Les missions de paix à l'honneur

Le conservateur du Musée militaire de Trois-Rivières et... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le conservateur du Musée militaire de Trois-Rivières et concepteur de l'exposition, Ghyslain Raza, en compagnie du président d'honneur Jean Doyon, originaire de Nicolet et à la tête du Domaine des 30 Arpents, de J.P. Doyon Ltée et de Place Doyon inc.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Comme l'a fait remarquer le président d'honneur Jean Doyon, il est facile lorsqu'on évoque le monde militaire de l'associer spontanément à la guerre.

Mais le volet de la protection de la paix est aussi important, a indiqué M. Doyon lors de l'inauguration de l'exposition Guerre et paix: le Canada et les missions de l'ONU (1945-2015) au Musée militaire de Trois-Rivières.

Le 60e anniversaire de la mission du Sinaï lors de la crise du canal de Suez sert de prétexte à la présentation de cette exposition qui s'intéresse à l'histoire des Casques bleus à travers leurs missions. 

On y aborde la participation du Canada et celle de son 12e Régiment blindé à cette force de l'ONU, en revisitant entre autres les missions déployées à Chypre, en Corée, en ex-Yougoslavie et en Afghanistan. 

Des panneaux d'interprétation résument les étapes et les enjeux des conflits pour lesquels les Casques bleus ont été sollicités, tandis que des photos et artefacts permettent d'illustrer les opérations sur le terrain.

L'Organisation des Nations unies (ONU) a été créée en 1945, après la Deuxième Guerre mondiale, en réaction au constat d'échec de l'idéal de la Société des Nations, créée après la Première Guerre mondiale pour préserver la paix en Europe et éviter qu'un autre conflit mondial ne dévaste le continent.

Or, en 30 ans, deux guerres mondiales avaient provoqué la mort de dizaines de millions de personnes des quatre coins de la planète, et les dirigeants internationaux ont voulu recréer un organisme voué à la paix.

Chargé du maintien de la paix et de la sécurité internationale, le Conseil de sécurité est l'un des organes principaux de l'ONU. En novembre 1956, l'ONU a adopté une proposition du ministre canadien des Affaires étrangères, Lester B. Pearson, pour la formation de la Force d'urgence des Nations unies. 

Des militaires prêtés par des pays membres de l'ONU composent cette force qui agit sur ordre du Conseil de sécurité pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationale.

Il ne faut pas chercher plus loin que la couleur des casques de ses membres pour expliquer l'origine du surnom donné à cette force déployée une première fois pour accompagner un cessez-le-feu entre les parties en cause dans la crise du canal de Suez. 

Le 12e Régiment blindé du Canada (RBC) a contribué au contingent canadien affecté là-bas. Le 12e RBC est une unité régulière de l'Armée canadienne stationnée à la base de Valcartier, et possède une unité de réservistes à Trois-Rivières.

À compter de 1950, les Casques bleus ont aussi soutenu la Corée du Sud lors de la guerre qui l'a opposée à sa voisine du nord, et une force du maintien de la paix s'est aussi déployée à Chypre en 1964.

Plus récemment, dans les années 1990, les Casques bleus ont agi dans les conflits qui ont déchiré l'ex-Yougoslavie, un pays créé au terme de la Première Guerre mondiale par l'unification de peuples de diverses origines et cultures. Les nationalismes se sont exacerbés, particulièrement après la chute du bloc soviétique, donnant lieu à de sanglants affrontements. 

Puis, en 2003, les forces de l'ONU ont offert leur soutien en Afghanistan. L'escadron A du 12e RBC a été envoyé en juillet 2007 vers Kandahar, pour y intervenir dans des actions de sécurité, de gouvernance et de reconstruction. Concrètement, l'escadron A a notamment contribué à l'aménagement de puits et à la reconstruction ou la réfection d'écoles et de mosquées, en plus de participer à l'évacuation de blessés.

Pour en savoir plus sur ces interventions dédiées au maintien de la paix dans des zones de conflits, on peut visiter l'exposition présentée au Musée militaire de Trois-Rivières, accessible à tous les jours jusqu'au 21 août de 10 h à 16 h du lundi au jeudi et de 10 h à 18 h les vendredis, samedis et dimanches.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer