Festival de la poutine: le bébé est devenu grand

Fidèles à leur style ironique, deux membres du... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Fidèles à leur style ironique, deux membres du groupe musical Les Trois Accords étaient à Trois-Rivières lundi pour parler du prochain Festival de la poutine de Drummondville qui aura lieu du 25 au 27 août et dont ils sont encore les têtes dirigeantes. Ce sont Simon Proulx, à gauche, en compagnie d'Alexandre Parr.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il y a neuf ans, les membres du groupe Les Trois Accords décidaient de lancer le Festival de la poutine dans leur Drummondville natal et aujourd'hui, ils dirigent toujours un événement majeur dont la popularité ne cesse d'augmenter, battant cette année un record de vente de passeports.

Les 2500 précieux sésames offerts en prévente ne se sont jamais écoulés à un rythme aussi rapide depuis les débuts du festival qui se tiendra cette année du 25 au 27 août, ce qui laisse penser que certains concerts pourraient attirer la limite maximale de spectateurs que permet le site soit 12 000 personnes.

Une seule fois par le passé, a-t-on atteint ce nombre et c'était pour un concert d'un groupe portant le nom de Les Trois Accords.

«Quand on a créé l'événement, dit Alexandre Parr, guitariste du groupe, on voulait redonner à la communauté qui nous a toujours appuyés et on voulait faire un événement populaire rejoignant le plus large public possible. On a toujours conçu la programmation musicale dans cet esprit-là et l'édition de cette année en témoigne bien.»

C'est le batteur du groupe, Charles Dubreuil, qui est responsable de la programmation et, manifestement, il a de bons contacts.

À preuve, le jeudi soir, la scène, installée dans le stationnement du Centre Marcel-Dionne, accueillera Dead Obies, 2Frères et Bernard Adamus successivement.

Le lendemain, le public pourra voir Philippe Brach, avant Koriass qui préparera la table pour le spectacle des Cowboys Fringants.

Le samedi, 25 août, autre soirée plutôt dense avec Safia Nolin en ouverture de rideau, Vilain Pingouin et Éric Lapointe.

La musique n'est qu'un volet de l'événement puisque la poutine demeure une raison d'être. L'événement couronne le meilleur poutinier du Québec alors que plusieurs camions de nourriture de rue seront sur les lieux pour s'adresser à l'estomac des festivaliers.

Des établissements de grande réputation seront représentés dont le restaurant Europea avec son célèbre chef Jérôme Ferrer. La dizaine de restaurants invités feront découvrir des variantes parfois étonnantes du mets typique.

On pense ici à la poutine aux fruits exotiques et au steak de Patates Mallette, à la poutine whiskey et érable de L'Assommoir ou à la poutine au fromage bleu et acras de morue de la cantine Bleu Homard de Val-David pour ne donner que trois exemples.

«Dès le départ, le volet gastronomique était au centre de nos préoccupations, soutient Simon Proulx, chanteur de la très populaire formation musicale. Les gens riaient de l'idée et il y avait quelque chose d'ironique à parler de gastronomie avec la poutine, mais on voyait qu'il commençait à y avoir une évolution du mets vers quelque chose de plus raffiné.

On a voulu montrer toute la gamme de ce qu'on peut faire avec de la poutine et aujourd'hui, c'est chouette de voir un chef aussi coté que Jérôme Ferrer participer à l'événement.»

Il reste que c'est la popularité du Festival de la poutine auprès du public qui lui permet d'être toujours là après neuf ans.

«On a atteint des foules 25 000 personnes par week-end, ce qui apporte des retombées économiques considérables pour Drummondville. Ça a toujours été notre idée d'en faire un festival vraiment populaire susceptible de plaire à tout le monde. Ce n'est pas un trip personnel qu'on a monté juste pour se faire plaisir.»

Le plaisir, il se trouve notamment dans l'implication même des musiciens qui sont encore au coeur de l'organisation, chacun ayant hérité de dossiers qui correspondent à ses goûts et sa personnalité.

«On le fait encore parce qu'on aime ça. On a plein d'amis au sein de l'organisation, dans la centaine de bénévoles qui travaillent avec nous et parmi nos invités musicaux aussi. C'est très cool. C'est beaucoup de travail qui s'échelonne sur l'ensemble d'une année mais ça demeure quelque chose qui nous plaît vraiment.»

Si la prévente est terminée, on peut toujours se procurer des laissez-passer pour les trois jours du festival ou des billets quotidiens via le site www.festivaldelapoutine.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer