L'acharnement et la passion de JoSlei

Après avoir beaucoup attiré l'attention grâce à des... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Après avoir beaucoup attiré l'attention grâce à des vidéoclips diffusés sur Youtube, Joslei (Joanne Sleigher) poursuit sa carrière musicale. Elle présentera trois spectacles dans la région prochainement dont celui de jeudi soir à la Maison de la culture Francis-Brisson de Shawinigan.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) En quelques clips qui ont fait un tabac sur Youtube, le nom de Joslei a énormément circulé. Avec un album en poche, l'auteure, compositrice et interprète revient dans sa région d'origine pour présenter non pas un, mais trois spectacles.

Elle sera sur la scène de la Maison de la culture Francis-Brisson de Shawinigan jeudi soir, au Cabaret du Tapis rouge de Trois-Rivières le 19 mars et de retour le 23 avril au bar Le Balcon du secteur Cap-de-la-Madeleine.

La jeune femme mène sa carrière de façon indépendante. C'est elle et son gérant François Veillette qui ont produit son premier album et qui travaillent sur la réalisation du second qui devrait sortir en septembre prochain.

«La musique a toujours eu une place importante dans ma vie mais depuis cinq ans, je dirais, c'est clair dans mon esprit que c'est ce que je veux faire de ma vie. J'aime être sur scène, j'aime chanter et je serais incapable de vivre sans écrire.

C'est difficile de percer dans ce métier mais je suis très résiliente. Je suis comme l'eau: quand une porte se ferme à un endroit, je coule vers une autre ouverture ailleurs. Pour moi, une embûche est une occasion de découvrir une autre possibilité de s'épanouir.»

Cette passion, cette conviction intime et son talent lui ont permis de se gagner le respect de quelques professionnels reconnus et respectés de la scène musicale.

Elle travaille avec le guitariste Bob Champoux, le trompettiste François Boutin, le bassiste Breen Leboeuf et Richard Gaudet à la batterie. Comme certains de ces musiciens sont très sollicités, elle travaille également avec deux autres bassistes: Daniel Bergeron et Dominic Laroche, selon les spectacles.

Pour ce qui est de sa musique, plutôt folk rock sur son premier album intitulé La guerre au quotidien, elle tend désormais davantage vers le folk indie. «Je dirais que c'est beaucoup mon public qui a dicté l'orientation de ma musique, explique Joslei, de son vrai nom Joanne Sleigher. J'ai chanté mes chansons un peu partout au Québec et j'ai pu constater les réactions des gens. C'est vraiment du folk indie dans lequel je me retrouve totalement.»

«S'il y a une constante dans ma musique, c'est qu'elle est vraie, sincère. Elle est toujours l'expression de ma personnalité profonde et de mes émotions. Dans certains cas, elle exprime des opinions, dans d'autres, on retrouvera une touche d'humour ou une tendresse particulière.»

Son spectacle sera composé de chansons à venir sur le prochain album, dont quatre sont d'ores et déjà enregistrées, d'autres tirées du premier opus mais aussi de quelques reprises comme Wild World de Cat Stevens, What on Earth, de Johnny Cash ou These Boots are Made for Walkin', de Nancy Sinatra.

Et, bien sûr, Le vieux du bas du fleuve, la chanson par laquelle la plupart des gens l'ont connue à cause du vidéoclip que la chanteuse a diffusé et qui a été vu près de 500 000 fois sur Youtube.

«J'ai fait le clip par désir d'exprimer une conviction. Je le voulais sophistiqué et sexy pour capter l'attention et ainsi mieux véhiculer le message. C'est une autre facette de ma personnalité que j'assume pleinement. Mes chansons sont davantage l'expression de mes émotions intimes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer