«Je veux que le public aime ça»

«C'est le fun de se faire dire qu'on... (La Presse Andre Pichette)

Agrandir

«C'est le fun de se faire dire qu'on nous aime pendant qu'on est encore là. On aura beau nommer un pont à mon nom quand je serai mort, je vais m'en crisser. Le paradis et l'enfer, c'est ici et maintenant, ce n'est pas après notre mort, alors aimons-nous pendant que nous sommes vivants.»

La Presse Andre Pichette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après des mois d'attente et d'anticipation, c'est mercredi soir que débutent les représentations du spectacle Tout écartillé de la série hommage du Cirque du Soleil à l'Amphithéâtre Cogeco. Avec en toile de fond la musique et l'oeuvre éclatée de Robert Charlebois, le spectacle de 75 minutes regroupera plus de 40 artistes sur scène.

Tout écartillé débute mercredi à l'Amphithéâtre Cogeco.... (Courtoisie Marie-Andrée Lemire) - image 1.0

Agrandir

Tout écartillé débute mercredi à l'Amphithéâtre Cogeco.

Courtoisie Marie-Andrée Lemire

Pour le principal intéressé, c'est l'excitation qui s'est installée il y a quelques jours déjà, mais également une certaine appréhension de voir son oeuvre retravaillée et utilisée pour raconter la fable du Cirque du Soleil.

«Je suis fébrile, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais il y a plusieurs choses qui me passent par la tête. Je veux dire, retravailler les bandes originales des Beatles ou de Michael Jackson, c'est correct parce que l'original n'est déjà pas terrible. Mais toucher à mon oeuvre à moi, c'est un crime», lance Robert Charlebois en éclatant de rire, étant évidemment sarcastique.

Au bout du fil, le chanteur apparaît tout de même détendu pour quelqu'un qui s'apprête à passer à l'histoire du plus grand cirque au monde.

Évidemment touché et ému que le Cirque du Soleil lui consacre tout un opus, Robert Charlebois est heureux de pouvoir y assister, et qu'on n'attende pas que les gens disparaissent pour les célébrer.

«C'est le fun de se faire dire qu'on nous aime pendant qu'on est encore là. On aura beau nommer un pont à mon nom quand je serai mort, je vais m'en crisser. Le paradis et l'enfer, c'est ici et maintenant, ce n'est pas après notre mort, alors aimons-nous pendant que nous sommes vivants», déclare-t-il, d'un ton convaincu.

C'est sur le coup de 20 h 45... (François Gervais) - image 2.0

Agrandir

C'est sur le coup de 20 h 45 ce mercredi soir, que le spectacle Tout écartillé du Cirque du Soleil rendant hommage à Robert Charlebois sera présenté en première.

François Gervais

On pourrait croire que les attentes du chanteur sont élevées face à la production, ou encore face au travail musical du directeur musical du spectacle Jean-Phi Goncalves, mais il n'en est rien. Robert Charlebois arrivera à Trois-Rivières avec un coeur d'enfant et des oreilles prêtes à tout entendre. «Je ne m'attends à rien, je veux écouter le spectacle avec mes oreilles d'enfant. Picasso disait: ça prend toute une vie pour redevenir un enfant. À 72 ans, c'est dans cet état d'esprit que je veux m'asseoir dans la salle», confie-t-il.

Et au bout du compte, ce qu'il aura pensé du spectacle n'est que secondaire par rapport à la réaction du public, souligne-t-il. «Je ne veux pas que ce soit quelque chose pour me plaire à moi. Je veux que collectivement, on ressente le grand frisson. C'est là que je saurai si c'est réussi. Le Cirque du Soleil a toujours travaillé en ce sens, et prouve à chaque fois que le collectif est plus fort que la vedette. Ce qui m'importe, donc, c'est que le public aime ça», mentionne Robert Charlebois, qui s'attend à ce que plusieurs de ses amis soient également au rendez-vous mercredi. Parmi eux, notons la présence de Julien Clerc et Luc Plamondon, à qui Charlebois a lancé des invitations personnellement.

L'ancien premier ministre Jean Chrétien assistera aussi à cette première, de même que plusieurs personnalités politiques de la région. Sur les réseaux sociaux, quelques rumeurs circulaient aussi concernant des noms de personnalités qui devraient être de la partie. Notons au passage certains membres de Beau Dommage, ainsi que les animateurs Geneviève Borne et Jean-René Dufort.

Quoi qu'il en soit, la soirée de mercredi s'annonce flamboyante. C'est du moins ce à quoi on peut s'attendre, avec une soirée entièrement V.I.P, précédée d'un tapis rouge où les principaux acteurs et créateurs de ce spectacle seront invités à défiler, de même que de nombreuses personnalités.

Par ailleurs, tout près de 200 accréditations médias ont été délivrées pour cette première, qui devrait recevoir une couverture médiatique nationale.

Les attentes sont élevées pour ce second opus de la série hommage, alors que Le monde est fou, présenté l'an dernier et rendant hommage à Beau Dommage, a attiré des foules impressionnantes et comblé 96 % des sièges disponibles lors des 20 représentations. L'équipe de l'Amphithéâtre Cogeco aimerait bien atteindre et même dépasser cet objectif cette année. «La vente de billets va très bien, nous sommes bien contents de la réponse du public», commente Steve Dubé, sans toutefois préciser le nombre exact ou encore le pourcentage des ventes de billets à ce jour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer