Qualité et diversité, toujours prioritaires

L'humoriste Simon Leblanc est un autre représentant de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'humoriste Simon Leblanc est un autre représentant de la relève qui se démarque en humour. Il était de la soirée de présentation de la programmation 2016-2017 qui avait lieu à la salle Thompson lundi soir.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le lancement de la programmation de la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières est devenu un spectacle en soi auquel le public assiste en grand nombre.

Ils étaient bien 750, plus que pour bien des spectacles de musique, lundi soir dans les estrades pour assister à quelques numéros tirés des multiples spectacles qui seront présentés d'ici à juin 2017 dans les différentes salles trifluviennes.

À un coût de 5 $, il faut dire qu'on a rendu l'événement aussi accessible que possible. L'événement en est d'abord un de promotion qui permet de vendre des billets et à ce titre, il ne fait aucun doute que la Corporation a atteint son objectif à en juger par les longues files d'attente qui s'étendaient devant les guichets, pourtant multipliés pour la circonstance.

Impossible de faire une nomenclature de tout ce qui sera offert aux trifluviens dans les mois à venir. Quelque 270 spectacles seront présentés au cours de la prochaine année, incluant la programmation à l'extérieur pendant l'été. La programmation dans son entier est disponible sur le site www.enspectacle.ca. On ne peut cependant s'empêcher de remarquer quelques spectacles intrigants ou prometteurs.

En humour, toujours une pierre angulaire de la programmation, à travers les 22 supplémentaires, on sera curieux de voir poindre le premier spectacle solo de Louis Champagne le 11 novembre. Retour de Jean-Michel Anctil en octobre avec un nouveau spectacle intitulé Jean-Michel mais la relève pousse et on pourra voir Phil Roy le 19 novembre et Fred Dubé, le 23 novembre deux des plus prometteurs représentants de cette relève. On se réjouit aussi du retour de Fabien Cloutier le 12 novembre au cégep.

En chanson, retenons notamment Francis Cabrel le 5 octobre, Robert Charlebois au théâtre du cégep le 14 octobre, le collectif Sept jours en mai le 3 novembre, Richard Séguin, le 9 février 2017, Roch Voisine, Garou et Corneille, le 3 mars et plusieurs autres, bien évidemment.

Le théâtre demeure une valeur sûre auprès du public trifluvien qui aura droit à une riche programmation locale avec le TGP et le Théâtre des Nouveaux compagnons mais également à une belle programmation professionnelle avec des pièces comme le Tartuffe de Molière, le 22 novembre, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, le 24 novembre, L'emmerdeur, le 28 janvier 2017, l'éternel retour de Broue, le 13 avril mais aussi, une autre codiffusion des corporations culturelles de Trois-Rivières et Shawinigan pour présenter la grosse production Le tour du monde en 80 jours, le 11 avril. Ce genre de collaboration a été initié l'an dernier pour la très impressionnante Moby Dick avec grand succès.

«Avec le Tour du monde en 80 jours, on avait une belle opportunité alors, on s'est dit, pourquoi ne pas travailler ensemble de nouveau, a expliqué Nancy Kukovica, directrice générale de la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières. Ce sont des productions à grand déploiement avec des coûts importants. Or, ça n'en est pas moins pertinent d'amener ces productions-là au public de la région qui n'aura pas à se rendre à Montréal pour les voir.

On a des abonnés théâtre à Shawinigan comme ici alors, pourquoi ne pas unir nos ressources? Ça a bien fonctionné l'an dernier et la collaboration a été exemplaire encore cette année. Ça nous permet de minimiser les risques pour chaque diffuseur et en bout de ligne, c'est le public qui est gagnant.»

Pour ce qui est de l'ensemble de la programmation, elle témoigne du mandat de la Corporation d'offrir de la diversité à son public.

«Les gouvernements nous supportent financièrement pour que nous offrions de la diversité alors, ça caractérise forcément notre programmation et c'est tant mieux, de poursuivre Nancy Kukovica. Par ailleurs, le marché dicte aussi les tendances et on note une belle relève qui pointe en humour comme en chanson, notamment.

Les jeunes ont de multiples plate-formes pour favoriser leur diffusion et dans ce contexte, nous continuons de démontrer la pertinence des spectacles en salle où le public peut vivre une expérience unique en présence de l'artiste.

La diversité des formats de nos salles nous donne le luxe d'associer l'artiste à la salle qui va le mieux le mettre en valeur. C'est la raison pour laquelle au cours des dernières années, nous avons peaufiné la personnalité de chacun des lieux.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer