Trois-Rivières en blues séduit les foules

Les membres de John Kay & Steppenwolf ont... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Les membres de John Kay & Steppenwolf ont su rappeler de nombreux souvenirs aux fans présents.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les notes de blues ont retenti jusqu'à tard dimanche soir au centre-ville de Trois-Rivières alors que s'achevait la 8e édition du festival Trois-Rivières en blues. L'évènement se conclut donc de fort belle façon malgré la pluie qui s'est invitée pour la dernière journée.

Même si les organisateurs n'avaient rien prévu en cas de précipitations, ils ont immédiatement trouvé une solution pour s'assurer que la fête continue. Le spectacle de la rue Badeaux a donc cessé pendant une trentaine de minutes, le temps que les organisateurs transfèrent le matériel dans une salle de la rue Hart.

«On a décidé ça tantôt. J'ai parlé avec un ami qui m'a dit que cette salle pourrait être disponible alors on a tout transféré ici», raconte le président de l'évènement, Christian Gamache. Les spectateurs se sont donc rapidement dirigés vers cet endroit. «La salle était pleine avant que le spectacle recommence», rigole-t-il. Les rythmes de blues ont donc pu reprendre et se sont poursuivis toute la soirée dimanche.

Christian Gamache est revenu sur cette soirée électrisante samedi alors que le festival a atteint son apogée avec des artistes attendus. C'est Mike Zito and the Wheel ainsi que la chanteuse Alexis P. Suter qui ont eu la tâche de réchauffer la foule dès 19 h. Cette dernière a rapidement séduit les spectateurs. «[Elle] a eu une ovation debout à sa première chanson. Déjà, la table était mise pour tout le monde», constate M. Gamache.

Steve Hill était attendu par son public trifluvien.... (Andréanne Lemire) - image 2.0

Agrandir

Steve Hill était attendu par son public trifluvien. Le bluesman a offert un show d'enfer aux spectateurs.

Andréanne Lemire

L'ambiance est montée d'un cran quand le bluesman trifluvien Steve Hill est apparu sur scène. «Steve Hill, c'est un incontournable à Trois-Rivières. Il a encore offert un show d'enfer. Juste avant John Kay & Steppenwolf en plus, je suis sûr qu'il était prêt.»

Le groupe vedette de cette édition a justement fait son entrée peu avant 22 h. Les membres de John Kay & Steppenwolf ont su rappeler de nombreux souvenirs aux fans présents. «Ils étaient très attendus. Ça a été un très beau spectacle», commente le président.

Samedi, pour l'une des plus belles soirées de l'été, les festivaliers semblaient s'être donné rendez-vous au centre-ville. «La rue Badeaux samedi, c'était plein. On a eu des shows jusqu'à 18 h et ça s'est transporté à l'Amphithéâtre.» Il estime qu'environ 4500 personnes se sont retrouvées dans la salle, la foule la plus élevée du festival. «Ça a été le plus gros achalandage, mais on a eu trois grosses soirées. On a eu un beau public tous les soirs», assure-t-il.

Le festival en est à sa deuxième année de collaboration avec l'Amphithéâtre Cogeco et cette formule s'impose de plus en plus. «C'est une nouveauté pour les gens. Il y en a qui étaient nostalgiques de la rue Badeaux, mais ils s'aperçoivent que cette salle-là, c'est la place pour faire des spectacles d'envergure. La sonorisation qu'il y a là-bas, c'est super.» 

Il ne serait donc pas surprenant que le partenariat se poursuive pour les éditions subséquentes. «Avec l'Amphithéâtre, la scène de la rue Badeaux, les bars et les restaurants, je trouve que c'est une formule gagnante», estime M. Gamache.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer