Rassembler le monde grâce à un festival

Julie Lambert, directrice du festival en compagnie d'Elvire... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Julie Lambert, directrice du festival en compagnie d'Elvire Toffa Juteau, propriétaire de CasAfriq, Vincent Breault, directeur marketing au Buffet des continents, Luce Ricard de stratégie Carrière, René Goyette représentant du maire de Trois-Rivières, Daniel-Francois Gauthier, musicien, et Amina Chaffai, marraine de l'événement.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'année 2016 a sans contredit été charnière pour l'immigration en région. Trois-Rivières continue de se démarquer dans ce secteur avec l'annonce, mercredi, du premier Festival rythmes et cultures du monde qui se tiendra le 27 août au parc Pie-XII.

Trois-Rivières accueille depuis bon nombre d'années des familles provenant des quatre coins du globe et 2016 n'a pas fait exception à la règle, bien au contraire.

Avec l'arrivée de Syriens qui se sont installés en sol trifluvien au cours de l'hiver, la Ville propose donc aux citoyens un événement qui saura faire découvrir les arts issus de différentes communautés.

«Ce festival sera une alternative de plus pour les immigrants de s'insérer dans la communauté. Toutes les ethnies pourront au cours de cette journée exprimer leur talent et démontrer les richesses de leur culture», explique Julie Lambert, directrice du festival.

Au-delà d'offrir aux arrivants une activité d'intégration, le Festival rythmes et cultures du monde de Trois-Rivières permettra aux gens d'ici de se familiariser avec les immigrants avec qui ils cohabitent au quotidien.

«La meilleure façon de vaincre les préjugés, c'est en apprenant à vivre tous ensemble et sur ce que chaque communauté peut apporter de positif et d'original à notre société», souligne Amina Chaffai, marraine de l'événement.

Pour l'occasion, le festival a fait appel à des artistes de la région afin d'assurer le divertissement. Elvire Juteau de CasAfriq, Basile Seni et l'école de danse Niko Solanakis font partie des nombreux invités qui seront présents sur le site du parc Pie XII qui, selon Mme Lambert, est une place de choix pour la tenue des festivités.

«L'emplacement du parc est idéal géographiquement et est du même fait accessible pour les gens du centre-ville qui souhaitent s'y rendre à pied. L'endroit est également bien aménagé et assez vaste pour accueillir toutes les installations.»

Les festivaliers auront donc droit à une panoplie d'artistes, à de nombreux plats typiques d'autres ethnies, et pourront également participer aux nombreuses activités familiales. En plus des jeux gonflables pour les enfants, il y aura quatre kiosques alimentaires et trois d'artisanat mis à la disposition des amateurs.

Bien que ce projet soit nouveau de cette année, le comité organisateur a affirmé vouloir perpétuer le festival pour encore plusieurs années afin qu'il devienne une tradition au sein de la ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer