Alain-François: une énergie festive

Alain-François présentera son nouvel album, La Fête, au... (Le Quotidien)

Agrandir

Alain-François présentera son nouvel album, La Fête, au Magasin général de Maskinongé Le Brun le 16 décembre.

Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kim Alarie
Kim Alarie
Le Nouvelliste

Si la musique d'Alain-François sied si bien à la saison des Fêtes ce n'est pas le fruit du hasard. C'est que le gars est né avec un gène festif.

«Quelque part, ça vient de la famille tout ça. Ça vient de mon grand-père qui m'a légué son violon quand j'avais 7 ans. Encore aujourd'hui, il y a trois

générations de violoneux sur le bord du piano dans le temps des Fêtes. C'est une influence directe de la famille.»

C'est cette énergie génétique et contagieuse qu'il répand à grands coups d'archet depuis près d'une trentaine d'années. «On me voit plus dans le temps des Fêtes car il y a l'effet des trois Trousses du temps des Fêtes (sorties en 2011, 2012 et 2014) qui fait que je suis de plus en plus présent dans cette période de l'année.» 

Le violoniste victoriavillois se plaît dans ce créneau qu'il occupe année après année.

«Ce n'est pas un hasard si on a vendu autant d'albums: je crois que les gens se reconnaissent là-dedans.»

Le dernier album est tout aussi festif - avec un titre comme La fête comment pourrait-il en être autrement - mais avec moins de «Noël». C'est une demande qu'il avait du public. «On m'a tellement dit: «Est-ce qu'il serait possible d'avoir un album qui aurait la même essence que les Trousses, mais qui aurait moins de père Noël?» Je me suis dit: «ce n'est pas fou de faire ça, de garder l'esprit, mais de faire des choix différents au niveau des reprises»

Ainsi est né son petit dernier. Avec des compositions remplies de violon, d'humour et de rythmes entraînants, La Fête est un album qu'il souhaite plus annuel que saisonnier. Difficile de ne pas esquisser un sourire quand on entend La Chanson à répondre qui s'inspire de l'expérience client dans les systèmes téléphoniques et Trop vite un clin d'oeil à la vie qui... va trop vite. Les reprises ont aussi leur place sur cet opus. 

«Je me suis demandé: ''Quelles sont les chansons qui sont dans la famille et qui reviennent?''» Parmi les titres qui ressortaient, Le frigidaire de Tex Lecor et Mon oncle Edmond de Jean Lapointe. 

Un style traditionnel-actuel

Avec la nouvelle tournée de La Fête, il pourra présenter son spectacle toute l'année. «Ce n'était pas le cas avec la Trousse du temps des Fêtes. On fait aussi une version du spectacle avec artistes invités, dont Patrice Michaud et Vincent Vallières. On a mis du violon dans leurs affaires et le party pogne. Je tradifie les chansons de mes artistes invités», raconte-t-il tout sourire.

«Le trad est une essence qui fait partie de mes affaires, mais ce n'est pas pur. C'est évident que ce n'est pas pur avec le drum, le banjo et les guitares électriques. Ça vient de quelque part ça! Quand j'étais aux Deux Pierrots je jouais avec mon band et je mettais du violon partout. Je me faisais souvent reprocher de faire mes chansons alors je mettais du violon dans AC/DC. Je mettais du violon partout. Je joins le trad à toutes sortes de sauces musicales. Je n'ai pas de misère à ajouter deux guitares électriques sur la chanson Mon oncle Edmond et on dirait que ça m'apporte une certaine accessibilité», explique celui qui sera d'ailleurs de passage au Magasin général Le Brun le 16 décembre.

De la télé avec ça?

«J'ai troqué mon archet pour une canne à mouche.» C'est avec un grand sourire qu'Alain-François parle de son nouveau projet télévisuel de huit épisodes qui seront diffusés à RDS en février.

L'amateur de pêche à la mouche animera une émission sur un sujet qui le passionne autant que la musique et qui n'est pas complètement étranger à son processus de création. 

«J'ai une connexion avec la nature. Les mélodies, je dis souvent que je les ai créées quand j'ai les deux pieds dans l'eau. Tellement que des fois, je sors mon cellulaire pour ne pas oublier des affaires. Je ne sais pas si c'est parce qu'il y a un neutre psychologique à se mettre les deux pieds dans l'eau, je ne sais pas», mentionne-t-il, soulignant que le tournage a été aussi très productif sur le plan musical.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer