• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Netflix s'attaque aux internautes qui contournent ses restrictions géographiques 

Netflix s'attaque aux internautes qui contournent ses restrictions géographiques

Les abonnés canadiens au service de visionnement en ligne Netflix sont les... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Aleksandra Sagan
La Presse Canadienne
TORONTO

Les abonnés canadiens au service de visionnement en ligne Netflix sont les seuls à ne pas pouvoir regarder la série Degrassi: Next Class. Les clients africains ou turcs ne peuvent pas quant à eux profiter de la populaire série Orange Is the New Black. La vidéothèque virtuelle de Netflix n'est pas la même partout dans le monde en raison des règlements sur le droit d'auteur et des restrictions sur les licences.

Or certains internautes ont trouvé le moyen de contourner les limitations géographiques en écoutant gratuitement les séries sur le web ou en utilisant un réseau privé virtuel qui peut amener Netflix à télécharger des séries et des films accessibles dans d'autres pays, dont les États-Unis, qui ont la plus grande sélection.

Netflix a toutefois décidé de s'attaquer à ces pratiques des internautes qui franchissent des frontières virtuelles et ceux qui consomment ses contenus gratuitement alors que l'entreprise est établie presque partout sur la planète - sauf en Chine, en Syrie et en Crimée.

Netflix aurait embauché la firme Vobile, qui aide les entreprises à protéger leur contenu original sur le web et à régler leurs problèmes de piratage.

Dans les quatre derniers mois, Vobile a rempli plus de 350 avis de retrait à Google, selon Lumen, un groupe de recherche de l'université Harvard. Ces avis demandent à Google de retirer les liens suspects de ses résultats de recherche.

Ces requêtes ont ciblé plus de 96 000 liens dont plusieurs abritaient du contenu de Netflix incluant House of Cards et Making a Murderer, selon le rapport sur la transparence de Google.

Par ailleurs, l'entreprise veut aussi s'attaquer à ceux qui utilisent un réseau privé virtuel pour passer par-dessus les frontières virtuelles.

«Dans les prochaines semaines, ceux qui utilisent des intermédiaires et des outils de déblocage seront seulement capables d'accéder au service dans le pays où ils sont en ce moment», avait dit en janvier David Fullagar, vice-président de l'architecture de diffusion de contenu chez Netflix.

M. Fullagar avait fait ces commentaires sur le blogue de Netflix après que l'entreprise eut annoncé qu'elle s'étendrait dans 130 autres pays.

Netflix a trouvé un allié en Paypal, une entreprise de paiement en ligne qui avait décidé de discontinuer le service pour quelques-uns de ses abonnés qui utilisent un réseau privé virtuel. «PayPal ne permet pas l'utilisation de ses services pour des transactions qui enfreignent le droit d'auteur ou d'autres droits de propriété», a précisé l'entreprise par voie de communiqué.

Depuis son annonce, il semble que Netflix est arrivé à déjouer les stratégies de plusieurs fournisseurs de réseaux privés virtuels, qui ont peine à répondre à leurs clients frustrés par la situation.

Netflix espère toutefois éventuellement offrir le même contenu pour tous ses abonnés. «Nous avons hâte de pouvoir offrir le même contenu partout afin de permettre aux abonnés du monde entier de profiter de tous les programmes diffusés par Netflix sans passer par un serveur proxy. C'est notre objectif, et nous nous y employons activement», avait écrit David Fullagar.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer