Le festival de l'intimité

Les cordes à linge du parc Champlain, sur... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les cordes à linge du parc Champlain, sur lesquelles on trouvait près de 4000 poèmes, ont une fois de plus attiré l'attention de plusieurs personnes.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le rideau est tombé dimanche sur le 32e Festival international de la poésie de Trois-Rivières. Depuis le 30 septembre dernier, 400 activités ont été proposées aux amoureux de la langue française dans plus d'une cinquantaine de lieux.

Le président du Festival international de la poésie... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le président du Festival international de la poésie de Trois-Rivières, Gaston Bellemare.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

«Est-ce que le public était là? Oui. Est-ce que le public était heureux? Oui. Et quand le public est heureux, les poètes sont tellement ravis», a affirmé dimanche Gaston Bellemare, le président du festival.

«Il y a eu de belles rencontres entre les poètes et le public. Le silence était parfait pour entendre les poèmes. Lorsqu'il est là, le message entre à l'intérieur des auditeurs. [...] Il s'agit d'un festival de l'intimité où les poètes parlent directement aux personnes présentes.»

Ces rencontres de poésie favorisent la découverte. Touchés par certains poètes, les festivaliers peuvent par la suite se plonger dans leurs oeuvres. «Quelques poètes avaient leur fan club qui les suivait durant tout le festival», a noté Gaston Bellemare. 

La 32e édition du Festival international de la poésie a attiré pas moins de 88 poètes provenant d'un peu partout sur la planète. «Nous en avions des cinq continents. Et c'est très important pour nous», a ajouté le président de l'évènement. «Faire un tour du monde en dix jours, c'est primordial.» 

Parmi tous ces poètes présents, une a marqué particulièrement les esprits. Il s'agit de la poétesse Reneltta Arluk, une autochtone originaire de la Colombie-Britannique.

«Elle est aussi une comédienne qui a joué dans beaucoup de films dans le Canada anglais. Nous étions très contents de l'avoir. Elle a eu un très très grand succès», a souligné M. Bellemare. «Beaucoup de ses poèmes racontent les problèmes qu'elle a eus lorsqu'elle était toute petite.»

La grande soirée de la poésie tenue samedi à la Maison de la culture a été particulièrement populaire. L'endroit était bondé pour entendre plusieurs poètes. Et ceux-ci ont été chaleureusement applaudis à la fin de la soirée durant plusieurs minutes.

«Le public a applaudi durant sept ou huit minutes. C'est parce que le public a vraiment été touché. Pour nous les organisateurs, c'est la plus belle paie», a avoué Gaston Bellemare. 

Installé sur la rue Hart tout près du parc Champlain, l'espace Gérald-Godin a été très fréquenté. Cette petite librairie temporaire diffusait exclusivement des oeuvres de poésie. Gaston Bellemare souligne à la blague qu'il se vend plus de poésie à cet endroit durant le festival que durant toute l'année dans les librairies. «Les poètes savent que lorsqu'ils viennent ici, ils vont vendre beaucoup de livres», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer