L'année de tous les records au FestiVoix

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il était bien difficile pour les organisateurs du FestiVoix de cacher, lundi, leur enthousiasme face à cette 23e édition qui s'est terminée il y a quelques jours. À l'heure des bilans, l'équipe du FestiVoix n'était pas peu fière de dévoiler les chiffres, qui positionnent l'année 2016 du FestiVoix comme étant celle de tous les records.

Thomas Grégoire, directeur général du FestiVoix.... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Thomas Grégoire, directeur général du FestiVoix.

François Gervais

Record d'abord dans la vente de passeports, alors que 15 444 passeports ont trouvé preneurs, comparativement à 14 175 l'an dernier. Record également d'entrées journalières, avec 11 260 entrées payantes contre 9952 l'année dernière. Des statistiques qui auront ainsi permis à l'organisation de dépasser ses objectifs de vente de plus de 58 % pour cette 23e édition.

Si la météo a donné un bon coup de pouce aux organisateurs pour la majorité des soirées, c'est surtout grâce à la solidité de la programmation qu'on peut attribuer cette réussite, croit le directeur général Thomas Grégoire. «On a pu présenter une programmation qui, à mon sens, était exceptionnelle, et nous avons aussi misé énormément sur la promotion, avec des campagnes publicitaires importantes et diversifiées. Ça nous a certainement aidé», constate M. Grégoire.

Heureux de voir le public augmenter et se diversifier, Thomas Grégoire rappelle que la venue d'un groupe de calibre international comme Hedley a certainement contribué à rajeunir l'auditoire, et à aller chercher un nouveau public qui n'était peut-être jamais venu au FestiVoix. Le groupe a d'ailleurs pris la peine d'envoyer un petit message à l'organisation, spécifiant que la foule trifluvienne fut la foule la plus endiablée qu'ils ont eu la chance d'avoir lors de leur tournée cette année.

La présence de très nombreux festivaliers aux spectacles des Cowboys Fringants et de The Wall Theatre Experience sur la scène principale a aussi grandement marqué cette édition, tout comme les performances de Qwartz, les 2 Frères, Patrick Norman et Isabelle Boulay sur la scène des Voix multiples.

Le coup de coeur du public et de la critique, indique Thomas Grégoire, est allé à la nouvelle scène des Voix chorales, dans le hangar du port de Trois-Rivières, un endroit qui a su charmer et attirer les foules. Les scènes des Voix libres au manoir Niverville ainsi que des Voix EDM au bar le Temple ont aussi beaucoup plu parmi les nouveautés. Quant à l'expérience visuelle proposée aux festivaliers dans le tunnel du parc portuaire, imagée par Fontaine Leriche et mis en lumière par l'Audi-C, elle a certainement contribué à rehausser l'expérience du public, convient Thomas Grégoire.

Si le travail est déjà amorcé pour la préparation de la 24e édition, impossible pour le moment de connaître le moindre indice de ce que proposera le Festivoix, du 29 juin au 9 juillet 2017. Il est toutefois certain que cette édition, comme il avait été discuté par le passé, ne transférera pas ses activités du côté de l'Amphithéâtre Cogeco, la présence du Cirque du Soleil en répétition et en montage ne permettant pas l'utilisation de la scène.

À ce sujet, Thomas Grégoire n'a pas caché que l'organisation était ouverte à discuter de toutes les possibilités à moyen terme, si l'occasion se présentait. Il est toutefois impossible que ce transfert de la scène principale se fasse d'ici 2020, le Cirque du Soleil étant en place au moins jusqu'en 2019.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer