• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • Casse-Noisette: Bryan Perro narrera cette «oeuvre de lumière» 

Casse-Noisette: Bryan Perro narrera cette «oeuvre de lumière»

Bryan Perro se joindra en tant que narrateur... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Bryan Perro se joindra en tant que narrateur aux musiciens de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières, samedi, pour l'interprétation de Casse-Noisette.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le chef de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières Jacques Lacombe a dirigé des centaines de fois la musique de Casse-Noisette alors qu'il était à la barre de l'orchestre des Grands Ballets canadiens de Montréal.

Mais ce sera la première fois qu'il dirigera les musiciens de son orchestre trifluvien, samedi, à l'occasion de la présentation de ce classique évocateur de la fête de Noël.

L'histoire de Clara et de son casse-noisette animé ne sera pas incarnée par les gracieux danseurs et danseuses du ballet de Tchaïkovski, créé en 1892 en collaboration avec le chorégraphe Marius Petipa. La musique prendra toute la place, mariée avec la narration de Bryan Perro qui racontera à sa façon l'histoire issue du conte allemand d'Hoffmann, adapté en français par Alexandre Dumas. 

Les mots de Bryan Perro, prolifique auteur, comédien et metteur en scène, valseront avec la musique dans une formule encore en élaboration mercredi. Bryan Perro sèmera ses interventions à divers endroits des deux actes du ballet. Sa narration viendra en quelque sorte s'ajouter comme la partition d'un instrument dans l'orchestre.

«Je me base sur ce qu'Alexandre Dumas a écrit, et qu'il avait pris d'Hoffmann. Je suis en train de travailler ça avec le maestro. L'orchestre, ce n'est pas comme une répétition au théâtre. Et à quelque part, on ne vient pas m'entendre moi, on vient entendre la musique. Ça vient complémenter, c'est comme une offre supplémentaire. L'ultime but, c'est la musique. L'OSTR va être prêt, et moi je n'ai qu'à insérer ma partition de texte», explique l'auteur et comédien quand on s'étonne que quelques jours avant la représentation, les détails n'en soient pas totalement fixés.

Bryan Perro a déjà l'expérience de partager la scène avec un orchestre symphonique. En 2013, il prêtait sa voix à l'épopée musicale de Pierre et le Loup de Prokofiev lors d'une Matinée symphonique de l'OSTR. L'année précédente, il avait écrit et narré un conte pour et avec l'Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Kent Nagano à la Maison symphonique de Montréal.

«Pour Pierre et le Loup, le maestro m'avait dans sa partition, me regardait et me donnait le cue. Avec l'OSM ce n'était pas la même chose. Quand j'ai fait le conte de Noël, c'est un autre travail parce qu'on partait d'un texte original», compare l'artiste, qui apprécie la puissance d'évocation du travail avec un orchestre symphonique. Le créateur et interprète considère que la musique, qu'elle figure dans une comédie musicale ou un film, par exemple, appuie et enrichit les mots et l'histoire relatée.

«Marier le texte et la musique, marier ces deux façons-là de raconter, ça vient dédoubler la narration», considère le père d'Amos Daragon, qui s'identifie davantage au personnage de Scrooge, de Charles Dickens, qu'à Casse-Noisette en ce qui concerne les références aux productions culturelles reliées à Noël.

«Moi je suis Scrooge. Ça fait partie de mon enfance», confirme celui qui a découvert Casse-Noisette l'année dernière en compagnie de sa petite-fille et qui qualifie l'oeuvre de «fantastique féerie de Noël». 

«Noël c'est quoi? Moi je ne suis pas religieux d'aucune façon. Je suis plus attaché à ce qui est archaïque, à ce qui est la première signification des choses, que l'Église catholique a changé par la suite pour se l'approprier.

Noël c'est quoi? C'est la fête de la lumière qui revient. Tout ce qui est le symbole de l'élévation de l'homme vers la lumière, vers ce qui le porte, vers ce qui est beau, ce qui est enchanteur. C'est ce que je trouve fantastique de cette oeuvre-là: c'est une oeuvre de lumière. C'est pour ça que ça va bien avec Noël», conclut-il.

Une répétition ouverte au public se tiendra ce vendredi à 19 h au Centre des arts de Shawinigan, et le concert officiel est prévu à 20 h à la salle J.-Antonio-Thompson de Trois-Rivières. Les cinq stagiaires du Conservatoire de musique de Trois-Rivières s'uniront à l'orchestre dirigé par Jacques Lacombe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer