Avant Las Vegas, un détour par Trois-Rivières...

Daniel Lamarre assistera à la première du spectacle... (La Presse Andre Pichette)

Agrandir

Daniel Lamarre assistera à la première du spectacle Tout écartillé en compagnie de Robert Charlebois

La Presse Andre Pichette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors qu'il devait se rendre à Las Vegas pour souligner les 10 ans du spectacle Love, hommage aux Beatles, du Cirque du Soleil, le président et chef de la direction du cirque, Daniel Lamarre, a retardé de quelques heures son départ vers les États-Unis pour s'assurer de pouvoir assister à la première de Tout écartillé. Ainsi, Paul McCartney et Yoko Ono attendront quelques heures de plus, c'est sur Trois-Rivières que se braquent les lumières mercredi soir!

«C'est une grosse semaine pour le cirque, avec la première de mercredi à Trois-Rivières et notre événement spécial pour Love qui se tiendra jeudi. Mais je ne pouvais pas ne pas être à Trois-Rivières. Je vais donc rentrer très tard mercredi et quitter très tôt jeudi matin pour Las Vegas», confie Daniel Lamarre, qui a déjà vu certains éléments du spectacle, mais qui préfère tout de même se garder la surprise entière pour la première, alors qu'il sera aux côtés de Robert Charlebois pour recueillir ses premières réactions.

Un moment magique, l'an dernier, alors qu'à la fin du spectacle Le monde est fou, Michel Rivard s'était retourné vers Daniel Lamarre, les yeux plein d'eau, et avait pris la peine de le serrer dans ses bras pour le remercier et le féliciter du résultat.

«On a une grande responsabilité, c'est de rendre hommage à Robert Charlebois. On veut qu'il aime le spectacle, alors oui, de ce côté, je suis anxieux de connaître sa réaction. C'est pour moi symbolique et émotif», mentionne Daniel Lamarre.

Déjà, après une seule année de présence du Cirque du Soleil à Trois-Rivières, l'homme originaire de Grand-Mère qualifie la formule d'aguerrie.

«C'était audacieux de se lancer, mais ma fierté a été, l'an dernier, de voir que nous apportions aussi une contribution significative pour les gens d'affaires. De voir qu'on devient ainsi une attraction touristique pour ma région natale, c'est une belle satisfaction. Et c'est tout à l'honneur du maire et de l'équipe de l'amphithéâtre qui ont eu l'audace de se lancer là-dedans», croit M. Lamarre.

Toutefois, le Cirque du Soleil ne peut pas s'asseoir sur la notoriété acquise l'an dernier, croit-il.

«Le stress, la veille d'une première, est toujours le même et c'est sain. La complaisance n'est pas de mise et il ne faut rien prendre pour acquis. Si le spectacle est très bon, les gens vont venir, car nous sommes dans une industrie de bouche à oreille. Nous avons la même pression que l'an dernier, soit de rendre hommage à un grand artiste, et nous souhaitons que les gens de la région ressortent du spectacle au moins aussi satisfaits que l'an dernier», constate Daniel Lamarre.

«On a une grande responsabilité, c'est de rendre hommage à Robert Charlebois. On veut qu'il aime le spectacle, alors oui, de ce côté, je suis anxieux de connaître sa réaction. C'est pour moi symbolique et émotif»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer