Tout écartillé à Trois-Rivières

Daniel Fortin, directeur exécutif de création 45 Degrees, Jean-Phi...

Agrandir

Daniel Fortin, directeur exécutif de création 45 Degrees, Jean-Phi Goncalves, directeur musical et arrangements, et Jean-Guy Legault, metteur en scène, accompagnaient pour l'occasion Steve Dubé, directeur général de la Corporation des événements, Roger Picard, président de la Corporation, ainsi que le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Tout écartillé. Voilà le titre du spectacle hommage à Robert Charlebois, qui sera présenté cet été par le Cirque du Soleil à l'Amphithéâtre Cogeco.

L'équipe de conception du spectacle ainsi que les responsables de l'Amphithéâtre ont présenté les grandes lignes de ce deuxième opus de la série hommage, qui a connu un immense succès l'été dernier avec Beau Dommage.

Le spectacle de 75 minutes regroupera pas moins de 25 artistes du Cirque du Soleil dès le 13 juillet. Directement inspirée de son album enregistré avec Louise Forestier en 1968, la trame du spectacle s'inspirera d'un aviateur rétro-futuriste, le Lindberg de l'univers Charlebois, dont la quête du voyage perpétuel le mènera à vouloir s'envoler jusqu'à l'infini. 

On promet un spectacle dépeignant l'univers éclectique, ébouriffé, poétique et complètement unique à Robert Charlebois.

L'équipe de création, dirigée par 45 Degrees, sera à toutes fins pratiques identique à l'année dernière, avec Daniel Fortin à la création, Jean-Guy Legault à la mise en scène, Jean-Phi Goncalvez à la direction musicale et aux arrangements, Geneviève Lizotte à la scénographie ainsi que David Girard et Lydia Bouchard aux chorégraphies et à la conception acrobatique.

Le responsable des accessoires, Alain Jenkins, et le concepteur aux éclairages, Étienne Boucher, joignent quant à eux l'équipe pour la première année, afin d'apporter un oeil neuf et une signature différente, en plus de répondre aux besoins particuliers que l'univers du spectacle pourrait apporter.

«Charlebois a eu l'audace de prendre l'époque Yé-Yé, de la repenser, de la virer complètement à l'envers et de la rocker un peu. C'est l'esprit québécois et c'est aussi l'esprit du Cirque», a résumé le metteur en scène, Jean-Guy Legault, qui n'a pas hésité à conclure que «ça va torcher»!

Ce dernier s'est d'ailleurs dit en excellente position cette année pour concevoir le spectacle, lui qui a déjà ses aises à l'Amphithéâtre Cogeco depuis la conception de Le monde est fou avec la musique de Beau Dommage l'an dernier. 

«Le regard du point de vue du spectateur est différent. L'avantage c'est qu'on sait ce qui marche mieux, ce qui est plus impressionnant pour le public. Nécessairement, on prend encore des risques, mais on contrôle mieux les artifices et on peut utiliser des éléments que nous étions peut-être plus frileux d'aller chercher l'an dernier. L'univers de Charlebois nous le permet aussi», signale M. Legault.

Sur le plan musical, Jean-Phi Goncalvez prend le pari de réenregistrer les trames ainsi que les voix des oeuvres de Robert Charlebois. 

Contrairement à l'an dernier où les trames de Beau Dommage qui avaient été utilisées étaient les trames originales, le spectateur redécouvrira complètement l'oeuvre du chanteur québécois, qui a lui-même accepté de se prêter à l'exercice et retournera en studio avec l'équipe du Cirque pour refaire ses propres chansons, à la sauce Cirque du Soleil.

Déjà populaire

Avant même l'annonce du concept du spectacle et de son titre, mardi après-midi, plus de 40 % des billets pour les représentations de cet été avaient déjà trouvé preneurs. C'est ce qu'a confirmé le directeur de la Corporation des événements de Trois-Rivières, Steve Dubé.

L'an dernier, avec plus de 64 000 billets vendus, l'Amphithéâtre Cogeco avait connu un taux d'occupation de plus de 96 % pour les représentations des spectacles de Beau Dommage. Les dix dernières représentations affichaient d'ailleurs complet, rappelle M. Dubé.

«On ne peut pas s'avancer à savoir si nous pourrons reproduire cet exploit encore cet été, mais avec 40 % de billets de vendus, disons que c'est bien parti. Dès que nous avons annoncé que le spectacle de cette année serait consacré à Robert Charlebois, on a tout de suite senti un énorme engouement de la part du public», souligne-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer