La cour de Dresde à l'église Saint-Laurent

L'ensemble Vocalys (que l'on voit ici lors de... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'ensemble Vocalys (que l'on voit ici lors de son concert de novembre) présentera son concert Musique à la cour de Dresde le dimanche 21 février à 14 h à l'église Saint-Laurent.

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Quelques mois après avoir plongé son public dans le Portugal des XIVe et XVe siècles avec son concert Au pays de Vasco de Gama, la formation Vocalys transformera virtuellement l'église Saint-Laurent en salle d'un château de Dresde, ce dimanche 21 février à 14 h, à l'occasion de son rendez-vous Musique à la cour de Dresde.

Moins connue que la production qui a émané des Vienne, Venise et Paris de l'époque, la musique de la cour de Dresde comporte une richesse non négligeable, de l'avis du directeur de Vocalys, Raymond Perrin.

C'est à Frédéric-Auguste de Saxe que l'on doit l'effervescence d'une production musicale majeure dans cette région de l'Allemagne. Son fils Frédéric II, qui a aussi régné sur la Pologne sous le nom d'Auguste III, a poursuivi dans la même voie que Frédéric-Auguste.

Né à Dresde en 1670, Frédéric-Auguste dit «le Fort» fut prince électeur de Saxe (territoire du Saint-Empire romain germanique) et roi de Pologne.

Il avait établi sa résidence d'été à Dresde, ville principale de la Saxe, et c'est à cet endroit qu'il a alimenté son intérêt pour les arts et la musique en particulier. Comme c'était la coutume à l'époque, le souverain engageait des compositeurs pour nourrir et développer la création artistique.

«Avant Mozart et Beethoven, les musiciens qui vivaient convenablement se trouvaient un travail soit dans une église, un évêché ou à la cour d'un roi. Ils devaient écrire quelque chose presque chaque semaine pour la messe du dimanche. Ils ne jouaient pas la musique des anciens comme on le fait; c'était toujours de la musique neuve. C'est comme si nous, on avait toujours de la musique contemporaine», explique Raymond Perrin.

Le directeur de Vocalys précise que grâce à des compositeurs comme Heinrich Schütz et Hans-Leo Hassler, Dresde faisait déjà figure de «grand centre musical» dès le XVIe siècle, et que la ville devint l'un des pôles de l'élite musicale de l'Europe du XVIIIe siècle, notamment parce que les meilleurs compositeurs s'y installèrent à la demande de la cour.

On parle entre autres de Johann Adolf Hasse, Johann David Heinichen, Antonio Lotti, Wilhelm Friedemann Bach et Jan Dismas Zelenka, tous au programme du concert de Vocalys dimanche.

«Ce sont presque tous des inconnus du grand public, sauf Heinrich Schütz, super important dans l'histoire de la musique allemande avant Bach. Il était dans la Réforme avec Luther. Johann Hasse et Heineshen sont très peu connus...

Antonio Lotti l'est un petit peu plus pour l'oeuvre qu'on va faire, le Crucifixus a 8 voci. C'est un Italien qui est allé travaillé à Dresde parce que le roi l'avait fait venir. Zelenka commence à être un peu plus connu depuis les années 1970. C'est un tchèque, tombé dans l'oubli...», énumère M. Perrin.

Le programme de dimanche comprend 11 pièces de huit compositeurs. «Le répertoire qu'on va faire n'est pas connu et pourtant, ce n'est pas de la musique difficile. Ça s'écoute très bien. C'est de la musique de cour, donc c'est de la musique plaisante. Il y a quelque chose de plutôt léger. On est à l'époque de la musique galante, du rococo et du vrai baroque. C'est très beau», décrit le chef de choeur.

L'église Saint-Laurent a été choisie pour son acoustique adaptée aux rythmes plus rapides de certains passages du répertoire. Les 17 choristes seront accompagnés de deux violonistes, une altiste, un violoncelliste, un contrebassiste, deux hautboïstes et un organiste. Les billets sont disponibles en prévente au coût de 25 $ et à la porte au coût de 30 $ (10 $ pour les étudiants).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer