La critique sous la loupe

La Société des écrivains de la Mauricie soulignera... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Société des écrivains de la Mauricie soulignera la Journée internationale du livre et du droit d'auteur ce samedi avec la présentation d'une rencontre avec pour thème, la critique littéraire. L'annonce de l'événement a été faite par ces quatre intervenants. De gauche à droite: Gérald Gaudet, auteur et critique invité, Louise Lacoursière, présidente par intérim de la SEM, Guy Marchamps, auteur et animateur de la rencontre, et Sébastien Dulude, auteur et critique invité

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Société des écrivains de la Mauricie n'allait pas passer sous silence la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur le samedi 23 avril.

À cette occasion, on présentera une rencontre publique avec pour thème la critique littéraire. La rencontre aura lieu à 14 h à la P'tite Brûlerie du 363 rue Laviolette et sera animée par Guy Marchamps qui tient dans ce lieu sa petite bouquinerie L'histoire sans fin. 

La rencontre sera l'occasion d'un échange entre deux critiques trifluviens reconnus, Gérald Gaudet et Sébastien Dulude. 

Non seulement ces deux universitaires sont-ils des critiques patentés dont les écrits ont été publiés dans un grand nombre de revues et journaux, mais ils sont également des auteurs. 

Ils s'entendent d'ailleurs pour affirmer qu'il faut être un auteur pour pouvoir être un bon critique. «Ça aide sûrement à avoir une sensibilité au langage, à la manière particulière qu'a chaque auteur d'aborder un imaginaire, dit Gérald Gaudet. Quelque part, quoiqu'on dise des critiques, nous sommes toujours à l'affût du livre qui va créer l'événement et qui va nous offrir le plaisir d'un contact avec un imaginaire original permettant de voir le monde autrement. Si on ne le retrouve pas à chaque fois, je pense que c'est, à chaque fois, ce qu'on recherche.» 

S'ils divergent d'opinion sur plusieurs points, ce qui ne devrait pas manquer d'animer la discussion de samedi, ils s'entendent pour dire que la critique littéraire est une pratique particulièrement difficile mais essentielle, plus encore dans notre monde dominé par l'instantanéité où la réflexion semble perdre du terrain. 

«La critique est un acte de création aussi important que celui d'écrire, affirme Sébastien Dulude. On entend beaucoup parler du rétrécissement de l'espace pour la critique, de la difficulté de faire cohabiter la commercialisation de la culture et la nécessité d'en parler avec un recul critique mais c'est sûr que ça demeure pertinent et peut-être plus que jamais.»

La moindre question lance les deux critiques dans des considérations inattendues et particulièrement bien articulées ce qui laisse deviner que la rencontre de samedi sera l'occasion de réflexions fascinantes et de découvertes pour le public qui y est invité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer