Frank Zappa et Gentle Giant à la harpe

La harpiste Valérie Milot présente un septième album,... (Amélie Fortin)

Agrandir

La harpiste Valérie Milot présente un septième album, Orbis. Un lancement est prévu à Trois-Rivières le 2 mars au foyer Gilles-Beaudoin de la salle Thompson.

Amélie Fortin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À 30 ans, la harpiste trifluvienne Valérie Milot présente son septième album en autant d'années.

Avec Orbis, la musicienne réussit encore une fois à se démarquer en explorant d'autres facettes de son instrument et en proposant son interprétation d'un répertoire aussi étonnant qu'éclectique, faisant se côtoyer Frank Zappa, Steve Reich, Marjan Mozetich et des influences médiévales.

«C'était mon septième album, j'ai eu 30 ans cette année: j'avais besoin de faire un bilan, de faire quelque chose de spécial. C'est pour cela que le disque s'appelle Orbis, le nom latin pour définir le cercle.

C'est de la musique actuelle, minimaliste, donc qui utilise beaucoup le petit moteur de cercle», décrit Valérie Milot, qui évoque aussi le «cercle d'amis» dont elle s'est entourée pour son plus récent projet.

La soprano Marianne Lambert, la marimbiste Anne-Julie Caron, les Violons du Roy et son fidèle compagnon dans la vie et le travail, le violoniste Antoine Bareil, font partie des musiciens qui se sont joint à elle dans un ou l'autre des six titres de l'album. Antoine Bareil a aussi composé une pièce pour son épouse et a créé les arrangements de deux autres.

Il s'est notamment inspiré de La harpe de mélodie de Jacob de Senleches, une pièce du XIVe siècle, pour créer Castille 1382, sur laquelle la voix de Marianne Lambert se marie à la harpe de Valérie Milot.

«C'est une commande que j'ai faite à Antoine. Je voulais intégrer Marianne à l'album. C'est Antoine qui m'a fait rencontrer Marianne pour faire un duo; c'était une façon de sceller ça», précise la harpiste.

L'album Orbis s'ouvre sur El Dorado, du canadien Marjan Mozetich, une pièce que Valérie Milot a beaucoup jouée en concert ces dernières années, notamment avec les Violons du Roy, qui s'exécutent avec elle sur l'enregistrement.

Pour Electric Counterpoint, de l'Américain Steve Reich, elle a enregistré 13 trames différentes.

«C'est une pièce pour guitare électrique écrite pour Pat Metheney. Je n'ai rien changé. Je joue ce qui est écrit, et ça donne une autre texture, une texture un peu plus ample parce qu'il y a plus de résonance, de vibration sur une harpe qu'une guitare électrique. C'est la pièce qui a demandé le plus de travail du disque», explique la musicienne en parlant de cette composition écrite pour une guitare solo, 12 guitares et deux guitares basses.

L'album inclut aussi une interprétation solo d'In a Landscape, de John Cage («dans l'esprit du disque, minimaliste, planant.»). Valérie Milot puise également dans le rock progressif en proposant un arrangement d'As Long as You're Young, de Gentle Giant, cosigné avec Antoine Bareil, et sur lequel on peut entendre la marimbiste Anne-Julie Caron. Antoine Bareil a aussi créé un arrangement de G-Spot Tornado, de Frank Zappa, pour sa compagne.

«J'ai choisi des musiques empruntées à d'autres styles mais qui ont des sources classiques. Frank Zappa était un musicien qui écrivait des partitions pour ses chansons, et Gentle Giant a une recherche similaire à ce qu'on fait en classique. Pour moi, c'est un dérivé de la musique classique», observe la diplômée du Conservatoire de musique de Trois-Rivières, lauréate d'un grand nombre de prix nationaux et internationaux.

Comme le répertoire de la harpe est plus limité que celui d'autres instruments comme le piano ou le violon, par exemple, Valérie Milot privilégie l'ouverture pour continuer à développer son art.

«La harpe est un instrument qui a été boudé avant la période romantique, alors il faut de toute façon emprunter à d'autres instruments, et on développe comme ça notre fibre d'exploration.

Moi, ça serait mentir de dire que j'écoute seulement du classique. J'écoute toutes sortes de musiques. Cet album-là est très représentatif de ce que j'écoute, de ce que j'aime jouer et de la façon dont je fais de la musique», formule-t-elle.

Orbis paraîtra officiellement le 4 mars, mais Valérie Milot invite les gens à un lancement à Trois-Rivières, au foyer de la salle J.-Antonio-Thompson, le mercredi 2 mars dans une formule 5 à 7.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer