Divertissement gratuit et bénévole à Trois-Rivières

Claude Bolduc... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Claude Bolduc

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières a institué une forme de divertissement particulière l'été dernier quand elle a créé les Rendez-vous culturels en plein air dans deux parcs publics: Robert-Bourassa et Pie XII. La formule a eu suffisamment de succès pour être reprise cette année.

Tous les samedis soirs entre le 11 juin et le 27 août, des gens âgés de 50 ans et plus, qui avaient jusqu'au 1er mai dernier pour s'inscrire auprès des responsables du dossier à la Ville, pourront se produire en public et en plein air.

L'initiative a cependant fait sourciller un citoyen intéressé par le concept. Claude Bolduc, animateur de radio bien connu mais également chanteur à ses heures, aurait été intéressé de faire partie des artistes citoyens mais un critère l'a fait reculer: on ne donne ni cachet ni compensation financière aux artistes même s'ils ont la responsabilité de fournir leur propre système de son si besoin est.

«Je trouve l'initiative intéressante et j'aurais voulu en faire partie mais je trouve indécent qu'on invite les gens à chanter sans leur offrir le moindre cachet. Il y a quand même du travail derrière ça. Ne serait-ce que pour le dérangement puisqu'ils doivent fournir leur équipement sonore. Moi, je l'aurais fait volontiers, mais pas pour rien. Je ne parle pas de gros cachet mais donner 150 $ ou 200 $ ne serait-ce que comme dédommagement pour le trouble que les artistes se donnent, je trouve ça minimal.»

Ses doléances ont été entendues par la responsable du projet, Isabelle Boisvert, qui soutient que l'initiative vient simplement répondre à une demande existante.

«À l'origine, il y a une femme qui chantait seule au parc Robert-Bourassa et d'autres personnes ont voulu faire comme elle. La Ville a simplement voulu structurer un peu l'activité pour donner des chances égales à tous ceux qui seraient intéressés.

L'aspect volontaire a toujours été là et on a suffisamment d'inscriptions pour assurer de l'animation tous les samedis soirs de l'été. L'activité a suscité moins d'intérêt du côté du parc Pie XII l'an dernier mais on l'essaie de nouveau en 2016.»

«Pour ce qui est d'un dédommagement pour la fourniture du système de son, il faut comprendre que ça varie selon les individus. Certains se contentent d'un tout petit amplificateur qu'ils portent à la main, alors ce n'est pas très contraignant.»

Même si les inscriptions sont terminées, la responsable n'avait pas encore eu le temps de les passer en revue. Ce qui semble sûr, c'est qu'il y a une demande dans les conditions actuelles de sorte qu'on ne songe pas à les changer.

Il est à noter qu'aucune sollicitation monétaire directe envers les spectateurs ne sera tolérée mais qu'on permettra aux artistes de laisser un chapeau ou un quelconque récipient sur la scène pour recevoir les dons du public.

Alors qu'une petite gloriette existe au parc Robert-Bourassa situé derrière le magasin Canadian Tire de Cap-de-la-Madeleine, il n'y a aucune installation physique au parc Pie XII.

La Ville n'exclut pas d'installer un plancher de bois pouvant servir de scène mais n'a pas pris de décision.

Les spectacles seront présentés aux deux endroits les samedis soirs, de 19 h à 20 h 30.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer