Biblio-vente: plus de 4000 lecteurs assouvis

Des milliers de personnes se sont déplacées pour... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Des milliers de personnes se sont déplacées pour la Biblio-vente annuelle qui se déroulait à la Bâtisse industrielle. À 3 $ le kilogramme, il n'y avait pas de raison de s'en priver.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les tables de la Biblio-vente ont été prises d'assaut par des milliers de lecteurs affamés. Des livres documentaires aux romans jeunesse en passant par les bandes dessinées et les périodiques, même les plus difficiles y trouvaient leur compte alors que plus de 57 000 livres ont trouvé preneur.

Environ 4100 personnes se sont déplacées pour la vente de livres à la pesée. À 3 $ le kilogramme, il n'y avait pas de raison de s'en priver. Les familles et les groupes d'amis quittaient la Bâtisse industrielle avec des livres plein les bras et le sourire aux lèvres. Il n'était pas difficile de deviner ce à quoi ils allaient consacrer leur après-midi alors que le soleil pointait au zénith.

Selon Catherine Bureau, il faut se laisser guider par les livres offerts et non pas arriver avec une liste bien précise de romans. «J'en ai cherché quelques-uns, mais je ne les ai pas trouvés. Il ne faut pas arriver avec des attentes», constate-t-elle. Malgré tout, elle était très satisfaite des trésors qu'elle avait dénichés sur les tables.

Sébastien Dion n'en revenait pas de trouver des livres pratiquement neufs offerts à un prix dérisoire. Entre autres, il pointe un livre étiqueté à 24,95 $ qu'il a payé à peine 2 $.

Annie Vézina pourra quant à elle regarnir sa bibliothèque de livres écrits par les auteurs d'ici. «Il y a beaucoup de romans québécois, mais ça part tout de suite. Il faut arriver tôt. Tu achètes pour 15 $ et ça en vaut 200 $.» Elle et sa fille ont fait des allers-retours constants entre leur voiture et le lieu de vente.

«J'ai fait une razzia de classiques. Ici, on peut trouver des livres discontinués ou qui ne sont plus offerts dans certains formats», remarque Clémence Bideaux qui en était à son baptême de la Biblio-vente.

Pour l'édition 2016, on a remarqué une légère baisse de l'achalandage, mais l'explication est fort simple selon Catherine Patry, responsable des bibliothèques de Shawinigan et directrice des communications de la Biblio-vente. «Cette année, on a eu 200 personnes de moins, ce qui s'explique sûrement par la belle température du début de mois de mai. Mais sinon, les chiffres sont assez similaires», remarque-t-elle.

Encore une fois, les dons du public ont permis de garnir les tables de vente alors que les citoyens étaient invités à venir porter leurs livres usagés à la Bâtisse industrielle jeudi dernier. Les bibliothèques de Trois-Rivières, de Shawinigan et de Notre-Dame-du-Mont-Carmel ont aussi fourni leur lot de livres mis de côté lors des périodes d'élagage.

Les profits de la Biblio-vente permettront aux bibliothèques d'acheter de nouveaux documents, développer des services et promouvoir le livre ainsi que les bibliothèques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer