La générosité musicale signée Charlebois

Jean-Phi Goncalve... (François Gervais)

Agrandir

Jean-Phi Goncalve

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Assis derrière la table qui lui est réservée à l'Amphithéâtre Cogeco, Jean-Phi Goncalves écoute, analyse. Il repasse chaque note de musique au peigne fin, en laissant place au mouvement des acrobates qui répètent sur les mesures qu'il travaille depuis des mois maintenant. Le directeur musical de Tout écartillé du Cirque du Soleil ne s'en cache pas: il pourrait bien retravailler une note ou deux même quelques heures avant la première du spectacle, mercredi soir.

La grande aventure de Jean-Phi Goncalves avec Tout écartillé, elle a véritablement commencé au mois d'avril, lorsque Robert Charlebois, dont l'oeuvre est le coeur même du spectacle, est entré en studio avec lui pour refaire quelques enregistrements. Un travail d'enregistrement qui s'est avéré un beau défi.

«La grosse chance pour nous, c'est que Robert a été super généreux au moment d'enregistrer sa voix. Il fait une centaine de shows par année depuis toujours. Je m'attendais à ce qu'il ne soit pas vraiment flexible dans son interprétation étant donné qu'il est moulé à ses chansons. Mais il a été super généreux, willing d'essayer de nouvelles affaires et complètement ouvert à la directive», se souvient Jean-Phi, à qui on doit aussi la signature musicale de Le monde est fou, l'an dernier avec Beau Dommage.

Le travail a d'ailleurs été facile avec le chanteur, qui à 72 ans, est plus en voix que jamais. «Il est en forme. Vraiment. Et il a un background d'acteur, de comédien alors il est capable de s'adapter à ce qu'on lui demande et de jouer un personnage très facilement», révèle Jean-Phi.

Mais en travaillant directement avec l'artiste, le défi est de taille pour lui réserver totalement la surprise du spectacle hommage. «Je l'ai fait enregistrer sur des versions de base, guitare et voix, ou encore des instruments midi. Pour ce qui est des chansons plus rock, je l'ai fait enregistrer sur des bandes live d'un show qu'il avait donné à La Tulipe. Le résultat final, il ne sait absolument pas de quoi il s'agit. Ça sera une surprise», confie le musicien qui, malgré une fatigue apparente d'arriver au bout de cet intense sprint, cache difficilement sa hâte de révéler à Charlebois la finalité de ces centaines d'heures de travail.

Des centaines d'heures partagées avec bien du monde dans ce studio, dont un band complet, une section de cordes, une section de cuivres et une mini-chorale.

Au final, Charlebois n'aura entendu qu'un seul extrait du spectacle, un des coups de coeur de Jean-Phi Goncalves, qu'il aura accepté de lui faire entendre sans toutefois lui révéler ne serait-ce qu'un seul détail visuel du tableau. Ce coup de coeur, c'est Ordinaire.

«C'est son masterpiece. Je lui ai fait écouter en studio il y a quelques temps. Je suis assez content du résultat, mais surtout je suis content de sa réaction. Ça a été capté sur caméra. C'est une personne super expressive. C'était LA toune que je ne voulais pas scraper et il a bien aimé. Ça m'a soulagé, ça m'a  enlevé une bonne épine du pied», lance le musicien en éclatant de rire.

D'ici au spectacle, mercredi soir, un peu de boulot reste tout de même à faire, spécialement au niveau des transitions entre les numéros. Le travail de composition et d'arrangement entre la musique et la chorégraphie se fait d'ailleurs en harmonie, une discipline avec l'autre. «Le match numéro-toune est déjà pensé en fonction du numéro. De là, on s'ajuste sur la forme de la toune, au niveau des timings. On essaie de créer des moments d'accalmie dans une logique musicale, mais aussi selon les besoins de l'acrobatie, pour que la musique et l'acrobatie fassent un tout. Les acrobates sont quand même très flexibles là-dessus, dans tous les sens du terme», admet Jean-Phi, sourire en coin.

Et cette création musicale pourrait-elle être immortalisée sur un disque, une fois le spectacle terminé? «Je souhaite de tout mon coeur l'album. Je le souhaitais aussi l'an dernier. C'est beaucoup de travail pour un beau spectacle de 20 soirs et après ça disparaît. Mais il y a la politique derrière tout ça. Ce serait complexe un peu de pouvoir libérer les droits pour faire un album. Mais musicalement, ça pourrait être un album. Je pense que Robert aimerait ça. Il l'a dit plusieurs fois d'ailleurs. Au moins, l'album pourrait rester une empreinte de la série de spectacles», croit Jean-Phi Goncalves.

Une représentation VIP pour tous

Bien que la première de «Tout écartillé» du Cirque du Soleil prévue mercredi soir sera l'occasion de voir défiler de nombreuses personnalités du monde artistique, médiatique et politique, la représentation est également ouverte au grand public. Quelques dizaines de billets sont d'ailleurs encore disponibles pour cette soirée, où tous les convives seront traités en VIP, précise le directeur général de l'Amphithéâtre Cogeco, Steve Dubé.

«Il y aura un circuit gourmand installé sur l'esplanade, avec environ 25 kiosques de gens d'affaires de Trois-Rivières, où les gens pourront faire quelques dégustations de produits. Par ailleurs, tous ceux qui auront des billets pour cette soirée auront la possibilité d'assister au tapis rouge, et verront défiler les nombreuses personnalités qui assisteront au spectacle», mentionne M. Dubé.

Selon ce dernier, cette information n'a pas été tant publicisée, car on souhaitait avant tout en faire profiter les gens de la région. «On ne va pas divulguer ça à la grandeur de la province. On veut que ce soit les gens d'ici qui en profitent. C'est leur amphithéâtre, et on veut que ça puisse profiter aux gens de chez nous», a-t-il ajouté, précisant que le prix des billets pour mercredi était le même que pour n'importe quelle autre représentation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer