La danse reprend ses droits

Les coproducteurs Marie Bolduc et Jean-François Messier ont... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les coproducteurs Marie Bolduc et Jean-François Messier ont dévoilé lundi les faits saillants de la deuxième édition du Défi Danse Trois-Rivières qui sera présenté le 9 avril à la Bâtisse industrielle.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À sa deuxième édition, le Défi Danse Trois-Rivières regarde déjà vers l'avenir en misant sur la relève chez les participants et une augmentation tant des participants que des spectateurs. L'édition 2016 aura lieu à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières le samedi 9 avril entre 11 h et 23 h.

L'édition 2015 avait été l'hôte du championnat canadien 120 danses amateur; l'édition de cette année offrira également une compétition de prestige avec la présentation du Championnat québécois amateur ouvert octroyé par le Conseil national en Danse sportive du Canada, ce qui témoigne du succès remporté par la toute première édition de l'événement trifluvien.

Au chapitre des inscriptions, à deux semaines de l'événement, les deux coproducteurs Jean-François Messier et Marie Bolduc sont particulièrement optimistes tant pour les inscriptions que la vente de billets.

«L'an passé, on avait eu 130 couples en compétition et si on se fie au rythme des inscriptions qui est encore très bon, on pourrait, cette année, atteindre jusqu'à 150, de calculer Jean-François Messier.

Côté vente des billets, ça va très bien aussi. Il ne nous reste presque plus de tables sur la première rangée au bord de la piste de danse. Le fait que la Coupe d'art ait été présentée si longtemps à Trois-Rivières et connu tant de succès facilite les choses. Il y a un public pour la danse ici, c'est évident.»

«Pour ce qui est de la provenance, d'ajouter Marie Bolduc, on a des inscriptions en provenance de partout au Québec mais aussi de l'Ontario de même que deux couples des États-Unis alors qu'on n'en avait eu qu'un seul l'an dernier.

Le fait de présenter le Championnat québécois ouvert est certainement un élément attirant parce que les compétiteurs sont à la recherche de titres pour garnir leur fiche et gagner en prestige. Très souvent, on identifie les danseurs par les titres remportés au cours de leur carrière alors, ils recherchent les compétitions où des titres prestigieux sont en jeu, comme la nôtre.»

L'optimisme des organisateurs est manifeste. Ils veulent faire du Défi Danse Trois-Rivières un événement permanent et ont même annoncé que l'édition qui suivra celle de cette année aura lieu le 8 avril 2017. Misant ainsi sur l'avenir, ils ont décidé de diminuer de 50 % le prix d'inscription pour les jeunes de la relève. Par ailleurs, une dizaine de couples de la région ont déjà confirmé leur inscription pour la compétition.

«C'est déjà plus que l'an dernier mais on veut assurément que ce nombre augmente dans le temps pour susciter un engouement comme on en a déjà connu ici dans le passé.»

La compétition regroupera des danseurs de tous les groupes d'âges répartis en cinq catégories depuis les jeunes de 11 ans et moins jusqu'aux adultes de plus de 60 ans. Ils se produiront devant des juges qui sont, globalement, au nombre de 17 et Roger Picard assurera la présidence de ce jury. Celui-ci a d'ailleurs fait un lien avec le passé lors de la conférence de presse en souhaitant au Défi Danse Trois-Rivières de connaître le même succès que la Coupe d'art, succès qui avait culminé avec la présentation d'un championnat mondial en 2009, l'année des fêtes du 375e anniversaire de Trois-Rivières.

Le jour de la compétition, le public pourra assister à des performances de façon continue entre 11 h et 23 h incluant une petite plage dans la soirée réservée aux danseurs amateurs qui auraient envie de se délier les jambes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer