Une BD complètement Shawinigan

C'est d'abord dans la tête de Marc Bruneau,... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

C'est d'abord dans la tête de Marc Bruneau, à gauche, et François Saint-Martin qu'est née la bande dessinée Dans la tête de François qui a été lancée mercredi à Shawinigan.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Shawinigan) En procédant au lancement du premier album de Dans la tête de François mercredi soir à Shawinigan, Marc Bruneau et François Saint-Martin ont célébré plusieurs choses: la réalisation d'un album de bande dessinée de façon complètement indépendante, la solidarité d'une communauté, la possibilité de créer un bouquin qui sera distribué à travers le Québec à partir de Shawinigan mais plus que tout, la réalisation d'un rêve insensé en quelques mois à peine.

C'est en octobre 2015 que François Saint-Martin qui publiait régulièrement des blagues, pensées et jeux de mots de son cru sur Facebook a rencontré Marc Bruneau, illustrateur, qui a proposé d'unir leurs deux talents.

Au fil des rencontres, le format des gags illustrés avec le personnage de François comme axe central a pris forme avec publication sur les médias sociaux. L'idée de l'album est apparue et c'est l'été dernier que les deux créateurs se sont inscrits sur le site d'autofinancement La Ruche Mauricie. Ils avaient pour objectif d'accumuler les 2500 $ nécessaires à l'impression, ils ont atteint un total de 4000 $. 

C'était plus qu'il n'en fallait pour éditer leur bouquin grâce à la générosité de nombreux partenaires qui ont contribué de toutes sortes de façons à l'aventure. Le premier tirage est de cinq cents copies qui sont présentement disponibles sur la page Facebook de Dans la tête de François mais également, dès mardi prochain, dans tous les cafés Morgane du Québec qu'on retrouve à Trois-Rivières, Shawinigan, Drummondville, Québec et Repentigny. 

Pour ceux qui ne connaissent pas Dans la tête de François, précisons que ces blagues dessinées se déclinent en courtes scènes d'une seule case ou deux. Ce sont souvent des mots d'esprit, jeux de mots ou réflexions sur le quotidien offerts par le personnage de François, caricature assez réussie de l'auteur.

On a regroupé les gags en fonction d'un certain nombre de thèmes mais le livre a une caractéristique assez rare, indique François Saint-Martin. «On n'a pas numéroté les pages! C'est une façon de montrer que le livre peut se lire n'importe quand parce qu'il n'y a pas de suite entre les blagues.»

Beaucoup de gens assistaient au lancement, preuve peut-être que Dans la tête de François compte déjà sur un bon noyau de fans. «On s'est bâti un bon public grâce à nos parutions sur les médias sociaux», convient Saint-Martin. 

«De mon côté, j'ai d'abord été conquis par la plume de François, dit le dessinateur Marc Bruneau. On se rejoint dans notre type d'humour et la formule favorise l'illustration. Ce n'est même jamais arrivé que François refuse un dessin proposé pour un gag.»

«Au départ, ce n'était pas du tout dans mes plans que d'illustrer mes blagues, relate François Saint-Martin. Je ne voulais faire que de courtes capsules humoristique écrites mais Marc a amené un univers à mon personnage puisque je n'avais même pas prévu que les remarques viennent de la bouche d'un personnage. D'ailleurs, quand on a pensé à le créer pour lancer les blagues, je n'ai jamais imaginé que ça puisse être moi, ou une caricature de moi.» 

Preuve qu'il s'agit totalement d'un projet commun. «Malgré tout, nos responsabilités sont très clairement définies puisque j'ai le contrôle total sur le texte et Marc, sur l'image. Jamais, par contre, on n'élabore les gags en commun.»

«Nous avons le même âge, nous venons du même milieu et nos expériences de vie sont très complémentaires, soutient le dessinateur. On se fait confiance et chacun reconnaît et respecte les forces de l'autre.»

Les deux créateurs vont demeurer maîtres d'oeuvre de leur projet s'occupant eux-mêmes de tous les aspects, de la création jusqu'à la vente. Un second volume est déjà en chantier mais ils voudraient aussi étendre leur production vers des produits dérivés comme des t-shirts, des tasses, etc. Et si on se fie à la rapidité mise à produire le premier livre, ça pourrait se concrétiser plus vite qu'on l'imagine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer