Immersion artistique en Égypte

Ce sont 14 artistes, tous originaire d'Alexandrie en... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ce sont 14 artistes, tous originaire d'Alexandrie en Égypte, qui exposeront leurs oeuvres à la galerie R3 de l'UQTR. De gauche à droite, Tarek Zabadi, Hazem Saleh, directeur des affaires éducationnelles et culturelles du consulat général d'Égypte, Aimé Zayed, directeur du Département de philosophie et des arts de l'UQTR, Safaa Abd El Salam, professeure à la Faculté des beaux-arts de l'Université d'Alexandrie, Daniel McMahon, recteur de l'UQTR et Moustapha Abdel Moity.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La galerie R3 de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) propose une immersion en Égypte à portée de main alors qu'un collectif d'artistes égyptiens y proposent leurs oeuvres tirées directement de la ville d'Alexandrie. En tout, ce sont 14 artistes qui y sont exposés.

Cette exposition vise à permettre à des artistes d'Afrique du Nord d'exposer sur le continent américain afin de faire la promotion de leur savoir-faire. À l'occasion du vernissage, trois de ces artistes s'étaient d'ailleurs déplacés à Trois-Rivières.

C'est Aimé Zayed, directeur du Département de philosophie et des arts de l'UQTR, qui est derrière cette collaboration. Ce dernier, originaire d'Égypte, souhaitait rencontrer un artiste provenant de son pays natal pour monter un projet. Le bouche-à-oreille l'aura finalement mené à Safaa Abd El Salam, professeure à la Faculté des beaux-arts de l'Université d'Alexandrie.

Près de 300 échanges de courriels plus tard, ils étaient fins prêts à présenter cette exposition. Il faut dire que les deux commissaires planchent sur ce projet depuis septembre dernier.

C'est Mme Abd El Salam qui a hérité de la tâche de sélectionner les artistes et les oeuvres qui allaient être exposées.

«Je voulais vraiment une variété des oeuvres provenant de différentes générations et qui utilisent différentes techniques de création. C'était très difficile de faire une sélection des artistes issus de l'art contemporain qui s'inspirent de l'histoire d'Alexandrie», explique-t-elle.

Les oeuvres auront finalement fait le voyage de l'ambassade d'Égypte jusqu'à Ottawa, sur plus de 8000 kilomètres, avant d'atterrir dans la galerie lundi dernier.

Pour Aimé Zayed, ces oeuvres sont un amalgame unique entre histoire et modernité. «L'art ancien et traditionnel d'il y a 4000-5000 ans, ce sont nos racines. On va chercher notre sève nourricière à travers cette histoire-là. Mais nous sommes aussi influencés par tout ce qui se fait dans le domaine artistique dans le monde contemporain», constate-t-il.

Une collaboration qui se poursuit

La collaboration ne s'arrête pas là puisque d'ici mai 2017, 15 artistes de Trois-Rivières s'associeront à 15 artistes égyptiens d'Alexandrie et créeront des oeuvres sous un thème commun. Quelques-uns d'entre eux s'envoleront vers l'Égypte où se tiendra un colloque à l'Université d'Alexandrie, dans la prestigieuse bibliothèque d'Alexandrie, et où seront dévoilées ces oeuvres transcontinentales.

Pour le recteur de l'UQTR, Daniel McMahon, il va de soi que ce partenariat pourrait déboucher sur des ententes intéressantes entre les deux universités. 

«On espère que ces collaborations vont devenir des possibilités d'échange pour les étudiants internationaux. Ça ouvre la porte à des possibilités de stage de création là-bas et ici», soutient-il.

L'exposition est présentée jusqu'au 24 juin 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer