Jutra: des allégations qui suscitent le malaise

La biographie de Claude Jutra (photo) signée par... (Archives Le Soleil)

Agrandir

La biographie de Claude Jutra (photo) signée par Yves Lever doit être publiée mardi. L'auteur y écrit que le cinéaste aurait entretenu des liens avec de jeunes garçons au cours de sa vie.

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
Montréal

Le milieu du cinéma et de la culture marche sur des oeufs à la suite d'allégations entourant des liens qu'aurait eus le cinéaste Claude Jutra avec de jeunes garçons.

Québec Cinéma, l'organisme qui organise les prix Jutra récompensant le cinéma québécois, se voit forcé de se pencher sur l'avenir de ces prix en ce qui a trait à leur nom, dont certains se demandent déjà s'il devrait être changé.

Ces allégations, contenues dans une biographie du cinéaste québécois qui doit être publiée ce mardi, ne représentent que quatre pages de l'ouvrage, mais elles ont néanmoins semé l'émoi dans le milieu.

Elles reposent sur des témoignages de personnes apparemment «très proches» de Claude Jutra, selon l'auteur de la biographie, Yves Lever, mais pas sur des témoignages de victimes.

Québec Cinéma a dit prendre acte des passages controversés de la biographie, mais a aussitôt invoqué la prudence et annoncé, lundi, la création d'un «conseil de sages» afin de «suivre l'évolution du dossier et de faire les recommandations qui s'imposent, le cas échéant, sur tout ce qui concerne cette question».

Le président du conseil d'administration de Québec Cinéma, Patrick Roy, a qualifié l'affaire, par voie de communiqué, d'«extrêmement délicate», rappelant que «les sources sont anonymes», qu'«aucune accusation n'est portée» et que «la personne visée par les allégations est décédée».

L'organisme rappelle que l'industrie du cinéma a créé les prix Jutra il y a 18 ans en l'honneur «d'un des plus grands artisans du cinéma québécois» et ajoute que «la reconnaissance de l'oeuvre exceptionnelle de Claude Jutra reste aussi fondée aujourd'hui qu'hier».

«Troublant»

De son côté, visiblement mal à l'aise, la ministre de la Culture, Hélène David, a invité tout le monde à la prudence. Sur la question de changer le nom des prix Jutra, Mme David a indiqué qu'il était beaucoup trop tôt pour en arriver à une telle conclusion.

Mme David a reconnu que «ce genre d'allégations est toujours troublant», mais elle a répété à plusieurs reprises qu'il fallait être prudent «par rapport à quelque chose qui, pour l'instant, ne porte ni visage ni nom».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer