• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Jeannot Bournival: prendre sa place sous les projecteurs 

Jeannot Bournival: prendre sa place sous les projecteurs

Après avoir vu son premier album mériter une... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Après avoir vu son premier album mériter une nomination comme album instrumental de l'année à l'ADISQ, Jeannot Bournival présentera le spectacle tiré de cet album le 22 octobre à Trois-Rivières.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) En composant un album instrumental, P36 (musique à numéro), Jeannot Bournival a plongé dans une nouvelle dimension d'une carrière déjà multiple.

Aujourd'hui, il pousse l'expérience jusqu'au bout en transposant son album en spectacle dont il offrira la grande première à la salle Louis-Philippe-Poisson de la Maison de la culture de Trois-Rivières le 22 octobre prochain.

«Mon spectacle, c'est quelque chose que je suis en train d'apprivoiser: je découvre de nouvelles émotions, explique le musicien. Je collabore avec beaucoup d'autres musiciens et je suis alors complètement à leur écoute pour leur proposer des musiques qui leur conviennent. Pour la première fois, je dois être à l'écoute de moi-même! C'est très emballant mais je ne connaîtrai la teneur du résultat final que lors de spectacle du 22 octobre.»

Lors de ce spectacle, Bournival sera accompagné de cinq musiciens qui sont Daniel Lacoste (guitare), Paul Picard (percussions), Alexis Dumais (piano), Camille Paquette Roy (violoncelle), David Carbonneau (trompette).

«Sur l'album, il y a autant de pièces en piano solo que d'autres avec un orchestre lourd. Pour le spectacle, je me suis permis une certaine enflure pour quelques-unes mais une réduction pour d'autres. Il y deux pièces où je ne serai même pas sur scène. C'était important pour moi de ne pas utiliser des bandes sonores mais bien d'avoir des musiciens vivants sur scène avec moi. Ce sont des gens que je connais depuis longtemps: ils me connaissent et connaissent ma musique.»

Il illustre le processus de création de ce spectacle en disant qu'il est dans la position familière de directeur musical mais de sa propre musique plutôt que de celle des autres.

«C'est amusant: on dirait que je m'amuse à me désapproprier ma musique pour la partager avec d'autres musiciens. Je leur laisse de la place pour qu'ils l'enrichissent des émotions qu'elle suscite en eux. Bien sûr, la musique a été écrite, mais je veux sentir l'identité des autres musiciens dans le produit final. C'est tellement l'fun de partager; c'est un des grands plaisirs de ce métier.»

L'album est sorti au printemps et a donc eu le temps de vivre sa vie. Jeannot Bournival a pu constater qu'il a touché beaucoup de gens.

«J'ai reçu des messages, des courriels de gens qui ont tenu à me donner leurs impressions et j'ai été flatté par ce qu'ils m'en ont dit. Il y a même une femme qui m'a écrit qu'elle l'avait écouté en boucle alors qu'elle faisait le chemin de Compostelle. Ça m'a beaucoup touché de voir que ma musique ait pu l'inspirer ainsi. C'est devenu ce que je souhaitais: d'où le titre de «musique à numéro» où chacun y met sa propre touche.»

Il a également lancé des pièces dans le grand monde en première partie de la cinquantaine de spectacles de chansons offerts par son ami Fred Pellerin au cours des derniers mois.

«J'ai choisi une formule discrète où je jouais seul au piano pendant que les gens s'installaient dans la salle avant le spectacle. Je voulais qu'ils s'approprient tranquillement la musique et franchement, ça a bien marché à chaque représentation. Les spectateurs étaient d'abord intrigués et portaient de plus en plus attention à ma musique avant de l'écouter très attentivement. J'étais content.»

L'ADISQ

S'il avait conservé des doutes quant à la réception de son premier album solo, ils ont été effacés par une nomination pour le prochain gala de l'ADISQ au titre d'album instrumental de l'année. C'est une première pour lui en solo après plusieurs nominations comme collaborateur sur d'autres albums.

«On ne fait pas ce métier-là pour les prix, commence-t-il par commenter, mais c'est sûr que ça fait plaisir. C'est comme la première fois que tu reçois une bourse du CALQ: c'est une reconnaissance qui vient de tes pairs alors, ça a une saveur particulière. Ça veut dire que tu n'es pas seul à croire que ce que tu fais est intéressant!»

«Quelque part, ce qui me flatte, c'est que ça me donne l'impression que je fais modestement partie du portrait global de la musique au Québec, que j'ai ma place dans ce monde-là et ça, c'est toute une tape dans le dos.»

La journée même de la nouvelle de sa nomination, il mettait en branle le processus d'enregistrement d'un second album instrumental qu'il souhaite faire paraître au printemps 2017. La musique, déjà écrite, n'attendait que ce petit sursaut d'enthousiasme.

Ce qui ne veut pas dire que Jeannot Bournival se tournait les pouces. Au contraire, il vient tout juste de publier le second vidéoclip inspiré par son album. Il y a six mois, il avait collaboré avec Frédérique Bérubé pour la réalisation du clip inspiré par la pièce Petit clown et la récidive, sortie la semaine dernière, s'appuie sur Fuite en Gm.

«Frédérique a présenté sa version de l'histoire que je raconte dans la pièce mais ça reste mon histoire. Elle est allée plus loin que ce que je serais arrivé à faire moi-même et j'en suis vraiment fier. C'est magnifique. Je vais d'ailleurs incorporer ses images dans mon spectacle à Trois-Rivières qui servira de lancement officiel du clip.»

Le 9 novembre, c'est à Terrebonne qu'il présentera son spectacle et il a déjà programmé une représentation à la Maison de la culture Francis-Brisson en mars 2017.

«Le spectacle va avoir évolué entre les représentations de Trois-Rivières et celle de Shawinigan. Je veux que la musique reste vivante, qu'elle bouge. La grande première du spectacle est à Trois-Rivières, mais je vais garder quelques pièces du second album que je présenterai en exclusivité à Shawinigan.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer