Harry Potter vend toujours, même en anglais

Les ventes du dernier livre de Harry Potter,... (Agence France-Presse)

Agrandir

Les ventes du dernier livre de Harry Potter, en version anglaise, ont été exceptionnelles, même en Mauricie.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Neuf ans après la parution du dernier de la série des romans et cinq ans après la sortie du dernier film, l'engouement envers Harry Potter ne semble pas vouloir s'éteindre.

Le dernier ouvrage ayant le magicien pour héros, le texte de la pièce de théâtre The Cursed Child sorti dimanche sur les étagères des libraires, a fait l'objet de ventes exceptionnelles en Mauricie malgré sa version anglaise.

À la Librairie Poirier, il ne restait lundi, en fin d'après-midi, qu'une dizaine de copies sur les 150 qu'on avait en stock.

«Très honnêtement, je ne pensais pas que ça connaîtrait un tel succès, a candidement avoué Frederika Skierkowski, gérante de la librairie trifluvienne. On en avait commandé une bonne quantité par acquis de conscience mais la demande a été constante dès la mise en vente dimanche. On n'avait pas fait de mise en marché particulière sauf une note sur notre page Facebook annonçant la sortie du livre et la réponse a été exceptionnelle.»

Il est déjà acquis que la librairie va passer une nouvelle commande au distributeur à Toronto mais on craint que celui-ci ne soit pas en mesure de faire parvenir les nouveaux exemplaires dans les délais habituels de 48 heures.

«C'était congé férié dans le reste du Canada lundi et je devine qu'ils seront un peu débordés mardi au retour au travail mais les gens peuvent réserver leur exemplaire en nous téléphonant, en se présentant au magasin ou sur notre site Internet. On devrait les recevoir cette semaine.»

La libraire n'était pas tellement étonnée que la version anglaise connaisse une telle demande.

«C'est curieux mais la demande pour toutes sortes de livres en anglais est très forte. Je ne sais pas s'il y a plus d'anglophones qui se sont établis à Trois-Rivières dernièrement, mais la demande est en très nette progression.

Plusieurs autres facteurs nous faisaient douter de l'intérêt des consommateurs pour ce nouveau livre: le fait que ce soit une pièce de théâtre, qu'elle ait été coécrite, etc., mais il semble bien que Harry Potter soit toujours aussi populaire.»

Chez Renaud-Bray, on se refusait à donner des chiffres précis mais Émilie Laguerre, responsable des relations publiques au siège social de l'entreprise à Montréal, admettait que le dernier Harry Potter avait donné des chiffres de vente exceptionnels.

«On croyait à son succès. Les succursales trifluviennes de Renaud-Bray et Archambault avaient une centaine de copies et les ventes ont été excellentes dès dimanche. Pour nos deux bannières, nous avons un total de 10 000 copies en stock. Nous étions convaincus, à la lumière des premiers indices perçus avant même la publication, que les ventes seraient bonnes même pour une version anglaise et même dans des marchés comme Trois-Rivières.»

«Ça reste un succès exceptionnel, surtout que ç'a été mis en vente un 31 juillet, en plein milieu des vacances de la construction. C'est la preuve que l'engouement pour Harry Potter est toujours bien vivant. Avec autant de copies, on ne connaîtra pas de rupture de stock. Les gens chez vous peuvent l'acheter sur Internet et l'obtenir en 48 heures, se le procurer dans les succursales trifluviennes de Renaud-Bray ou d'Archambault ou le réserver par téléphone.»

À Shawinigan, chez Perro Libraire, on ne tient tout simplement pas de livres en version anglaise... sauf pour le dernier Harry Potter. Anthony Bruneau, commis libraire, indiquait lundi qu'on recevra six exemplaires du précieux livre mercredi et que quelques personnes ont déjà réservé le leur.

«On ne tient pas de livres en anglais habituellement parce que la demande n'est pas suffisamment importante mais on a fait une exception et j'ai bien l'impression qu'on va devoir commander d'autres copies de celui-ci.

Harry Potter, c'est comme Bob Morane ou Amos Daragon: ils sont inscrits dans l'imaginaire collectif et leur popularité ne se dément pas. La génération de ceux qui ont connu et aimé Harry Potter étant jeunes se soucie moins que ce soit en anglais, apparemment. Ils sont simplement impatients de connaître la suite des aventures.»

Rappelons que la traduction française du livre, Harry Potter et l'enfant maudit, sera disponible le 14 octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer