Jouer avec Céline: plus haut que ses rêves

Le guitariste accompagnateur Kaven Girouard a rejoint l'équipe... (Henrique Acquaviva)

Agrandir

Le guitariste accompagnateur Kaven Girouard a rejoint l'équipe à l'été 2015, en prévision du retour de Céline Dion sur la scène du Colosseum de Las Vegas.

Henrique Acquaviva

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dans son village natal de Saint-Bernard-de-Michaudville, près de Saint-Hyacinthe, Kaven Girouard n'a jamais rêvé d'autre travail que d'être guitariste accompagnateur. Aujourd'hui, il ne peut plus rêver puisqu'il est au sommet, plus haut que ses espoirs. Le guitariste de Céline Dion se contente de savourer chaque minute de son rêve éveillé.

Il a joint l'équipe à l'été 2015, en prévision du retour de Céline sur la scène du Colosseum de Las Vegas. Le nouveau directeur musical Scott Price s'est tourné vers ce jeune homme d'à peine 30 ans.

«J'avais travaillé avec lui à quelques occasions, notamment sur la tournée de Star Académie en 2012, se souvient Girouard. Je connaissais aussi des gens de l'équipe comme Yves Aucoin qui ont sans doute dit un bon mot pour moi», raconte cet ancien professeur de guitare au cégep de Drummondville où il a lui-même suivi son cours collégial en musique avant d'obtenir son baccalauréat en interprétation à l'Université de Montréal.

Kaven Girouard a donc joint l'équipe et est avec elle depuis. «Pour moi, c'est un peu incroyable parce que je n'ai même jamais pensé à jouer avec Céline. Son équipe était stable depuis les débuts à Las Vegas alors, je ne pouvais même pas en rêver. C'est certain que dans le domaine où j'évolue, c'est le sommet. Il n'y a rien au-dessus de ça.»

Cela dit, le garçon avait un bon entraînement, lui qui a accompagné Garou dans une tournée internationale et qui a travaillé avec Marc Dupré sur son dernier spectacle.

«Ce n'est pas si différent comme travail mais avec Céline, tout est plus gros. Techniquement, c'est sûr que ça reste de la musique pop que je maîtrise bien mais ça prend quand même beaucoup de rigueur parce que certaines chansons sont plus exigeantes. Personnellement, j'ai besoin de répéter tous les jours pour être parfaitement à l'aise. Une journée de spectacle, on va normalement avoir un test de son qui dure environ une heure et avant le spectacle même, je vais répéter une bonne trentaine de minutes.»

C'est évidemment Céline qui attire tous les regards mais dans le spectacle qu'elle offre présentement au Québec, Kaven Girouard a son petit moment de gloire dans Purple Rain où la guitare et son interprète partagent l'avant-scène avec la star.

«S'il y a un moment où ma guitare ressort, c'est sans doute celui-là.»

Parmi les qualités qui font un bon guitariste accompagnateur, il mentionne d'ailleurs qu'il importe de posséder un bon sens du spectacle au même titre qu'il faut être très à l'écoute et avoir une bonne attitude.

«Il faut que les gens aient du plaisir à travailler avec toi, bien sûr. Avec l'équipe de Céline, c'est plutôt facile parce qu'on est super bien traités et que tout le monde est particulièrement gentil.»

Kaven Girouard habite toujours Sainte-Julie en banlieue de Montréal et ne demeure à Las Vegas que pour des séjours de trois semaines à la fois.

«On reste logés à l'hôtel et c'est vraiment très bien. C'est une ville spéciale. J'ai passé la période des débuts alors que je visitais beaucoup mais je trouve encore la ville agréable. Spéciale, unique, mais agréable. Par contre, je ne sais pas si je m'y établirais. C'est sûr que si la production exigeait que j'y demeure pour poursuivre avec Céline, je le ferais.»

C'est d'ailleurs là le seul aspect qu'il ne considère pas idyllique dans sa vie actuelle: quitter la maison pendant trois semaines sur une base régulière.

«C'est vraiment la seule petite chose que je ne trouve pas idéale dans l'aventure que je vis présentement. Mais en même temps, le moins qu'on puisse dire, c'est que ça bat une vie de tournée dans un minivan sur la route», rigole-t-il.

Le guitariste expérimente aussi quelque chose de nouveau qui pourrait être un irritant: il fait l'objet de rumeurs selon lesquelles il aurait une idylle avec Céline. Heureusement, il en rigole.

«On a tous pris ça en riant dans l'équipe. Je n'en reviens pas que des choses comme ça se disent. C'est évidemment complètement faux et franchement, au début, j'ai trouvé que ce n'était pas délicat envers Céline qui a perdu son mari assez récemment. Je comprends d'où ça vient parce que dans le spectacle, dans Purple Rain, on se retrouve face à face et on joue l'attirance. Ça a sorti d'abord dans le National Enquirer, un magazine quelque peu sarcastique. C'est pour ça que ça ne me dérange pas.»

L'actuel retour au Québec est donc très apprécié par le guitariste qui dit vivre quelque chose d'unique.

«L'enthousiasme des fans est incroyable. J'ai connu des gros spectacles avec d'autres artistes mais ce qu'on vit ici est vraiment très spécial. Des spectateurs enflammés comme ça, je n'ai jamais vu ça.»

Il se fait une fête de venir jouer à l'Amphithéâtre Cogeco.

«Je ne l'ai jamais vu, mais j'en ai entendu parler et je sais que ça va être très particulier. Ça va nous rapprocher encore plus des fans, je pense. J'ai très hâte de vivre ça. Et à l'extérieur, en plus, ça va être tout à fait unique.»

Partager

À lire aussi

  • Céline: la manne pour les commerçants

    Actualités

    Céline: la manne pour les commerçants

    Dans un peu plus de 24 heures, la folie Céline Dion s'emparera de Trois-Rivières, notamment pour près de 18 000 personnes qui auront eu la chance de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer