Liliane Pellerin: au coeur d'une passion

Liliane Pellerin montera sur la scène au Festival... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Liliane Pellerin montera sur la scène au Festival de la chanson de Granby le 19 août prochain.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Amélie Houle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La dernière année a été bien remplie pour la musicienne Liliane Pellerin, qui a sorti son tout premier album Grignoter l'exil, mais son été devrait l'être tout autant. La Grand-Méroise d'origine, qui se passionne pour la musique fera partie des 24 demi-finalistes du 48e Festival international de la chanson de Granby.

Malgré l'ampleur du festival, Liliane reste toutefois très sereine à l'idée d'en faire partie. «C'est certain que ça me donne un vertige, mais c'est une belle richesse et une belle opportunité. Je trouve qu'y aller, c'est déjà gagner», avoue l'auteure-compositrice-interprète.

Elle s'est d'ailleurs rendue sur place en juin dernier pour rencontrer les autres demi-finalistes et pour participer à une formation. «J'ai rencontré tout le monde et c'est amusant de voir qu'on vit tous dans la même réalité, donc c'est une belle solidarité qui est ressortie.»

Depuis la sortie de son premier mini-album Grignoter l'exil, de style folk, Liliane se promène à travers le Québec avec ses quatre musiciens. Sur scène, de la contrebasse, des percussions, du banjo et de la guitare sont de la partie.

Le thème de la nature est d'ailleurs très présent sur son premier album. «J'adore la nature, puisque je trouve que ça nous remet à la bonne place», explique Liliane.

Après s'être établie pour un cours passage dans la région de Montréal, Liliane est de retour dans le secteur Grand-Mère depuis peu. «J'avais besoin de revenir d'où je viens. Je ne dis pas que je ne retournerai jamais à Montréal, mais des fois, c'est une ville qui manque de silence», souligne-t-elle.

Liliane Pellerin est aussi connue pour son implication auprès des jeunes au sein du centre de jour Point de rue. Ces deux réalités sont toutefois intimement liées, estime la principale intéressée. «Je trouve que c'est la même chose, car ça prend de la sensibilité dans les deux cas. Si je n'avais pas ce lien là avec les autres, je ne pourrais pas écrire et si je ne pouvais pas écrire, je ne serais pas en équilibre», admet-elle.

Pour la musicienne, il est important d'intégrer le domaine de l'art dans tous les milieux de vie. «On fait des projets de création artistique au centre et je trouve que l'art apporte une certaine guérison, peu importe ce que l'on vit», constate Liliane.

La musique, une passion

Liliane Pellerin a la musique dans le sang depuis son plus jeune âge, où elle écoutait son père gratter sa guitare au Lac Bostonais. «Mon père est un musicien de passion et je peux dire que je viens d'une famille de placoteux, donc c'est normal pour moi de jouer avec les mots. Je trouve qu'à travers la poésie, on réussit à mieux exprimer nos émotions.»

C'est cependant au secondaire qu'elle a véritablement commencé à écrire et qu'elle a marié l'écriture et la musique. «J'ai écrit ma première chanson pour Secondaire en spectacle et j'ai eu une très bonne réceptivité», soutient-elle.

Une autre année chargée

Une année chargée s'en vient encore une fois pour la musicienne qui prépare une autre tournée dès septembre prochain, où elle devrait visiter le Bas-du-fleuve, la Gaspésie et le Nouveau-Brunswick. 

Le projet d'un autre album n'est pas écarté. «J'ai pris une pause de tournée pour l'été, donc j'ai commencé à écrire. On sait jamais, j'aimerais peut-être sortir un nouvel album dans la prochaine année», avoue-t-elle.

Liliane Pellerin montera sur scène le vendredi 19 août au 48e Festival international de la chanson de Granby. 

La finale se tiendra le vendredi 26 août.

Spectacle de Fred Pellerin sur les Plaines

Alors que le célèbre Fred Pellerin accueillait son village sur les Plaines le 14 juillet dernier, la musicienne Liliane Pellerin, originaire du secteur Grand-Mère à Shawinigan, a été invitée à faire partie de cette chorale.

Même si l'auteure-compositrice-interprète n'habite pas le village de Saint-Élie-de-Caxton, ses affinités avec le célèbre conteur Fred Pellerin lui ont permis d'être invitée à joindre la chorale du village.

«Le spectacle a eu lieu la journée où il y a eu les attentats à Nice. C'était un magnifique symbole qui démontrait que malgré ce qui peut se passer de sombre dans le monde, un village entier peut se tenir debout et être réuni», avoue-t-elle.

Liliane Pellerin s'estime chanceuse d'avoir pu participer à la chorale d'un village qu'elle apprécie particulièrement.

«Je me sens privilégiée d'avoir pu y participer et les gens de Saint-Élie ont démontré leur force de caractère. Ils se sont levés debout devant des milliers de personnes et ils ont montré qui ils étaient. On a pu voir tout un village qui se tient.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer