Kiefer Sutherland: charme et sincérité

Kiefer Sutherland a présenté un spectacle musical au... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Kiefer Sutherland a présenté un spectacle musical au Centre des arts de Shawinigan ce dimanche.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Dans le parterre à peu près comble de la salle Philippe-Filion du Centre des arts dimanche soir, on sentait l'atmosphère des grands soirs. Kiefer Sutherland, la star de Hollywood était en ville et les Shawiniganais n'avaient aucune envie de taire leur enthousiasme.

C'est Kiefer Sutherland l'auteur, compositeur et interprète qui leur payait cette visite et il s'est avéré un invité tout à fait impeccable. Le temps d'une soirée, l'homme a oublié que dans une autre vie, il est Jack Bauer et que dans une autre encore, il est une mégastar. C'est un homme humble et d'une grande gentillesse qui a offert un spectacle généreux et enthousiaste à la foule venue le voir et l'entendre.

D'emblée, la première fois qu'il s'est adressé directement au public, il a tenu à demander pardon. «Bien que j'aie passé près de la moitié de ma vie ici au Québec, mon français n'est pas très bon et comme je vais vous raconter des histoires autour de plusieurs de mes chansons et que je sais que je vais les gâcher en français, je vais vous parler en anglais.»

La sincérité, ça reste le meilleur moyen de briser la glace. Il est vrai, du reste, que Kiefer Sutherland a beaucoup parlé entre ses chansons, racontant pratiquement l'histoire de chacune des quinze ou seize qu'il a offertes au public de Shawinigan. Il s'est, chaque fois, révélé sympathique, sans prétention, gentil comme tout et est apparu d'une rafraîchissante sincérité.

«Nous sommes parfaitement conscients du très beau cadeau que vous nous faites en venant écouter une douzaine de chansons que vous n'avez jamais entendues de votre vie et sachez que nous l'apprécions énormément. Merci beaucoup», a-t-il notamment lancé vers la fin du spectacle. 

Il a passé à peu près toutes les chansons de son album Down in a Hole sorti au début de l'automne. L'album révèle un compositeur doué pour les petites histoires personnelles qui font les bonnes chansons country sans démontrer un talent exceptionnel. Les lignes mélodiques sont, à défaut d'être foncièrement originales, assez accrocheuses en général.

Comme interprète, Sutherland n'est pas le plus doué et on sent bien que la musique n'est pas son premier amour. Ainsi, il semble évident qu'il n'a pas encore trouvé comment tirer le meilleur parti de sa voix particulière, granuleuse et rauque, mais il chante avec coeur. 

De toute façon, il compense largement ses lacunes de musicien par un enthousiasme réjouissant et un charisme exceptionnel. Sur scène, il se donne sans compter et il est absolument charmant sans, apparemment, chercher à l'être. 

Sa musique se promène dans divers tons du country folk traditionnel, voguant entre les ballades tristounettes et les chansons plus rock où sa voix trouve sa meilleure expression. Toutes ses chansons, ou presque, relatent des histoires personnelles et on y sent d'ailleurs une touche de sincérité assez touchante.

«Quand j'ai fait l'album, j'ai réuni une bonne vingtaine de chansons que j'avais écrites et je n'en suis pas revenu de constater combien il y en avait qui parlait d'alcool. En voici une autre», a-t-il notamment dit pour présenter Not Enough Whiskey qui donne son titre à sa tournée actuelle. 

Entouré de quatre musiciens complices et doués qui ont tous bien compris qu'il était plus pertinent de demeurer discrètement dans l'ombre du chanteur tout en acceptant occasionnellement de se mettre sous les projecteurs pour un quelconque solo, Sutherland a donné l'impression d'avoir simplement réuni un groupe d'amis pour faire des spectacles. Le tout a été fait dans une certaine sobriété, sans décor digne de ce nom, sans effets ostentatoires, sans prétention. Cela dit, le son était pas mal bon et à un niveau très juste.

Le public en a sans doute gardé l'impression d'un solide spectacle, tout à fait honnête, présenté par un artiste doué pour la scène, honnête et surtout, très heureux de le faire. 

Quelqu'un de proche du public aussi. En rappel, alors qu'il s'apprêtait à présenter une autre chanson, une spectatrice lui a demandé de chanter My Best Friend. «C'est celle-là que vous avez envie d'entendre? Pourquoi pas? Tant pis pour mon guitariste qui doit changer de guitare, mais allons-y pour My Best Friend

Voilà: c'était simple et charmant comme ça. Kiefer Sutherland a aujourd'hui quitté, mais en laissant un excellent souvenir.

Cindy Bédard

C'est une fille de la région qui a eu l'immense honneur d'ouvrir la soirée pour Kiefer Sutherland et Cindy Bédard a été à la hauteur de la situation.

Pimpante et enjouée comme toujours, la fille de Saint-Tite a présenté cinq chansons de son répertoire sans rien changer au style qui lui est propre et qui lui vaut d'être une valeur montante du country québécois. Elle était belle et réjouissante. Voilà une très chouette idée de Culture Shawinigan que de lui offrir cette tribune dont elle a très bien su profiter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer