Enfin un premier album pour QW4RTZ

Le lancement officiel de leur tout premier album,... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le lancement officiel de leur tout premier album, A cappella 101 a été l'occasion pour QW4RTZ d'offrir une prestation pour le public trifluvien au Cabaret Le Satyre mercredi soir. Ce sont, de gauche à droite, Louis Alexandre Beauchemin, Philipe Courchesne Leboeuf, François Pothier Bouchard et François Dubé.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Qw4rtz est un groupe musical d'origine trifluvienne et ses quatre membres ne manquent jamais l'occasion de le faire savoir.

Ils font nettement plus puisque c'est à Trois-Rivières, plus précisément au cabaret Le Satyre, qu'ils lançaient officiellement mercredi leur tout premier album intitulé A capella 101.

Le lancement montréalais a dû attendre 24 heures et il a lieu jeudi soir au Rialto. Les origines des membres du groupe justifiaient certes cet ordre de priorité mais pas plus que la fidélité du public trifluvien. «Peu de groupes peuvent se vanter d'avoir fait salle comble à la salle Thompson et nous, on l'a fait et ça reste une grande fierté», de plaider François Dubé. 

Une troisième raison plaide aussi pour ce lancement trifluvien: beaucoup de fans d'ici ont participé à la campagne de sociofinancement qui est à l'origine de l'album.

«Sans l'argent amassé lors de cette campagne, on n'aurait tout simplement pas pu faire l'album, calcule Philippe Courchesne Leboeuf. C'est le tiers du budget de la production qu'on a amassé. Ce lancement, c'est bien plus une grosse fête qu'autre chose. Une fête en compagnie de ceux qui ont rendu l'album possible.»

L'album compte treize pièces dans un large éventail de styles. Une constante: la langue française, signe distinctif de QW4RTZ. Ils offrent notamment Julie, des Colocs, Emmenez-moi de Charles Aznavour au même titre que Papaoutai de Stromae, Journée d'Amérique de Richard Séguin, Fais-moi un show de boucane des Soeurs Boulay ou la réunion de Pendant que les bateaux et Si les bateaux, de Gilles Vigneault. 

«On voulait démontrer les possibilités du style a cappella alors, on y est allé large, mentionne François Pothier Bouchard, arrangeur attitré pour toutes ces relectures. C'était important que ce soit des coups de coeur pour nous quatre et de les offrir dans une relecture intéressante. L'idée n'étant pas de reproduire les chansons mais d'essayer de saisir l'émotion qu'elles suscitent. Et souvent, à travers le brassage d'idées initial, on a trouvé des approches originales qui fonctionnaient bien. Je pense notamment à Deux par deux rassemblés où on oppose à la voix de ténor de Pierre Lapointe, celle très basse de Fa2 (François Dubé).»

Les quatre gars de Qw4rtz aiment le travail bien fait et ils ont consacré plus de 800 heures de studio à élaborer cette carte de visite qui leur permettra de se faire entendre et connaître un peu partout à travers le monde à défaut sans doute, d'en vendre des dizaines de milliers. Ils ont d'ailleurs appris qu'une de leurs chansons a été diffusée sur une radio quelque part au Nebraska cette semaine. 

Certes, la scène reste leur environnement de prédilection mais ils ont découvert la richesse du studio avec toutes ses possibilités.

«On a eu la chance de trouver des collaborateurs qui sont aussi passionnés de notre musique que nous. On s'est vraiment gâtés, dit Louis Alexandre Beauchemin. Au détriment du reste de nos vies, certes, mais on savait que c'était une opportunité exceptionnelle. À un moment, les quatre ensemble, on a été 23 heures consécutives dans le studio à travailler. Au bout du compte, nous sommes très fiers du produit final et nos critères sont élevés. On s'est assuré de faire le meilleur album possible, sans compromis.»

«La représentation en direct est notre force, mais on a découvert à quel point on pouvait donner de l'ampleur aux interprétations en travaillant en studio. On n'a utilisé aucun instrument, évidemment, mais sur une des pièces, on a utilisé jusqu'à 16 pistes de sorte que chacun de nous a multiplié par quatre ses lignes d'accompagnement et le travail qui vient avec mais le résultat en valait la peine.»

Les fans auront attendu longtemps ce premier opus signé Qw4rtz mais avec l'appui et la liberté que lui donne la maison de disque Analekta, le quatuor pourra assurer à A cappella 101 une distribution à grande échelle digne des efforts consentis à sa réalisation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer