Un virage «New country» pour le Festival western

Pascal Lafrenière, directeur général, et Isabelle Tessier, présidente... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pascal Lafrenière, directeur général, et Isabelle Tessier, présidente du Festival western de Saint-Tite.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Tite) À un an de fêter son demi-siècle d'existence, le Festival western de Saint-Tite a choisi de se renouveler et de sortir de sa zone de confort.

La 49e édition du populaire rendez-vous country et western au Québec, qui se tiendra cette année du 9 au 18 septembre, misera sur un virage nouveau genre où le Festival tentera de plaire de plus en plus à une clientèle plus jeune, sans pour autant délaisser ses grands classiques.

C'est d'ailleurs dans cette optique que l'équipe du Festival a choisi de miser sur la vedette montante canadienne du «New country», Tim Hicks, dont les succès énergiques et aux tonalités plus rock sont très souvent entendus en ouverture des rodéos depuis les dernières années.

L'artiste a également été couronné Artiste masculin de l'année et Album de l'année en 2015 à la Country music association of Ontario, en plus de cumuler de nombreuses nominations aux Canadian country music association awards. Le chanteur originaire de Niagara Falls se produira le jeudi 15 septembre au Country club Desjardins.

«On veut répondre à la demande. Le créneau du classique country au Québec, on a toujours bien répondu. En même temps, il y a une vague de fond qui s'en vient avec le «New country». On le voit, avec de plus en plus de postes de radio qui se spécialisent dans ça. Les spectacles au Centre Bell, au Centre Vidéotron et dans les festivals l'été vont dans ce sens là aussi. Nous autres, on est l'«Événement» de l'est de l'Amérique du Nord. On se devait d'embarquer là-dedans. Les gens nous le demandaient. Si on veut toucher les 18-30 ans, c'est ce qu'ils écoutent. Tim Hicks, c'est un grand coup pour nous», explique le directeur général du Festival western, Pascal Lafrenière.

Par ailleurs, l'équipe du Festival a profité du lancement officiel de sa programmation, mercredi matin, pour présenter un avant-goût du spectacle Saloon, une création du Cirque Éloize qui sera présentée en grande première canadienne à Saint-Tite pour six représentations. Une dizaine de musiciens et d'acrobates partagent la scène aux couleurs et aux tonalités country, avec des prestations qui ont coupé le souffle du public venu assister au dévoilement, mercredi. D'ailleurs, la direction assure que la vente des billets pour ce spectacle connaît déjà un grand succès.

Un village-cirque sera également aménagé aux abords du chapiteau où se produira le Cirque Éloize, où de l'animation, des spectacles et des ateliers de cirque, notamment, seront proposés à toute la famille.

Côté musical, on savait déjà que Renée Martel et Patrick Norman seraient réunis sur scène pour le lancement de leur tournée Nous. S'ajouteront à ces voix de nombreux artistes qui fouleront les planches des diverses scènes du festival durant la durée de l'événement. Notons la présence de Yoan, Daniel Lavoie, Isabelle Boulay, Michel Rivard et Marie-Pierre Arthur, entre autres, qui prendront part à l'Open Country de Mountain Daisies. Édith Butler, Annie Blanchard, Cindy Bédard, Shawn Barker avec son hommage à Johnny Cash, Mario Pelchat, Paul Daraîche, David Jalbert, Les 2 Frères, les Tannants et Michel Louvain seront aussi au rendez-vous.

Évidemment, les rodéos professionnels demeurent l'attraction principale du festival, avec encore une fois dix grands rodéos présentés durant le festival, qui remporte depuis 17 ans le titre de meilleur rodéo extérieur en Amérique du Nord de l'International professional rodeo association.

La billetterie pour les différents rodéos ainsi que pour les spectacles ouvrira ce samedi dès 9 h, au fwst.ca ou au 1-877-493-7837.

Sécurité

Certains événements malheureux étaient venus ternir l'édition du festival l'année dernière. On se souviendra qu'un homme avait été tabassé au point de se retrouver dans le coma, et un autre avait été sauvagement battu, possiblement en raison de son orientation sexuelle. La direction a choisi d'investir davantage dans la sécurité des lieux. En tout, le budget de la sécurité a été augmenté de 10 % cette année, confirme Pascal Lafrenière.

Ainsi, les kiosques à bière vont fermer plus tôt cette année, et un poste de commandement unifié de la sécurité du festival, de la Sûreté du Québec et de la sécurité de la Municipalité, sera mis en place.

«On prend nos responsabilités. On déplore et on trouve malheureux ce qui est arrivé. On n'aurait pas pu rien faire pour ces cas isolés, mais on prend nos responsabilités. C'est sûr qu'en bout de ligne, les gens doivent être responsables de leur comportement. Mais on réaffirme qu'on est un événement sécuritaire et professionnel», soutient Pascal Lafrenière.

Par ailleurs, près d'un quart de million de dollars sont aussi investis cette année dans l'aménagement et la modernisation des chapiteaux. Depuis cinq ans, c'est plus d'un million de dollars que le Festival a choisi d'investir dans ses immobilisations.

«On veut se faire beau, se faire propre. On veut vivre notre 49e, mais également bien préparer le 50e anniversaire. Ce qui est faisable en immobilisations et travaux, on voulait le faire cette année. Les gens vont déjà pouvoir en bénéficier. Si les gens viennent nous voir, c'est parce qu'on prend soin d'eux, dans tous les aspects de leur sécurité et du service à la clientèle», croit M. Lafrenière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer