• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > L'art populaire en vedette au Musée des religions du monde 

L'art populaire en vedette au Musée des religions du monde

L'exposition Art du dimanche est en cours au... (S)

Agrandir

L'exposition Art du dimanche est en cours au Musée des religions du monde jusqu'au 12 mars 2017.

S

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Nicolet) Chapelet en glands de chêne, sainte vierge dans une écale de noix de grenoble, corpus en clous, crucifix en épingles à linge: le directeur du Musée des religions du monde de Nicolet, Jean-François Royal, considère ces objets d'art populaire comme des représentations de la foi brute.

La nouvelle exposition présentée au musée centricois met en valeur les oeuvres inspirées par la foi chrétienne, loin des tabernacles de feuille d'or et des chasubles aux tissus somptueux.

«L'idée était d'exposer des objets qui traditionnellement, pris tout seuls, auraient eu de la difficulté à trouver une place dans une exposition. Ce sont des objets hétéroclites moins évidents à mettre en contexte, alors que dans ce cas-ci, ce sont eux les vedettes», explique M. Royal en parlant de l'exposition Art du dimanche, inaugurée jeudi dernier.

Une partie de la collection de crucifix et de calvaires du Musée des religions du monde y figure notamment. «L'Église a souvent commandité des créations artistiques, des peintures, des vitraux, des objets de prestige, alors que ce qu'on voit ici, c'est le patenteux du dimanche, le M. et Mme Tout-le-monde qui est chez lui et qui se désennuie en gossant le bois», image-t-il. 

«C'est ce que j'appelle la foi brute. Ce n'est pas une commande. Il n'y a pas un Jésus pareil. C'est brut, et c'est ce qui fait que c'est beau», insiste le directeur du musée en nous montrant les détails de chacun des crucifix accrochés aux murs de la salle. Le plus vieux, en bois et ivoire, date du 18e siècle. La plupart sont faits de bois peint, et datent du 18e siècle jusqu'aux années 1990.

Outre les crucifix, l'exposition dévoile plusieurs calvaires en bouteille, qui fascinent par la patience et la minutie que l'on devine derrière leur réalisation. Simples oeuvres à connotation religieuse pour certains, ces microconstructions embouteillées étaient parfois associées au processus de réhabilitation de gens aux prises avec des problèmes d'alcool. Les incontournables crèches font aussi partie de l'exposition, tout comme d'autres statuettes, figurines, bas reliefs ou sculptures. 

Une grande broderie du Notre-Père, créée en 1989 par Yvonne St-Pierre Bergeron, alors âgée de 90 ans, donne un autre exemple d'art populaire émanant d'une religiosité inspirante.

«Ces objets sont représentatifs d'une pratique, d'une dévotion personnelle et populaire. La mission du musée est de témoigner de la pratique personnelle, de la façon de croire et de pratiquer. L'art populaire est une forme de dévotion et de piété», soutient Jean-François Royal en reconnaissant que les puristes ont plus de mal à considérer ces manifestations comme du «vrai art».

«C'est de la sculpture enjouée, des oeuvres vivantes, joyeuses, qui sont belles, même si pour certains elles peuvent paraître tout croche. Au contraire, moi je trouve qu'elles ont une âme plus forte parce qu'elles proviennent de gens qui étaient convaincus», conclut M. Royal.

Des oeuvres de feu Léo Arbour, de Pointe-du-Lac - et formé en beaux-arts, sont également exposées auprès de créations de membres de la famille Bourgault de Saint-Jean-Port-Joli, renommée pour sa sculpture sur bois. Des oeuvres d'Oscar Héon, originaire du secteur Cap-de-la-Madeleine, et d'autres de Léo Fournier, Félicien Lévesque, Jean-Claude Labrecque et Eugène Poulin s'offrent aussi à la découverte.

Programmation d'activités

Question de fidéliser sa clientèle et de promouvoir le musée en marge de ses expositions, une programmation d'activités a été élaborée pour l'automne.

La saison a été lancée le 25 septembre avec une conférence sur le thé, assortie d'une dégustation. Une conférence abordant les mythes et réalités de la franc-maçonnerie, donnée par l'auteur Hervé Gagnon, est prévue le 20 octobre à 19 h (5 $/gratuit pour les membres-amis).

Des cours de méditation sont proposés par Monique Dumont les 3, 17, 24 et 31 octobre de 13 h 30 à 14 h 45. Le tarif est de 12  $ par cours (10 $ pour les membres-amis) et on doit s'inscrire avant le vendredi, 16 h, précédent la séance.

Un cours d'introduction au yoga avec Isabelle Bourque est au programme le 15 octobre de 13 h 30 à 15 h (même tarif que pour la méditation, inscription avant le 11 octobre à 16 h). Un atelier de création se tiendra le 22 octobre à 10 h 30, avec Sonia Goulet (25 $/20 $ membres ami, inscription avant le 17 octobre à 16 h).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer