• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Affaire Bill Cosby: la plaignante ne sera pas contre-interrogée 

Affaire Bill Cosby: la plaignante ne sera pas contre-interrogée

Bill Cosby... (PHOTO MARK MAKELA, REUTERS)

Agrandir

Bill Cosby

PHOTO MARK MAKELA, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

La demande des avocats du comédien Bill Cosby de contre-interroger l'une des plaignantes l'accusant de l'avoir agressée sexuellement a été rejetée jeudi.

Selon la défense, le témoignage d'Andrea Constand soulève plus de questions qu'il ne donne de réponses. Les avocats de l'accusé souhaitaient donc que le juge du procès, Steven T. O'Neill, rejette la plainte ou qu'il ordonne la tenue d'une nouvelle audience préliminaire. M. O'Neill a toutefois refusé cette requête.

Les avocats de Bill Cosby soutiennent qu'un tribunal inférieur s'est uniquement basé sur des déclarations faites à la police il y a 10 ans. Ils déplorent n'avoir eu aucune occasion de remettre ces allégations en question. Après l'annonce de jeudi, l'avocat de Bill Cosby, Brian McMonagle, a affirmé qu'il croyait que la Cour suprême de la Pennsylvanie renverserait la décision.

Le procureur du district de Mont-gomery, Kevin Steele, avait déterminé que le droit de la défense de confronter les plaignants en Cour ne s'appliquait pas, en Pennsylvanie, aux audiences préliminaires. Le procureur avait évoqué le changement, en 2012, d'un règlement, lequel établit que la déclaration initiale du plaignant n'a pas besoin d'être mise à l'épreuve par un contre-interrogatoire à cette étape du processus judiciaire.

En mai dernier, Bill Cosby a été convoqué à un procès qui s'appuie sur les déclarations faites à la police par lui-même et par Andrea Constand, en 2005. Les procureurs avaient choisi de ne pas appeler la plaignante à témoigner pour éviter de la «retraumatiser», a indiqué Kevin Steele.

L'acteur et humoriste de 78 ans est accusé de crime obscène ainsi que d'avoir drogué et agressé Andrea Constand en 2004. Le cas a été rouvert l'an dernier après que Bill Cosby eut reconnu avoir administré des comprimés à la plaignante et ensuite de l'avoir entraînée à avoir une relation sexuelle avec lui. Il a toutefois indiqué que la substance en question était du Benadryl, un médicament contre les allergies.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer