La littérature, toute la littérature

La programmation du 28e Salon du livre de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La programmation du 28e Salon du livre de Trois-Rivières réunissait mardi matin la directrice générale du Salon, Julie Brosseau, à gauche, de même que la directrice de la programmation, Éveline Charland.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Depuis 28 ans, le Salon du livre de Trois-Rivières trouve la façon d'être constamment fidèle à lui-même tout en se renouvelant au gré des tendances, des goûts du public et des impératifs de l'industrie du livre.

Pour la 28e édition qui se déroulera du 17 au 20 mars à l'hôtel Delta cela se traduit par des statistiques impressionnantes: plus de 100 activités sur scène, 10 tables rondes, 40 entrevues, 20 spectacles pour enfants, plus de 250 maisons d'édition de même que la présence d'au delà de 400 auteurs.

Pour impressionnants qu'ils sont, les chiffres ne disent pas tout. Ils ne disent pas l'effort qui est mis à attirer les familles, à amener des nouveautés, des gros coups ou à attirer un président d'honneur prestigieux en la personne du comédien et écrivain Robert Lalonde.

Au chapitre des gros coups, en plus de nombreux écrivains de renom et des invités d'honneur Louise Tremblay d'Essiambre, Sampar, Florence K. et Stéphane Dompierre, il convient de parler de la venue de Fred Pellerin que la direction de l'événement a souvent tenté de faire venir au Salon dans le passé seulement pour se heurter à son horaire trop chargé.

Il sera là le dimanche, 20 mars, Journée internationale de la francophonie, pour une rencontre qui sera suivie par une cérémonie officielle de remise de l'Ordre des arts et des lettres du Québec. 

Ce n'est pas parce que le salon est solidement enraciné qu'il n'est pas à la recherche de nouveautés. Les preuves en sont nombreuses; retenons une de ses activités hors les murs avec une participation aux CreativeMornings pour une causerie sur l'impact des technologies et des nouveaux modèles d'affaires sur le milieu du livre. L'activité se tiendra à la micro-brasserie Le Temps d'une pinte vendredi matin à 8 h. 

Le Salon devient aussi en 2016 l'hôte de l'activité intitulée Livres comme l'Air présentée par Amnistie internationale alors que des écrivains québécois seront jumelés à des écrivains prisonniers d'opinion à travers le monde pour lesquels ils dédicaceront leurs bouquins samedi, dès 16 h.

Les activités sont trop nombreuses pour qu'on les énumère mais derrière ce menu très copieux, la directrice de la programmation, Éveline Charland, soutient que son mandat en est carrément un de création.

«Le Salon du livre est évidemment l'occasion de rencontrer des auteurs mais c'est aussi et surtout une fête du livre, un véritable spectacle multidisciplinaire de quatre jours qui vise tous les publics et tous les goûts.»

Il lui reste en mémoire ce moment vécu l'an dernier alors que dans le cadre d'une table ronde à laquelle il participait, Jean-François Lépine avait été ému aux larmes, bouleversant ainsi les spectateurs qui assistaient à la rencontre. 

«Le Salon du livre, c'est aussi une occasion de vivre des émotions en compagnie des auteurs.»

«Évidemment, la thématique Prendre racine a été un moteur pour créer la programmation, poursuit-elle. On va parler des racines de l'amour dans la littérature, des racines historiques, avec les livres d'histoires, des racines identitaires, des racines territoriales avec le polar québécois qui se développe de plus en plus, etc. Le but est de plaire à tout le monde. 

Le Salon s'adresse autant aux amants de la grande littérature qu'aux amateurs de guides pratiques, de livres humoristiques ou autres.» 

Qui dit Salon du livre dit aussi remises de prix et c'est au moment de l'ouverture, jeudi en fin d'après-midi, que l'on connaîtra le nom du gagnant du Prix Illustration jeunesse de même que du Prix des nouvelles voix en littérature où David Goudreault (La bête à sa mère) fait la lutte à Guillaume Morrissette pour L'affaire Mélodie Cormier

Dans son mandat d'aller à la rencontre des lecteurs, le Salon du livre poursuit son initiative lancée il y a quelques années d'offrir des activités hors les murs de l'hôtel Delta.

C'est dans ce contexte que 800 élèves de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, par exemple, recevront un auteur jeunesse dans leur salle de classe ou que des écrivains iront rencontrer des personnes incarcérées au Centre de détention de Trois-Rivières sans compter les diverses rencontres dans des résidences pour personnes âgées, dans des institutions d'enseignement ou dans les bibliothèques publiques de Trois-Rivières ou de Bécancour. 

Il convient aussi de noter que pour s'harmoniser davantage avec les horaires des jeunes familles, l'horaire du Salon 2016 a été modifié de sorte que les portes ouvriront chaque jour dès 9 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer