L'art de l'UQTR prend le plancher

C'est avec une fierté non dissimulée que le... (Stéphane Lessard)

Agrandir

C'est avec une fierté non dissimulée que le département de philosophie et des arts de l'UQTR présente, du 5 au 15 avril, l'exposition Voir et se faire voir qui lève le voile sur une cinquantaine d'oeuvres appartenant à la collection d'art de l'UQTR. Sur la photo, Aimé Zayed, directeur du département de philosophie et des arts de l'UQTR, Philippe Boissonnet, professeur et directeur du groupe unité de recherche en arts visuels et Lorraine Beaulieu, coordonnatrice de la Galerie r3.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La collection d'art de l'UQTR est sans doute méconnue bien que la plupart des oeuvres qui en font partie sont exposées dans des bureaux, locaux ou espaces intérieurs du campus. Du 5 au 15 avril, la Galerie r3 lui donnera une visibilité supplémentaire pour la faire connaître et apprécier en présentant l'exposition Voir et se faire voir qui regroupe une cinquantaine d'oeuvres de la collection qui en compte plus de 300.

On a sélectionné des oeuvres d'artistes ayant marqué la communauté universitaire en tant qu'étudiants, chargés de cours ou professeurs et qui représentent bien l'évolution du département des arts au sein de l'université depuis sa création. Elle permet notamment de constater son rayonnement régional, évidemment, mais également national et international. C'est la toute première fois qu'on présente une exposition constituée d'oeuvres de la collection de l'UQTR; l'occasion est unique, tant pour la communauté universitaire que régionale, de découvrir cette richesse. Elle est d'ailleurs en constante évolution puisque chaque année, un budget est consacré à l'acquisition d'oeuvres d'étudiants de l'université qui viennent enrichir la collection.

«J'invite les membres de la communauté universitaire à passer à la galerie de la même façon qu'ils vont à la bibliothèque ou au centre sportif, explique Lorraine Beaulieu, coordonnatrice de la Galerie r3. C'est une occasion privilégiée de prendre un temps d'arrêt, de côtoyer l'art. Un passage dans toute galerie d'art est une occasion d'entrer en communication avec l'imaginaire d'un artiste, de communier à une sensibilité à travers des stratégies visuelles. C'est un beau moment d'évasion, de détente et d'émerveillement.»

L'exposition permet aussi d'être témoin de l'évolution du département des arts à l'université à travers son histoire, grâce à des oeuvres qui témoignent de grandes tendances dont l'institution a été témoin. On pense, par exemple, à une oeuvre de Monique Mercier, une tapisserie de haute lisse, discipline qui a occupé une place importante dans les années 60 et 70 mais aussi à plusieurs estampes qui rappellent la présence d'un important atelier à l'UQTR et son lien étroit avec l'atelier Presse Papier à Trois-Rivières.

«Cette exposition permet un certain bilan de l'évolution du département des arts à l'UQTR mais permet surtout un moment de réflexion sur la politique d'acquisition d'oeuvres. Avec un certain recul, on voit ce qui a été acquis dans le passé et ça nous amène à réfléchir à l'orientation qu'on devrait prendre dans les prochaines années pour continuer de participer à l'enrichissement de cette collection exceptionnelle.»

Par ailleurs, l'exposition permet de ramener des oeuvres que le public côtoie quotidiennement dans le contexte plus formel d'une exposition, ce qui leur redonne un certain lustre. «Ça permet à la communauté de prendre conscience de la valeur de cette collection au niveau artistique mais également monétaire parce qu'il y a ici des oeuvres qui valent très cher parce qu'elles viennent d'artistes très reconnus.»

Parmi les exposants, on retrouve d'anciens étudiants dont les oeuvres ont été acquises au moment de leur passage à l'université, des professeurs mais également ce que la coordonnatrice appelle des collectionnables, des artistes diplômés de l'UQTR qui ont connu un carrière remarquable par la suite et dont les oeuvres méritent de figurer dans cette collection prestigieuse.

La galerie, située dans le pavillon Benjamin-Sulte, est ouverte du lundi au vendredi, de 10 h à 17 h, et l'entrée est libre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer