court métrage mettant en vedette Gérard Poirier. Le cinéaste s'était inspiré de son grand-père pour tourner cette histoire, sur un homme atteint de la maladie d'Alzheimer. Le film avait été en nomination dans la catégorie du meilleur court métrage.

2012: Philippe Falardeau - Monsieur Lazhar

Philippe Falardeau a représenté le Canada dans la course à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, se taillant une place parmi les cinq finalistes, avec Monsieur Lazhar. Le long métrage raconte l'histoire d'un homme originaire de l'Algérie qui remplace dans sa classe une enseignante qui s'est enlevé la vie. C'est finalement le film iranien Une séparation, d'Asghar Farhadi, qui a remporté la statuette cette année-là.

2012: Patrick Doyon - Dimanche

Le Québécois Patrick Doyon avait été finaliste dans la catégorie du meilleur court métrage d'animation grâce à Dimanche, un voyage charmant dans l'imaginaire d'un enfant qui tente de trouver un moyen de se changer les idées au cours d'une pénible visite dominicale chez ses grands-parents en compagnie de ses parents.

2011: Denis Villeneuve - Incendies

Denis Villeneuve n'en sera pas à son premier passage aux Oscars, en février, s'il obtient des nominations pour Arrival. Le Québécois avait en effet été nommé dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère, au gala de 2011, pour «Incendies», qui mettait en vedette Mélissa Désormeaux-Poulin, Maxim Gaudette et Rémy Girard.

2010: Patrice Vermette - The Young Victoria

Avec The Young Victoria (Victoria: Les jeunes années d'une reine), de Jean-Marc Vallée, le directeur artistique québécois Patrice Vermette avait obtenu une nomination dans la catégorie de la meilleure direction artistique. Le trophée était cependant allé aux artisans de la mégaproduction Avatar.

2004: Denys Arcand - Les invasions barbares

C'est fort de deux nominations que Denys Arcand s'est présenté à la cérémonie des Oscars en 2004, grâce à son film Les invasions barbares, suite du Déclin de l'empire américain, qui l'avait aussi mené à la prestigieuse cérémonie. Le cinéaste n'a pas réussi à remporter l'Oscar du meilleur scénario original, mais il a mis la main sur le convoité prix du meilleur film en langue étrangère, un exploit qui n'a pas été répété par un Québécois depuis.

2004 : Benoît Charest - Les triplettes de Belleville

Nommé dans la catégorie de la meilleure chanson originale pour Belleville Rendez-vous, tirée du film d'animation Les triplettes de Belleville, Benoît Charest, en compagnie notamment de la chanteuse Betty Bonifassi, avait enflammé la cérémonie en interprétant la pièce sur scène. C'est finalement Into the West du film The Lord of the Rings: The Return of the King qui avait gagné dans la catégorie.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer