René et Nathalie Simard réunis sur scène

René Simard sera à la salle Thompson le... (La Presse)

Agrandir

René Simard sera à la salle Thompson le 4 mai pour présenter son nouveau spectacle.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Au début d'avril, René Simard a fait paraître son 51e album et est remonté sur la scène en solo pour la première fois depuis 25 ans. Il profitera de son escale à la salle J.-Antonio-Thompson, le 4 mai, pour offrir une surprise exclusive à ses fans de la région.

Nathalie Simard se joindra à son frère sur... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Nathalie Simard se joindra à son frère sur la scène, comme invitée spéciale.

François Gervais, Le Nouvelliste

Sa soeur Nathalie se joindra à lui dans ce qui pourrait ressembler à des retrouvailles pour le duo qui avait entre autres enregistré l'album René et Nathalie Simard en 1988.

René Simard dévoilait cette «surprise» en post-scriptum d'une entrevue téléphonique pendant laquelle il a répété son bonheur à renouer avec la scène.

«Pour les gens de Trois-Rivières, j'ai une petite surprise. J'ai de la visite qui vient sur le show. Je suis bien content....», a-t-il annoncé, enthousiaste, hésitant à en révéler davantage devant notre insistance. «C'est quelqu'un qui demeure dans la région?», demande-t-on. «Ben oui...!» «Quelqu'un de la famille?» «Ben oui!», a finalement répondu le chanteur en éclatant de rire...

«C'est Nathalie. Ça va être un beau moment pour moi. Elle ne peut pas faire toute la tournée parce qu'elle a son commerce, mais quand elle le pourra, elle sera là. C'est triste pour les autres endroits où elle ne pourra pas être, mais l'important c'est de vivre ce beau moment-là», a commenté le chanteur en parlant de sa soeur installée à Saint-Mathieu-du-Parc où elle exploite une cabane à sucre.

Nathalie ne sera pas le seul membre de la famille Simard à partager la scène avec René. Sa fille Rosalie danse sur Smile, que le chanteur souhaitait interpréter depuis longtemps. Rosalie et sa mère Marie-Josée Taillefer suivent René Simard dans la tournée entreprise le 2 avril. Une belle aventure familiale que l'artiste savoure pleinement.

«Je suis tellement heureux d'avoir pris la décision de partir en tournée. Evenko m'avait offert de faire un Centre Bell et après ce serait fini. J'ai dit: ''Non, je veux me promener avec ma famille, faire un road trip''». Marie-Josée me suit avec Rosalie et quand notre fils Olivier peut venir, il le fait - il est technologue pour Bombardier et voyage beaucoup», confie-t-il.

Le plus récent album de René Simard remontait à 2003 quand il a décidé d'en enregistrer un nouveau. «Le but ultime était de faire un show, et je ne voulais pas faire un show juste avec des vieux succès. Je voulais offrir quelque chose d'autre aux gens», raconte-t-il en parlant des 12 titres de l'album Un nouveau rêve qu'il a coréalisé avec André Leclair, le directeur musical du spectacle Night Fever, qu'il avait monté en 2005.

Dans son spectacle, René Simard dissémine ses nouvelles chansons parmi des anciennes (dont sa célèbre L'oiseau, qu'il chantait à neuf ans), sans oublier quelques extraits de comédies musicales et de reprises d'autres succès qu'il rêvait de s'approprier comme Smile, dont il a modifié les arrangements.

L'humour occupe aussi une grande place dans le rendez-vous qu'il propose à son public.

«J'ai fait des Bye Bye, j'ai travaillé pour le Festival juste pour rire... C'est l'fun de pouvoir transposer ça sur scène. Ça agrémente le contenu, ça donne plus de légèreté. Il y a de l'autodérision; je m'imite, en m'inspirant d'Yves Jacques quand il m'imitait au Bye Bye!», décrit l'artiste qui a tâté l'animation, la mise en scène et le jeu pendant les 25 ans où il n'a pas occupé la scène comme chanteur solo.

René Simard souhaitait se remettre en forme en prévision de sa tournée. Il s'entraîne depuis octobre pour, selon sa formule, «ne pas arriver sur scène comme un pépère qui se raconte»... Il dit avoir changé sa relation avec la nourriture, coupé la consommation de vin, et s'entraîner physiquement en intégrant dans sa routine l'aérobie, l'elliptique, la musculation et les étirements.

René Simard en a foulé, des scènes depuis son passage à l'émission Les découvertes de Jen Roger en 1970 et sa participation (et grande victoire) au Festival international de la chanson de Tokyo quatre ans plus tard. Il avoue que la scène en solo ne lui a pas consciemment manqué jusqu'à ce qu'il y remonte à nouveau et redécouvre le plaisir de la proximité avec le public.

«Ma relation avec la scène n'est plus la même qu'à 30 ans. Aujourd'hui, à 55 ans, je suis à l'aise sur la scène. Je m'amuse. Je n'ai plus de zones grises alors qu'à 30 ans, j'en avais encore. J'avais aussi des inquiétudes. Aujourd'hui j'arrive sur scène et j'ai du fun», soutient-il en appuyant sur chaque syllabe des derniers mots.

«Moi, ça ne me gêne pas de dire que j'aime divertir. Avec tout ce qui se passe autour de nous, quand je vois que les gens s'amusent et apprécient un moment passé en ma compagnie, je suis content.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer